Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eric Cubizolle
Interview  (Par mail)  novembre 2016

Eric Cubizolle est tombé dedans quand il était petit. Mais sa potion magique à lui, c'est le jeu vidéo. Sauf que contrairement à beaucoup d'entre nous, cela ne lui est pas passé et il continue de contribuer très activement à ce milieu et plus exactement en se consacrant au retrogaming, notamment en participant au mook Pix'n Love mais également par la création d'un jeu... de société autour de ces jeux vidéo d'un autre temps mais qui, pourtant, n'ont jamais été autant d'actualité. Nous avons interviewé Eric sur ses motivations, ses passions et surtout Space Race, LE jeu de plateau qui va vous apprendre tout ce qu'il faut savoir sur les jeux rétro.

Eric, peux-tu commencer par te présenter un peu ? D'où viens-tu, qu'est-ce qui t'a amené au jeu vidéo ?

Eric Cubizolle : Merci infiniment pour cette interview et l’intérêt que tu portes à mon ouvrage. Si je devais me présenter rapidement je dirais que je suis né une frigorifique veille de Noël 1971, ce qui en dit déjà long sur ma propension à toujours essayer de soigner mon entrée ! C’est à Saint-Etienne, dans la Loire, que j’ai grandi, au sein d’une famille soudée qui m’a choyé et apporté tout le bonheur dont un enfant peut avoir besoin. Et ce bonheur, il est passé un jour de Noël (tiens, comme par hasard…), alors que je fêtais mes 13 ans, par une boîte un peu plus grosse que les autres au pied du sapin… Sous le gros nœud rouge et le papier d’emballage se cachait un précieux VG5000 Philips, mon tout premier micro personnel. C’est ainsi que, le manuel de l’utilisateur en main, je faisais mes premiers pas dans l’informatique… pour ne plus jamais en quitter son univers.

Tu es aussi compositeur sous le nom de TITAN. Tu peux nous en dire plus ? Tu as commencé la musique assistée par ordinateur sur Amiga ? Pourquoi ? Comment ?

Eric Cubizolle : Si l’on veut être très précis, je dois avouer que ce pseudo n’est pas uniquement lié à la musique puisqu’il s’agit d’un surnom que je m’étais choisi après avoir vu le film "Conan" à la TV, pour œuvrer sur micro. A l’époque, et aujourd’hui encore d’ailleurs, il était coutume de signer son travail, aussi sombre soit-il, par un pseudo… et je voulais absolument suivre le mouvement ! Comme nombre de gosses à cette époque, j’étais fan du puissant Schwarzenegger et affectionnait l’univers fantastique de l’Heroic-Fantasy… ce qui explique cela.

Je suis naturellement quelqu’un de très curieux et abondamment productif : l’ordinateur et ses nombreuses facultés créatives étaient donc pour moi un fabuleux terrain de jeu. C’est ainsi que, sous le pseudo de "TITAN", j’ai réalisé d’innombrables graphismes, jeux vidéo, démos, intros… et musiques. Si j’ai commencé à triturer assez maladroitement les sons de l’Amstrad CPC via les quelques commandes BASIC dédiées de la machine, c’est surtout sur Amiga, et les Trackers, que j’ai réellement développé mon engouement pour la discipline. La simplicité d’utilisation des Trackers mettait la composition de musiques à la portée de la main de tous.

Tout d’abord destinées à agrémenter mes intros pirates, mes compositions sous Protracker ont ensuite connu un destin un peu plus "noble" puisque j’ai eu la joie et l’immense honneur d’entendre quelques-unes d’entre elles être jouées en boîte de nuit ou dans des jeux vidéo. Certaines avaient, par ailleurs, été composées pour "Tetrarka", un jeu qui ne verra finalement jamais le jour et dont tu connais bien l’histoire, n’est-ce pas, mon cher David.

Aujourd’hui, même si le temps me manque cruellement, il me plaît de revenir ponctuellement à la composition. Si j’utilise aujourd’hui, puissance oblige, des samples et des outils de bien meilleure qualité qu’à l’époque de l’Amiga, j’utilise toujours un tracker pour écrire mes musiques, à savoir le très convivial OpenMPT (ex-Modplug). Mes compositions les plus récentes sont des remixes des musiques du jeu Amiga "Agony" : la boucle est ainsi bouclée !

