Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Heartless Bastards
Stairs and Elevators  (Fat Possum Records)  avril 2005

C'est avant tout une improbable découverte de scène. Une sorte de soirée "Les femmes s'en mêlent" organisée au Bowery Ballroom, une des meilleure scènes new-yorkaises, réunissant The Mosquitos, The Heartless Batards, donc, et en final Bettie Serveert.

The Mosquitos font un passage inaperçu, devant une salle plutôt vide (habituel à New York où la ponctualité des concerts permet aux spectateurs peu scrupuleux de se dispenser des premières parties et donc de découvertes surprenantes).

Suivent The Heartless Bastards et lorsque la jolie chanteuse/guitariste Erika Wennerstrom, Mike Lamping (basse) et Kevin Vaughn (batterie) montent timidement sur scène, peu de gens prévoient la déferlante sonore qui devait s'abattre sur le Bowery, qui se croirait replongé cinq mois auparavant alors que la salle accueillait The Black Keys, autre formation signée chez le label américain de blues Fat Possum Records.

La chanteuse Erika Wennerstrom déploie sur scène une sonorité vocale contrastante avec son physique menu, qu'accompagne la puissance des instruments du trio. A la lumière du duo des Black Keys, The Heartless Bastards sont à l'origine d'un blues/rock puissant et grave, qu'envenime la voix de Wennerstrom. Envenime positivement, en fait, puisqu'elle y apporte la fragilité et la puissance d'affirmation de ses paroles parlant de malaise de vivre, souvent ironiquement, de galères surmontées par ces petites choses que Wenrnerstrom a su apprendre à apprécier au long d'une vie tumultueuse, élevée avec son frère par sa mère, accumulant petits boulots et errance jusqu'à cette situation de barmaid et la rencontre finale avec Lamping et Vaughn.

Le groupe multiplie les concerts, Wennerstrom tend à qui veut bien la prendre une démo cinq titres. Puis finit en première partie des Black Keys, qui sont originaires de l'Ohio comme eux, et séduit un producteur de chez Fat Possum où sont déjà signés les Black Keys. Voilà pour l'histoire.

Pour le son, c'est du coté du blues qu'il faut chercher les racines de The Heartless Bastards, qui d'ailleurs lui rendent hommage sur "Done Got Old", complainte du bluesman, ici de la bluesgirl, sur le temps qui passe et le sort qui s'acharne contre lui/elle. Ce même blues retransformé par The Black Keys. A cela, la voix de Wennerstrom rapproche aussi The Heartless Bastards de P.J. Harvey, Patti Smith ou Suzanne Wright. Grave et rocailleuse, cette voix parvient dans cette salle du Bowery à rameuter la foule dispersée.

Il ne faudrait cependant pas encenser le groupe uniquement du fait de la voix originale, puissante, et tout ce dont on voudra bien la qualifier. Musicalement , le trio tient la route et produit une rock agité, aux basses lourdes et à la guitare mélodieuse et entraînante.

L'album s'ouvre sur "Gray" et son introduction montre le ton à suivre. Des guitares rythmées par une batterie rapide avec des déferlantes de cymbales. Comme en concert, il ne faut pas plus de vingt secondes pour se rendre compte de la spécificité de la voix de Wennerstrom.. Cette voix qui s'épanouit sur le plus calme "Onions" et sur le plus agité "Pass and Fail" et qui donne à l'album toute son ampleur.

Certes, Stairs et Elevators n'est pas l'album de l'année, surprend moins qu'un Arcade Fire et ne répond pas aux attentes d'un White Stripes, mais avec cette album, The Hartless Bastards font une entrée réussi dans les bacs.

Vive les bâtards !

 

Xavier         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=