Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nicolas Paugam
Mon agitation  (Microcultures / Differ-Ant)  novembre 2015

Oui, la chanson française existe encore, et oui, elle a un avenir, et encore oui, elle s’écoute comme on ramasse des champignons, en regardant au loin, évidemment. Nicolas Paugam en est. Un artiste auteur-compositeur-concepteur de cet album aérien Mon agitation.

Second produit de l’artiste, Mon agitation a vu le jour grâce aux financements participatifs de Microcultures. Voyons voir si vos pesetas sont bien placés.

La voix masculine est assez perchée, un peu comme quand Chaton s’essaie aux vocalises. Non pas que Nicolas Paugam s’essaie au timbre ô combien cristallin de chapons meurtris, il est plutôt dans le timbre de la chansonnette. Avez-vous déjà rencontré ces gars qui ferment les yeux, se bouchent une oreille (on se demande bien pourquoi) et se prennent pour Barry White ? Ils me font le même effet que l’accent québécois ceux-là, j’ai du mal à garder mon sérieux.

Et bien Nicolas Paugam est tout le contraire, il chante, point final, sans entourloupe, sans en faire des caisses, avec son timbre perché de cour de récré. Et ça fonctionne. Parmi les trompettes et les percussions des îles, l’album semble tout droit sorti d’une piña colada bien fraîche, avec une paille s’il vous plaît.

Au son des maracas et des cuivres enjoués, Nicolas Paugam ne chante pas l’amour et les bouquets de roses fanés. Ses textes sont souvent graves et chargés de sens ("Saugrenus, saugrenus") : "Enfant en guerre, perdu dans le désert, dessine ton mouton sans caisse ni avion, remplis de coquelicots de chien de ton canon".

La mort, la guerre, la misère, l’exil sont les piliers des textes de Nicolas Paugam : "Si tu vas au San Salvador, coco, il n’y a pas, pas plus de liberté que sous ton propre toit, pas plus de centenaires qui ont trouvé la voie, pas de quoi oublier l’Histoire de France" ("Si tu vas à San Franciscoco").

"Vos cogitations, simples corruptions, ont la fulgurance de leur disparition, il pleut Bergère, trop de loups font misère" ("Je m’en fous"), une joyeuse façon d’envoyer valser les statistiques et la morale bien pensante.

Et en même temps, il dépeint avec une justesse anthropologique l’individualisme ambiant :" A mesure que l’on glisse dans des temps sombres et dans la nuit, on se regarde tous de travers dans le métro, c’est irréel" ("Le bon numéro").

Derrière son air badin et détendu, Nicolas Paugam propose un tableau sombre de la France de nos jours. Comme les mauvais souvenirs nous assaillent certains matins où nous nous réveillons de bonne humeur. Et c’est dans le son qu’il place l’optimisme qui ne réside pas dans les textes, un rythme caribéen et des mélodies murmurées lors de la contemplation d’un horizon grisaillant.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Aquae Mostlae de Nicolas Paugam
La chronique de l'album Boustrophédon de Nicolas Paugam
La chronique de l'album Le Ventre et l'Estomac de Nicolas Paugam

En savoir plus :
Le site officiel de Nicolas Paugam
Le Bandcamp de Nicolas Paugam
Le Soundcloud de Nicolas Paugam
Le Facebook de Nicolas Paugam


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=