Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mathieu Boogaerts
Promeneur  (Tôt ou tard / Wagram)  novembre 2016

Déjà 20 ans que ce bon vieux Mathieu Boogaerts nous promène dans son univers musical si particulier, minimaliste très souvent, avec sa voix discrète que l’on reconnaît dès les premiers mots. Le voilà de retour, donc, 4 ans après son album éponyme, toujours avec ses chansons atypiques faites de bric et de broc et ses mélodies originales et attachantes.

Ce disque, enregistré seul dans une maison isolé à la montagne s’est d’abord construit par le chant de l’artiste autour d’une guitare, sur lesquels sont venus s’ajouter un bongo, un clavier, une guitare électrique et des violons sur quelques titres. On se balade, le long des 13 titres composés d’un ou deux mots, souvent très courts, ne dépassant pas les trois minutes. On rêve, on s’évade, dans des paysages variés, on traverse des jardins, on déambule dans les chemins sinueux des sentiments et des souvenirs.

Mathieu Boogaerts s’interroge sur les rêves d’antan avec "Qu’en est-il" ? "Qu’en est-il de tes projets ? Qu’en est-il de tes plans ? Qu’est-ce que tu as fait ? Qu’est-ce que tu attends ? Qu’en est-il vraiment ?". Ces questions pourraient être celles qu’il se pose après 20 ans de carrière, qui sait ? Bizarre, très belle chanson pleine de poésie, voit l’artiste s’interroger sur sa représentation dessinée par un enfant. Avec pourquoi pas, Boogaerts prend de la hauteur, c’est lui qui le dit, il se pose toujours autant de questions mais rêve d’échappées belles…

"Chhh", j’adore le titre, improbable, voit l’entrée en scène du violon, mélodie sublime, paroles ciselées comme sait le faire si bien l’artiste nous parle du départ, de l’absence mais surtout du bilan d’une relation qui s’arrête. "Non rien ne sera plus jamais comme avant et avant c’était mieux que maintenant".

Une mélodie est parfaite pour bercer les petits (et peut-être les grands), le clavier vient à la rencontre de la guitare, la voix est posée délicatement sur la musique. Boogaerts nous envoûte de nouveau, c’est juste, c’est beau, "sans fausse note aucune" dit-il, "même pendant la tempête" : une vraie belle chanson pleine d’espoir.

Vous l’avez compris, comme dans ses albums précédents, les thèmes sont de nouveau très variés sur ce disque, on y retrouve le bien et le mal avec l’enfer et ses vieux démons, l’amour bien sûr comme une marque de fabrique pour Boogaerts, le désir, toujours, qu’il évoque et chante si bien depuis 20 ans, la liberté évidemment qui le suit toujours mais aussi les doutes (qui le suivent aussi), l’émancipation et les certitudes.

Comme toujours, je reste une fois de plus émerveillé à l’écoute de ce nouveau disque de Mathieu Boogaerts. Depuis 20 ans et son premier album, Super, jusqu’à aujourd’hui, avec Promeneur, j’aime les albums de Mathieu Boogaerts qui ne me déçoivent jamais, j’aime ses textes, j’aime ses mélodies dépouillées, sans trop savoir vraiment pourquoi, sans trop savoir comment le justifier, je les aime tout simplement. Il fait partie de ces artistes que je suis depuis le début, avec lesquels je grandis…

Bizarrement ici, tout ce que je ressens à l’écoute des disques de Mathieu Boogaerts pourrait se résumer par l’écoute de la dernière chanson de l’album, Merci. Comme il le dit si bien dans cette ultime chanson, "j’aime le parfum, les fleurs, tout en ce jardin m’émeut, que vibre très fort mon cœur, que vibre mon corps heureux. Bercé par le charme des oiseaux, leurs mélodies m’enchantent, que coulent mes larmes de joie, aussi moi aussi je chante. Merci".

Merci, promeneur, merci monsieur Boogaerts, de nous avoir promené le temps d’une grosse demi-heure dans votre univers si attachant. Un mois à peine après la sortie du très beau disque de Vincent Delerm, Boogaerts confirme la belle vitalité de la chanson française loin, bien loin des produits marketing insipides de notre téléréalité qui eux, sans aucun doute, ne dureront pas 20 ans.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Michel de Mathieu Boogaerts
La chronique de l'album I Love You de Mathieu Boogaerts
La chronique de l'album Mercredi ! A La Java ! de Mathieu Boogaerts
La chronique de l'album eponyme de Mathieu Boogaerts
Mathieu Boogaerts en concert à la Salle Jacques Brel (18 octobre 2003)
Mathieu Boogaerts en concert au Trianon (1er décembre 2003)
Mathieu Boogaerts en concert à la Salle Desbonnet (samedi 18 juin 2011)
Mathieu Boogaerts en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - dimanche
Mathieu Boogaerts en concert à la Maison Folie Beaulieu (mercredi 31 octobre 2012)
Mathieu Boogaerts en concert au Grand Mix (mardi 14 mars 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de Mathieu Boogaerts
Le Facebook de Mathieu Boogaerts


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=