Tu ne travailles pas dans le domaine du jeu vidéo à proprement parlé, par contre tu es un des rédacteurs de Pix'n Love, peux-tu nous parler un peu de ce mook et nous raconter ton aventure avec eux ?

Eric Cubizolle : Tout a commencé sur le forum de GrosPixels, le jour où un certain Florent Gorges a débarqué pour présenter le second numéro de son "mook" à la communauté. Dans son post, il avouait rechercher de nouveaux contributeurs pour les prochains opus. Amusé par l’exercice, j’ai proposé un petit article de deux pages sans prétention (et assez mal rédigé, il faut l’avouer) à l’intéressé. Je n’avais jamais écrit de quelconque article pour une publication par le passé, mais l’idée de voir un texte de mon cru être publié "pour de vrai" me séduisait beaucoup ! Au regard de mon expérience proche du néant dans le domaine, je n’avais pas grand espoir quant aux chances réelle de ma candidature…

Pourtant, quelle ne fut pas ma surprise à la réception d’un mail de Florent, à peine deux semaine plus tard, me proposant d’intégrer l’équipe rédactionnelle régulière de Pix’n Love ! La bande d’alors, plutôt orientée console, connaissait justement une carence en rédacteurs micro : mes connaissances et mon expérience dans ce milieu avaient ainsi avantageusement, et bien malgré moi, joué en ma faveur. J’étais aux anges ! Je vivais (et vis encore aujourd’hui grâce à Pix’n Love et ses adorables créateurs que sont Marc Petronille et Sébastien Mirc) un rêve de gosse, à savoir écrire sur les jeux vidéo, mais aussi rencontrer, échanger et interviewer les auteurs de l’époque. Inutile de décrire ma joie, par exemple, le jour où j’ai pu approcher et échanger avec l’auteur principal de Shadow of the Beast sur Amiga ! J’approchais, près de 20 ans plus tard, les Dieux qui m’avaient fait rêver enfant avec leurs mondes extraordinaires ! Depuis, chaque nouvel article est une aventure unique, avec ses belles rencontres, ses anecdotes inattendues et ses souvenirs catalyseurs de nostalgie.

A ton palmarès tu as un livre que tu as écrit sur l'Amiga, très justement intitulé La Bible Amiga. Ce livre est désormais introuvable. Peux-tu nous en parler un peu ? Quelle a été sa genèse, pourquoi ta passion pour cette machine en particulier ?

Eric Cubizolle : La Bible Amiga s’est avérée une aventure aussi passionnante qu’incroyable. Ce livre est l’écho d’un souvenir impérissable, doublé d’une expérience fantastique et unique. Pour quelqu’un comme moi qui voue un culte indéfectible à la machine, autant dire que cet ouvrage est un véritable aboutissement à ma passion. Je ne m’attendais pas, ce 27 novembre 2010, jour où je rencontrais pour la première fois physiquement Marc et Sébastien de Pix’n Love à la Japan Touch de Lyon, que les deux sympathiques compères me proposent d’écrire un tel ouvrage !

A cet instant, je dois bien avouer que le travail à fournir pour concrétiser un tel projet me semblait proprement dantesque… voire TITANesque ! Mais il faut croire que la passion a ses raisons que la raison ne connaît pas… Moins de deux semaines plus tard, j’acceptais la proposition et commençais à recruter quelques contributeurs dans le but de m’apporter une aide substantielle dans la rédaction des minitests. L’équipe ainsi constituée (uniquement de fans de la machine) s’occupait de rédiger une partie des textes portant sur la logithèque, tandis que je m’occupais de l’autre partie, ainsi que de l’historique, des interviews, des rubriques à thème, etc.

