Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Enfer selon Rodin
Musée Rodin  (Paris)  Du 18 octobre 2016 au 22 janvier 2017

Les hasards de la programmation portent simultanément à l'affiche deux expositions en miroir, consacrées à deux artistes majeurs de la sculpture de la fin du 19ème siècle, Auguste Renoir et Antoine Bourdelle.

De surcroît, elles présentent une identité tant thématique, celle d'Eros et Thanatos, que conceptuelle dès lors que, ni monographique ni rétrospective, elles sont consacrées à la genèse et au décryptage d'une oeuvre monumentale emblématique pour en circonscrire le processus créatif.

Le Musée Bourdelle présente avec "De bruit et de fureur - Bourdelle sculpteur et photographe" l'analyse du "Monument aux morts, aux combattants et serviteurs du Tarn-et-Garonne" de Antoine Bourdelle, qualifié "d'éclaireur de la modernité" par Auguste Rodin dont il fut l'assistant.

Et "La Porte de l'Enfer" est au coeur de l'exposition "L'Enfer selon Rodin" sise au Musée Rodin conçue sous le commissariat de François Blanchetière, conservateur du patrimoine audit musée, au terme d'un colossal travail scientifique dont la synthèse est superbement mise en espace par l'Atelier Maciej Fiszer.

La Porte de l'Enfer, la sculpture sans fin

L'exposition est passionnante notamment pour le néophyte car riche en révélations. En premier lieu, "La Porte de l'Enfer" constitue l'oeuvre d'une vie à jamais inachevée dont il n'est pas établi que la version en bronze connue du grand public,- huit exemplaires conservés en France, Mexique, Etats-Unis, Japon, Suisse et Corée - soit celle qui aurait pu être avalisée par Rodin.

En effet, elle été réalisée à titre posthume en 1928 d'après une version en plâtre datant de 1917, année de la mort de Rodin, qui résulte d'une reconstitution effectuée d'après des photographies et des moulages anciens qui aurait reçu l'accord de ce dernier.

La seule version exposée par Rodin lui-même, une version en plâtre visible au Musée Rodin de Meudon, date de l'Exposition universelle de 1900 et ne constitue qu'une ébauche dépourvue des figures saillantes.

D'autre part, cette oeuvre qui résulte d'une commande passée en 1880 de porte décorative ornée de bas-reliefs représentant "La Divine Comédie" de Dante destinée à la façade du futur musée des arts décoratifs est demeurée inachevée.

Et ce, en raison tant du syndrome de Bonnard dont était atteint Rodin que du quasi-abandon du projet de musée qui ôtait toute échéance à sa réalisation définitive. Rodin a néanmoins continuer à y travailler de manière obsessionnelle jusqu'à sa mort.

Par ailleurs, l'enquête approfondie menée par le commissaire montre comment le génie créateur de Rodin, après s'être focalisé sur l'inspiration dantesque imposée par le donneur d'ordre, a connu ensuite une inflexion significative.

Sous l'influence des thématiques baudelairiennes développées dans "Les Fleurs du Mal", ce qui, au demeurant, est conforté par les dessins réalisés par le sculpteur pour illustrer un exemplaire original de ce recueil, à Thanatos, avec les turpitudes de ceux qui traversent le Styx menant aux rives de l'Enfer, se joint alors Eros opérant un glissement du châtiment des damnés aux souffrances de la passion qui va impacter le modelé des formes

Enfin, appuyées par la présentation exceptionnelle de dessins de Rodin dits "les dessins noirs", sont analysées les modalités de composition de l'oeuvre qui commence par la structure orthogonale des deux vantaux de la porte à caissons et la méthode de travail consistant en une sculpture par assemblages partir d'un répertoire de formes, d'attitudes et de figures déclinées à l'envi.

Certaines, qualifiées par le commissaire '"évadés de la porte", constitueront des oeuvres autonomes, au premier rang desquelles "le Penseur", tels notamment "Le Baiser", "Ugolin", "Les trois ombres" et, en prêt exceptionnel, "L'homme aux serpents".

A noter qu'une application en ligne sur le site du Musée Rodin permet tant de précéder la visite que de l'approfondir avec une présentation thématique détaillée de toutes les figures ainsi que la composition architecturale.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée Rodin

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée Rodin


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=