Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Malcolm Middleton
Interview  (Paris)  8 juin 2005

Malcolm Middleton : La rencontre.

De passage à paris pour la promotion de Into the woods, dernier opus à parâtre le 13 juin, Malcolm Middleton a tout les atouts pour séduire l'intervieweur : Un album magnifique, une timidité attachante et un regard sensible, reflet de sa propre musique. La rencontre était donc de rigueur, quelques heures avant l'enregistrement d'une session acoustique aux locaux de Radio Aligre.

Little Tom (essoufflé car un petit peu en retard à l'interview…) : L'écoute attentive d'Into the Wood laisse apparaître une joie de vivre plus marquée que sur votre disque précédent, "5:14 fluoxytine seagull alcohol john nicotin", êtes vous simplement plus heureux aujourd'hui ?

Malcolm Middleton : Tout à fait, mon premier album solo, enregistré dans la foulée de mon travail avec Arab Strap, était beaucoup plus sombre. J'étais moi-même assez déprimé et replié sur moi-même, cloîtré chez moi pendant plusieurs semaines…Les idées sont donc venues progressivement, le temps pour moi de mettre à plat mon expérience en groupe... Nous avons donné beaucoup de concerts avec Arab Strap.

D'où vient donc cette évolution entre vos deux albums solo ?

Malcolm Middleton : Je ne sais pas vraiment…Je me sens plus serein et posé. L'album a été enregistré en moins d'un an, à la maison, après notre tournée avec Arab Strap. Les compositions sont venues naturellement à la guitare, et puis j'ai fait appel à d'autres amis pour les instruments qu'hélas je ne maîtrise pas…

Justement, la participation des musiciens de Mogwai et The Delgados vous a-t-elle beaucoup aidée dans la réalisation de cet album ? On entend effectivement pas mal de claviers sur cet album…

Malcolm Middleton : Tout à fait. Même si j'ai composé toutes les chansons, l'apport de tous ces musiciens a forcément enrichi ma musique, même s'ils étaient déjà présents sur mon album précédent. Et nous allons jouer ensemble un peu partout pour la promotion d'Into the woods, notamment à Paris j'espère, peut être en septembre…

Des titres comme Break my heart ou Monday night nothing sonnent bien plus pop que les compositions du premier album…

Malcolm Middleton : En effet, je me suis dit qu'il était peut être temps de passer à autre chose et d'évoluer, tout simplement. L'ajout d'un piano a sûrement été bénéfique dans la réalisation de cet album. Au bout du compte je ne cherche pas à m'influencer de tel ou tel songwriter, que j'écoute finalement assez peu..

Quel est selon vous la différence entre l'enregistrement d'un album d'Arab Strap et d'un album solo ?

Malcolm Middleton : Il est plus difficile pour moi d'écrire pour Arab Strap, plus de compromis et de concessions en fait…Composer un album solo est toujours une étape plus personnelle, où j'arrive vraiment à exprimer mes émotions et mes idées. Mais mon travail avec Arab Strap reste totalement différent, musicalement et humainement. Et les paroles, très importantes, sont vraiment le reflet de ce que je suis.

Pour revenir globalement sur l'album, je me demandais justement pourquoi avoir choisi Into the woods comme titre pour votre album, dont la pochette est soit dit en passant superbe ?

Malcolm Middleton : Merci pour le compliment…En fait j'ai dans mes connaissances un ami dessinateur qui a réalisé des dizaines de maquette pour cet album, et lorsque je suis tombé sur ce dessin assez enfantin d'un enfant entrant dans une forêt…Je me suis dit : "C'est cette pochette qu'il me faut !". J'étais vraiment sous le charme.

Les sonorités et le visuel de cet album vous correspondent donc parfaitement…

Malcolm Middleton : Exactement. Je pense simplement qu'au travers de cette pochette, c'est avant tout le petit Malcolm que j'ai tenté de retrouver, pour revenir à une vision plus innocente et pure dans ma musique et mes compositions….

Une question qui n'a rien à voir…qu'auriez vous pu faire si vous n'aviez pas été musicien ?

Malcolm Middleton : (Hésitation et sourire…Malcolm se tourne vers l'attaché de presse de PIAS...) Peut être attaché de presse pour une maison de disque !!! Je n'ai jamais vraiment réfléchi à ça…En fait je pense être assez chanceux. Je n'ai jamais vraiment fait de plans de carrière, mais je pense que cela aurait de toute manière été un métier en rapport avec la musique : producteur peut-être.

Un album à conseiller aux frenchies? Une découverte anglaise ou autre?

Malcolm Middleton : En ce moment, j'écoute deux groupes écossais issus du rock alternatif…Odeon Beat Club, très dansant. Et Viva, avec un son très "Franz Ferdinand " en plus écossais bien sûr…Je vous recommande vivement les deux !

That's all folks…Vingt cinq de minutes plus tard, l'intervieweur est comblé, il s'empresse de rentrer chez lui pour repasser en boucle un album tout en finesse, qui espérons-le, saura trouver son public. Malcolm Middleton, déjà loin, poursuit son chemin comme tout bon songwriter qui se respecte. L'Ecosse est décidément un bien beau pays.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Into the woods de Malcolm Middleton
La chronique de l'album A brighter beat de Malcolm Middleton
La chronique de l'album Sleight of heart de Malcolm Middleton
La chronique de l'album Waxing Gibbous de Malcolm Middleton
La chronique de l'album Summer Of '13 de Malcolm Middleton
Malcolm Middleton en concert au Nouveau Casino (26 septembre 2005)
Malcolm Middleton en concert au 1990’s - Malcolm Middleton - Reverend & the Makers (jeudi 17 septembre 2009)
L'interview de Malcolm Middleton (22 février 2007)


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Malcolm Middleton (17 septembre 2009)


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=