Les 17 mois qui suivirent furent ainsi consacrés, ponctuellement mais toujours très régulièrement, à la rédaction et à la conception du livre… jusqu’à sa sortie le 30 avril 2012, date clef dans la genèse de la Bible Amiga, où 3000 exemplaires sont sortis des rotatives de l’imprimeur. Un grand moment ! Aujourd’hui, l’ouvrage est effectivement, en rupture de stock. Si je trouve la situation réellement dommageable pour les lecteurs et autres afficionados de l’Amiga qui n’ont pas eu le temps de se le procurer, je me console en me disant qu’il a été victime de son succès, ce qui est finalement plutôt valorisant.

Amiga Museum est aussi une de tes créations, c'est quoi au juste ?

Eric Cubizolle : Il s’agit du site Web consacré à l’Amiga et son émulation que j’ai créé aux alentours de l’an 2000. Il est toujours en activité, même si j’éprouve parfois un peu de mal à le maintenir par faute de temps libre. Son but est d’informer, d’engranger les informations au sujet de l’Amiga et d’aider à son émulation sur nos plateformes modernes. On y trouve notamment "Amiga Inside" qui se veut un pack préconfiguré et prêt à l’emploi pour l’émulation Amiga sur PC.

Une autre de tes initiatives est le site d’archive de magazines de jeux vidéo aujourd’hui disparu, parle-nous en un peu.

Eric Cubizolle : Tu fais certainement allusion au site Abandonware-magazines.org. Il faut savoir que ce site est l’aboutissement d’un projet qui a vu le jour suite à une discussion complètement anodine sur le newsgroup fr.comp.emulateurs.

Tout a commencé en 2002. Je me souviens que j’avais initié un sujet dans lequel j’invitais à cliquer sur un lien pointant vers les scans que j’avais réalisés de quelques pages d’un numéro du magazine TILT. Le but de l’opération était purement nostalgique puisqu’il visait simplement à faire ressurgir les souvenirs de ceux qui l’achetaient à l’époque.

De fil en aiguille, l’idée de préserver tous les numéros de ce magazine est né… jusqu’à s’étendre à l’ensemble du patrimoine rédactionnel de la presse spécialisé d’autrefois. Si les contributeurs étaient extrêmement motivés, l’espace permettant le stockage des scans en ligne se voulaient quant à lui, très logiquement, de moins en moins généreux… Les Mégaoctets de fichiers JPEG s’entassaient et l’espace disponible sur les sites Free gratuits que je possédais s’amoindrissait de concert. Nous arrivions à saturation…

Heureusement, ce concept a rapidement séduit Fredo_L d’abandonware-France.org qui proposa très généreusement, et gracieusement, un hébergement sur son site. Ainsi, d’humble "Projet TILT", nous sommes passés à "Projet Magazines", pour finir en Abandonware-Magazines.org ! Aujourd’hui, j’ai laissé la gestion de la totalité du projet à Fredo_L qui se charge de la tâche manière plus qu’admirable. Depuis 2002, le projet n’a jamais faibli, amplifiant continuellement son contenu, pour se transformer aujourd’hui en véritable bibliothèque numérique. Le résultat actuel est effectivement pour moi une petite fierté ! Pour la petite histoire, depuis plusieurs années je me suis mis en quête de me constituer l’intégralité de la collection des numéros de TILT. Car il faut bien avouer que même si le numérique c’est bien, le vrai, le palpable, l’original… c’est mieux !

Venons-en au vif du sujet, Space Race. Ce jeu de plateau épique, basé sur des quizz et que tu as entièrement créé. Pourquoi avoir fait ce jeu ? Comment as-tu fait pour créer un jeu de A à Z, avais-tu une expérience dans ce domaine ?

Eric Cubizolle : Space Race est né de l’envie ancienne de réunir jeu de société et jeu vidéo : deux domaines que j’apprécie beaucoup et dont le mariage me semblait pertinent et amusant. Si l’idée me trottait dans la tête depuis bien des années, je n’avais, hélas, pas les outils pour la concrétiser vraiment. Et puis, il y a quelques temps, Photoshop s’est invité sur mon PC ! Grace à ce fabuleux logiciel (et quelques heures de pratique intense), je suis parvenu à produire l’esthétique qui me plaisait pour chaque composant du jeu. Je n’avais absolument aucune expérience dans ce domaine à la base. Mais comme dit le vieil adage : "à nostalgie vaillante, rien d’impossible", n’est-ce pas ?

