Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Enfer selon Rodin
Musée Rodin  (Paris)  Du 18 octobre 2016 au 22 janvier 2017

Les hasards de la programmation portent simultanément à l'affiche deux expositions en miroir, consacrées à deux artistes majeurs de la sculpture de la fin du 19ème siècle, Auguste Renoir et Antoine Bourdelle.

De surcroît, elles présentent une identité tant thématique, celle d'Eros et Thanatos, que conceptuelle dès lors que, ni monographique ni rétrospective, elles sont consacrées à la genèse et au décryptage d'une oeuvre monumentale emblématique pour en circonscrire le processus créatif.

Le Musée Bourdelle présente avec "De bruit et de fureur - Bourdelle sculpteur et photographe" l'analyse du "Monument aux morts, aux combattants et serviteurs du Tarn-et-Garonne" de Antoine Bourdelle, qualifié "d'éclaireur de la modernité" par Auguste Rodin dont il fut l'assistant.

Et "La Porte de l'Enfer" est au coeur de l'exposition "L'Enfer selon Rodin" sise au Musée Rodin conçue sous le commissariat de François Blanchetière, conservateur du patrimoine audit musée, au terme d'un colossal travail scientifique dont la synthèse est superbement mise en espace par l'Atelier Maciej Fiszer.

La Porte de l'Enfer, la sculpture sans fin

L'exposition est passionnante notamment pour le néophyte car riche en révélations. En premier lieu, "La Porte de l'Enfer" constitue l'oeuvre d'une vie à jamais inachevée dont il n'est pas établi que la version en bronze connue du grand public,- huit exemplaires conservés en France, Mexique, Etats-Unis, Japon, Suisse et Corée - soit celle qui aurait pu être avalisée par Rodin.

En effet, elle été réalisée à titre posthume en 1928 d'après une version en plâtre datant de 1917, année de la mort de Rodin, qui résulte d'une reconstitution effectuée d'après des photographies et des moulages anciens qui aurait reçu l'accord de ce dernier.

La seule version exposée par Rodin lui-même, une version en plâtre visible au Musée Rodin de Meudon, date de l'Exposition universelle de 1900 et ne constitue qu'une ébauche dépourvue des figures saillantes.

D'autre part, cette oeuvre qui résulte d'une commande passée en 1880 de porte décorative ornée de bas-reliefs représentant "La Divine Comédie" de Dante destinée à la façade du futur musée des arts décoratifs est demeurée inachevée.

Et ce, en raison tant du syndrome de Bonnard dont était atteint Rodin que du quasi-abandon du projet de musée qui ôtait toute échéance à sa réalisation définitive. Rodin a néanmoins continuer à y travailler de manière obsessionnelle jusqu'à sa mort.

Par ailleurs, l'enquête approfondie menée par le commissaire montre comment le génie créateur de Rodin, après s'être focalisé sur l'inspiration dantesque imposée par le donneur d'ordre, a connu ensuite une inflexion significative.

Sous l'influence des thématiques baudelairiennes développées dans "Les Fleurs du Mal", ce qui, au demeurant, est conforté par les dessins réalisés par le sculpteur pour illustrer un exemplaire original de ce recueil, à Thanatos, avec les turpitudes de ceux qui traversent le Styx menant aux rives de l'Enfer, se joint alors Eros opérant un glissement du châtiment des damnés aux souffrances de la passion qui va impacter le modelé des formes

Enfin, appuyées par la présentation exceptionnelle de dessins de Rodin dits "les dessins noirs", sont analysées les modalités de composition de l'oeuvre qui commence par la structure orthogonale des deux vantaux de la porte à caissons et la méthode de travail consistant en une sculpture par assemblages partir d'un répertoire de formes, d'attitudes et de figures déclinées à l'envi.

Certaines, qualifiées par le commissaire '"évadés de la porte", constitueront des oeuvres autonomes, au premier rang desquelles "le Penseur", tels notamment "Le Baiser", "Ugolin", "Les trois ombres" et, en prêt exceptionnel, "L'homme aux serpents".

A noter qu'une application en ligne sur le site du Musée Rodin permet tant de précéder la visite que de l'approfondir avec une présentation thématique détaillée de toutes les figures ainsi que la composition architecturale.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée Rodin

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée Rodin


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=