Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Pop Group
Honeymoon On Mars  (!K7 Records)  octobre 2016

Chroniquer en 2016 la sortie d’un nouvel album de The Pop Group nécessite en tout premier lieu un bond en arrière de 40 ans, dans les méandres des brit 70’s. En 1977, à la mort du punk, la plus riche période musicale de l’histoire du rock anglais va voir le jour, le post-punk, qui durera jusqu’aux environs de 1984.

Parler de mouvement post-punk est une erreur, il est plus judicieux de parler d’époque post-punk, tant les styles et les mouvements furent aussi géniaux que différents. Trouver une catégorie commune à Magazine, Joy Division, The Cure, Bauhaus, Throbbing Gristle, Kid Creole ou encore Frankie Goes relève du défi ! Parmi tous ces groupes, l’un des plus influents en son temps fut The Pop Group, même si l’Histoire retiendra beaucoup plus les Cure, Siouxsie ou Joy Division…

Pourtant, le groupe originaire du quartier afro-jamaicain St Pauls de Bristol, bastion des plus importantes émeutes anti-cops en 80, connut un très important succès dès 78 (couv du NME) alors que le groupe n’avait pas encore sorti le moindre single (!), ce qui leur permit de trouver refuge sur le label Radar Records. Essentiellement inspirés par le black sound, celui des Last Poets, Archie Shepp, Funkadelic et LKJ, The Pop Group exprima la conscience des classes populaires et le climat d’urgence du thatcherisme, à travers des textes empruntant à la beat generation (Ginsberg, Kerouac, Burroughs), la révolte situationniste et l’ennui généralisé d’une jeunesse populaire radicalisé contre les affres du conservatisme politique et de la répression sociale de l’époque. Les membres du Pop Group, qui se qualifiaient eux-mêmes de "groupe suicidaire" tant leurs engagements politiques (militants dans plusieurs mouvements anti-racistes, anti-sexistes, anti-nucléaires, fondateurs de la Funky Black Army…) les plaçaient dans la ligne de tir du 10 Downing street.

Le Pop Group, c’est aussi la grande aventure indissociable de celle de The Slits, aventures musicales, amoureuses, spirituelles (fuir "Babylon")… Avant-gardistes de leur époque, leur son mélangeait les rythmes reggae, la fièvre funk, l’expérimentation du jazz et la coolitude dub… Le groupe connut ainsi le succès avec des titres comme "We are all prostitutes" et leur première grande tournée "Animal instinct tour"…

L’apogée du groupe se situe précisément le 26 octobre 1980 quand ils jouèrent devant 250.000 personnes à Trafalgar dans le cadre d’un concert de charité. Les membres ayant le sentiment d’avoir atteint l’acmé de leur quête, décidèrent de mettre fin au groupe. Tous se dispersèrent dans plusieurs projets musicaux tels The Glaxo Babies, Maximum Joy et Pigbag qui connut un top 3 dans les charts avec le single "Papa’s got a brand new pigbag"…

Au fil du temps le groupe qui avait collaboré avec les Flying Lizards, Costello, Stranglers, Alternative TV, Patti Smith et Père Ubu, devint une référence culte pour grand nombre d’observateurs dont Matt Groening qui les ressortit de leur retraite lors d’un concert marquant les retrouvailles du groupe 30 ans après, à l’occasion du festival All Tomorrow’s Parties en 2010. Et depuis ces retrouvailles, le groupe ne cesse d’être actif. Réédition des premiers albums complétés de titres et d’archives collectors, enregistrement du live "The Boys Whose Head Exploded" et tournée mondiale en 2014.

Enregistré lors de plusieurs sessions cet été 2016, The Pop Group sort ainsi son nouvel album Honeymoon on Mars, riche de 10 titres. L’urgence sociale ("Burn Your Flag") et la volonté de s’ériger contre la haine ("War Inc") est toujours le thème central de leur univers. D’un point de vue musical, le groupe oscille toujours dans les sons black qui ont fait sa griffe ("leur incroyable volonté de rester fidèles à eux-mêmes et de ne pas se soucier des genres musicaux les rend uniques" dixit leur producteur Hans Shocklee) en y ajoutant des sonorités beaucoup plus électro par rapport à 78. Les fans du groupe se retrouveront ainsi en terrain connu, même si le temps a passé, le groupe a su se réapproprier sa marque de fabrique, qui aura vu au cours des années écoulées nombre d’artistes œuvrer dans leurs traces, d’Asian Dub à NIN, de Roots Manuva à DJ Vadim

Cet album, plus destiné aux connaisseurs du post-punk, n’est pas vraiment à recommander à des oreilles peu éduquées aux sons expérimentaux, par contre il ravira les amateurs et les nostalgiques du son de cette époque et bien entendu les fans hardcore du groupe qui éprouveront la sensation que le groupe n’a juste breaké que le temps d’une pause. The Pop Group se produira à travers l’Europe dès la mi-novembre, et en France le 26 lors du BBmix festival à Boulogne-Billancourt.

 

En savoir plus :
Le site officiel de The Pop Group
Le Bandcamp de The Pop Group
Le Soundcloud de The Pop Group
Le Facebook de The Pop Group


Sébastien Dupressoir         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=