Ainsi à mi-chemin entre le Trivial Pursuit et le jeu de l'oie, Space Race est un jeu de société de type quiz qui met à rude épreuve les connaissances des participants en terme de rétrogaming. Le scénario s’appuie sur une course spatiale à travers l’espace et le temps dont la finalité est de rallier le premier la fin du parcours, ou au moins, d’engranger le maximum de bonnes réponses aux questions posées au cours du jeu. Une partie de Space Race s’apparente ainsi à celle d’un véritable jeu vidéo puisque le but est d’arriver le premier jusqu’au bout de l’aventure en déjouant ses pièges et en affrontant ses Boss ou, le cas échéant, d’obtenir au moins le score le plus élevé avant d’arriver au fatidique, et souvent prématuré, "Game Over".

Pour y parvenir, chaque joueur dispose au départ d’un capital vital matérialisé par une jauge constituée d’un nombre de cristaux d’énergie. Lorsque cette jauge atteint son niveau le plus bas, c’est le Game Over : la partie est terminée pour le joueur. Les épreuves se présentent sous la forme de QCM portant sur les jeux vidéo rétro. Des bonus / malus accessibles via certaines cases spéciales du parcours peuvent également interférer dans le bon déroulement de la partie. Bref, Space Race emploie des mécaniques à la fois simples et éprouvées qui ont fait les beaux jours des jeux de société.

Tu as mis le jeu en open source, libre à chacun de le télécharger, l'imprimer, ajouter des questions etc., pourquoi ?

Eric Cubizolle : Pour ne rien te cacher, lorsque j’ai eu assez de matière entre les mains, j’ai tenté de faire éditer Space Race dans le but de matérialiser un produit physique et concrétiser ainsi mon projet. Ma volonté n’était alors pas à vocation lucrative, mais trahissait plutôt cette envie certaine de produire un véritable objet fini. Mais, hélas, toutes mes investigations ont débouché sur des impasses. Les promesses et autres propositions que j’avais obtenues de la part de professionnels se sont envolées comme des feuilles mortes sous la brise automnale lorsque les problèmes de copyright ont été abordés… Désireux et impatient de dévoiler le fruit de mon travail au public, j’ai donc décidé un soir de rendre le tout disponible gratuitement sur AmigaMuseum.

Ainsi, quiconque peu se fabriquer sa version de Space Race, à la condition de tout imprimer soi-même. Je me suis moi-même imprimé une version physique de Space Race afin de posséder un prototype et j’avoue que je suis assez content du rendu final et des proportions de chaque élément. Afin d’être en total accord avec ma démarche, j’ai par ailleurs fait de Space Race un concept ouvert, évolutif, participatif et communautaire. Ainsi, il est également possible de télécharger sur mon site les gabarits vierges et autres fichiers sources nécessaires à l'élaboration de nouvelles cartes et plateaux de jeu. Il suffit juste de faire preuve d'imagination et de créativité. Je vous invite d’ailleurs vivement à venir flâner sur la page officielle du projet qui contient une vidéo explicative.

Actuellement il y a un fort revival du jeu rétro (même Nintendo sort une console officielle reprenant les classiques de sa NES), ne voudrais-tu pas qu'il soit édité "en vrai" ? As-tu fait des démarches en ce sens ? A quels problèmes es-tu confronté ?

Eric Cubizolle : Bien entendu ! Comme je l’explique plus haut, mes tentatives pour éditer Space Race ont malheureusement toutes échouées. Mais je suis toujours ouvert à toute proposition d'édition, que ce soit sous la forme d'un véritable jeu physique ou sous la forme d'une application dématérialisée ! Avis aux intéressés.

Vas-tu continuer de faire vivre ce jeu par l'ajout de questions ?

