Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Chantal Laxenaire & the Gang
Prison’s blues  (Autoproduit)  mars 2016

"A ces anonymes, ces femmes, ces hommes, ces prisonniers, chantant sur les digues du Mississippi, dans les geôles, dans les champs, dans tous ces endroits improbables et inventant une musique populaire, porteuse d’humanité."

Atlas, le mec qui portait le monde sur ses épaules. Voilà à qui m’a fait penser cette dédicace. Existe-t-il une musique plus chargée d’histoire et de larmes que le blues ? Prison’s blues respire l’originel, le solennel blues voix du chagrin, de l’espoir, de l’humanité. Chantal Laxenaire s’est entourée de son gang, composé d’Eric Legrand, Freddy Holleville et Jean-Pierre Fourment pour ressusciter ces titres enfouis.

Les uchronies disent-elles ce qu’il serait advenu du blues si l’homme blanc n’avait pas eu soif d’espèces sonnantes et trébuchantes ? Je me demande si le respect qu’inspire le blues ne vient pas de là. Né dans les champs de coton, sorti de la gorge d’esclaves restés dignes jusqu’au bout, magnifié par des voix mélancoliques et des souvenirs perdus, le blues résonne dans nos âmes comme un hymne universel à la folie des hommes.

Prison’s blues, onze titres, onze retours dans le passé, onze histoires puissantes à crever. Chantal Laxenaire & the gang réussissent à transcender les époques et à porter la conquête de l’ouest dans mon saloon… hum, de mon salon je voulais dire. Ce que je sais c’est que je n’en sais rien, je ne sais rien des sentiments qui ont habité les années blues du commerce triangulaire au Ku-Klux-Klan. Et maintenant… Restent les enregistrements et les voix vibrantes des chanteurs aux coffres impressionnants d’émotions.

Les seuls qui n’ont pas besoin d’en faire des caisses, qui n’ont besoin ni de paillettes, ni de spots pour briller, ce sont les artistes blues. Hommes ou femmes, peu importe. Tout devient évident en les écoutant, la lumière au bout du tunnel, le calme après la tempête, la nostalgie et le souffle de vie, il vient de là, il vient du blues…

De la guitare qui n’en peut plus de gémir sur "Rolled and Tumbled", de la douceur veloutée de "It’s better to be born lucky", de la contrebasse jazzy-sexy de "Worried mind", de la corde qui se déhanche dans son fourreau rouge corbeau de "Strange man", de la guitare électrisée de "Five long years", des silences recueillis de "Prison Blues"… L’histoire du blues dans Prison’s blues.

Avez-vous déjà remarqué comme un feu de bois hypnotise les regards ? A quel point le feu fascine notre inconscient collectif ? Comme si nous partagions toujours le sentiment du premier préhistorique qui se fit griller une côtelette ? Le blues parle au même intérieur. Avez-vous remarqué les pauses silencieuses d’une salle bondée quand trois notes de blues passent au-dessus de nos têtes ? Nous portons en nous la subtile harmonie de cette musique ancestrale.

Un album qui rend poète, donne des envies de pardon et de voyages dans des coins isolés, des chants qui puisent leur énergie aux sources de la passion, une musicalité qui fait vibrer plus d’un auditeur averti… Il en faut peu pour être heureux, un peu de blues et de verdure.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Chantal Laxenaire
Le Soundcloud de Chantal Laxenaire
Le Facebook de Chantal Laxenaire


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=