Eric Cubizolle : Depuis que j’ai rendu publique Sapce Race, je lui développe et ajoute ponctuellement de nouvelles recharges (boosters) de 50 cartes quiz qui augmentent à chaque fois un peu plus le nombre total de cartes quiz. J’attends par ailleurs que les internautes m’envoient leurs propres cartes.

Es-tu collectionneur ? Parle-nous de ta collection le cas échéant.

Eric Cubizolle : Je crois que j’ai toujours été collectionneur. La collectionnite m’avait conduit, il y a quelques années, à carrément transformer une pièce de ma maison en salle retrogaming où s’entassaient nombre de machines et jeux vidéo du passé. Les vides-greniers étaient ma principale source d’approvisionnement. Je me souviens que, sur une étagère, 7 consoles Mega Drive côtoyaient 5 Super Nintendo, 3 Master System et 2 NES. Plusieurs modèles d’Amiga et d’Amstrad CPC faisaient face à un Atari ST. Telles les briques d’Arkanoid, plus de 250 cartouches de jeux de tout horizon formaient un mur bigarré juste à côté. A cœur de ce joyeux chaos anachronique, les machines les plus contemporaines se nommaient alors Nintendo 64 et Playstation…

A l’heure où je vous parle, je croulerais certainement sous une collection démesurée si les aléas de la vie ne m’avaient pas contraint à me séparer définitivement de tout ce matériel d’un autre temps. Durant les 10 années qui suivirent, j’ai essayé d’étouffer le virus de la collection. Mais chassez le naturel, il revient au galop ! Aujourd’hui, même si le matériel que je possède ne partage plus aucune mesure avec la collection que j’entretenais par le passé, je ne rate aucune occasion d’arpenter les stands des brocantes, ou encore d’héberger les machines des amis que le manque de place a obligé à se délester (ça ne te rappelle pas quelqu’un, David ?).

Que penses-tu du monde des jeux vidéo actuel (en terme de qualité de jeux, de gameplay, de nouvelles technologies) ? Est-ce que c'était mieux avant ?

Eric Cubizolle : Si la pratique du retrogaming constitue un puissant catalyseur de nostalgie qui fait remonter en moi quelques uns des souvenirs d’enfance les plus agréables, je ne suis cependant pas partisan du "c’était mieux avant". Je pense en effet que le jeu vidéo contemporain sait proposer des expériences beaucoup plus immersives et réalistes, en plus d’offrir un gameplay plus agréable. Alors si je suis incapable de me résigner à ne plus regarder en arrière, je reste cependant inexorablement attiré par ce qu’il y a devant.

Préfères-tu jouer à des jeux rétro ou à des jeux nouvelles générations ?

Eric Cubizolle : La pratique de chaque catégorie me procure des satisfactions différentes et complémentaires. Il m’est très difficile de dissocier l’une de l’autre… Ceci dit, si j’étais contraint, sous la torture extrême, de faire un choix, j’opterais tout de même pour la Next Gen.

Que conseillerais-tu à une personne qui voudrait se pencher sur le jeu rétro ? Par quoi commencer ? L'émulation ? Des consoles d'occasion ? Lesquelles ?

Eric Cubizolle : Je lui conseillerais en tout premier lieu de commencer par l’émulation afin qu’elle puisse aborder la discipline rapidement et facilement… et aussi pour qu’elle puisse affirmer ses choix avant de passer à l’acquisition des véritables machines et jeux. Par contre, je lui déconseillerais fortement les sites d’enchères où les prix pratiqués sont devenus plus qu’indécents, pour l’orienter vers les sites et forums de retrogamers nostalgiques qui ont la tête sur les épaules. Bien évidemment, je ne pourrais m’empêcher de prêcher en faveur de l’Amiga.

Quels sont tes projets maintenant ? Ecriture ? Autre jeu de plateau ? Un musée rétro ? (Je pense notamment à un sujet qui te tient à coeur, l'inspiration graphique ou en terme de gameplay d'un jeu sur un autre).

Eric Cubizolle : D’une manière générale, je poursuis la rédaction d’articles pour Pix’n Love, avec des dossiers et des thèmes éclectiques, bien que le plus souvent orientés micros, mon domaine de prédilection ! Parmi ces articles, se trouve d’ailleurs un projet de dossier portant sur les plagiats et les sources d’inspiration commune dans le jeu vidéo. Mais il s’agit d’un travail de très longue haleine demandant de compiler de très nombreuses informations et dont la gestation risque d’être réellement très longue... A part cela, je suis continuellement en quête de nouvelles idées sur le retrogaming.

Quelle question de ton jeu pourrait encore te faire hésiter sur la bonne réponse ?

Eric Cubizolle : Du fait de mon background presque exclusivement micro, je dirais une bonne partie de celles portant sur l’univers des jeux consoles.

Trois mots pour définir ta passion ?

Eric Cubizolle : Nostalgie, partage et chocolat, parce que c’est bon, le chocolat.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Amiga Museum
La page officielle de Space Race
Le site officiel de Pix'n Love
Le Facebook de Pix'n Love
Le site officiel de Abandonware Magazines

Crédits photos : Eric Cubizolle


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 avril 2017 : C'est reparti pour un tour

On ne s'éternisera pas sur ce premier tour de l'élection présidentielle, toujours en cours à l'heure où nous bouclons notre édition. Mais d'autres le font, comme Sean O'Hagan ou les Tagada Jones dans les interviews à découvrir ci dessous ou Cyril Mokaiesh dans ses chansons. Voici donc pour vous détendre et éveiller votre soif de culture, notre sélection hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Si oui, oui. Sinon, non" de Albert Marcoeur & le Quatuor Béla
"Stup virus" de Stupeflip
Interview de Sean O'Hagan (High Llamas) avec un petit bonus vidéo en fin d'interview
"Ultramega OK (expanded reissue)" de Soundgarden
Interview de Tagada Jones autour de leur nouvel album "La peste et le choléra"
"Django - BoF" de Warren Ellis et Stochelo Rosenberg
"Disparue Juliette" de De Calm
"Dead-end tape" de Emilie Zoé
"Songs from la chambre" de Julien Bouchard
La Louise, Gliz, Storm Orchestra dans une sélection de EP
"The secret" de Lord Ruby
"Cycle EP" de Samifati
Interview de Warhaus que l'on ressort à l'occasion de sa venue en concert en France
Weyes Blood en concert à l'I Boat de Bordeaux
Interview de Cyril Mokaiesh autour de "Clôture" accompagnée d'une session 4 titres
et toujours :
"In mind" de Real Estate, "Sincerly, future pollution" de Timber Timbre, "French press" de Rolling Blackouts Coasal Fever, "Santa Maria" de Carmen Maria Vega, "Gabriel Fauré piano works" de Michel Dalberto, "Le cris des fourmis" de Iaross, "Le grand H de l'homme" de Barbara Weldens, "New day's waiting" de Gaëlle Buswel, Wild times, angelfish decay et Monkypolis dans une sélection de single et EP

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le cas Martin Piche" au Théâtre Montparnasse
"Dans un canard" au Théâtre du Rond-Point
"L'Abattage rituel de Gorge Mastromas" au Théâtre du Rond-Point
"Baal" au Théâtre de la Colline
"L'Autre Proust" à la Scène Thélème
"La Chose commune" à l'Espace Cardin
"C'est toujours un peu dangereux de s'attacher à qui que ce soit" à La Loge
"The Lighthouse" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
des reprises :
"Ubu" à la MAC à Créteil
"Comtesse de Ségur, née Rostpchine" au Studio Hébertot
"Un bec" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles d'avril

Expositions avec :

"Des Grands Moghols aux Maharajahs - Joyaux de la collection Al Thani" au Grand Palais

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"La Morsure des Dieux" de Cheyenne Carron
"Adieu Mandalay" de Midi Z
les chroniques des autres sorties d'avril
et les chroniques des sorties de mars

Lecture avec :

"Valet de pique" de Joyce Carol Oates
"Franquin chez les Rombaldi" par Gunhed TV

Froggeek's Delight :

"Tom Clancy's Ghost Recon : Wildlands" sur PS4, Xbox One et PC
"Horizon Zero Dawn" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=