Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Erwan Pinard
Obsolescence programmée  (Samedi 14)  février 2016

Cet album d’Erwan Pinard est une autopsie de la société contemporaine, celle de tout de suite maintenant. Rien n’échappe à son œil acerbe et à ses répliques acides dans Obsolescence programmée, pour le plus grand plaisir de vos mignonnes oreilles attentives.

Quelques mots pour la conception graphique de l’album illustrant l’esprit des morceaux. Les dessins disent : exit la peau du ventre, regardez un peu le dedans de nous-mêmes, tout n’est que chair irriguée de liquide écarlate, fibres et sacs de tissu vivant, conduits et circulation, enzymes et globules. Chaque partie numérotée comme les pièces de bidoche sur le bœuf schématisé du boucher. L’album est dans le même esprit : soulevons le masque de peau protecteur et regardons dessous.

Erwan Pinard a composé et écrit l’ensemble des titres de l’album, et c’est accompagné de Jérôme et Lionel Aubernon qu’il a mis en boîte ses trouvailles. Les instruments choisis accompagnent l’ambiance de chaque titre : un simple beat acoustique pour les battements d’un cœur qui n’attend rien d’autre que le prochain battement, un cuivre de trompette pour un gémissement de cœur qui grince en pulsant ce qui lui reste de désir, une décharge de guitare pour la déflagration de la colère qui n’en peut plus de rester coincée dans une gorge serrée.

Il n’est pas anodin de se nommer Monsieur Pinard, encore moins de porter le génie des mots et de savoir les orchestrer pour qu’ils mettent en relation les petits tracas et les grandes causes. Monsieur Pinard a une vision du monde originale et poilante, dans sa façon de relier les mots et la polysémie chère à ce dérivé du latin antique, nommée Langue de Molière : "les queues de poisson tombent à l’eau de boudin, Y a dix mille faons de forcer le destin, Au coin de la rue je fais le pied de grue, Et ronge mon frein en chantant ce refrain" ("Les queues de poisson").

Hey, vous, les académiciens amidonnés dans vos pourpoints brodés, la relève de Molière et Vian est assurée, des associations de paroles absurdes et parfaites pour une joute verbale sur un air de polysémie, rythmée au quiproquos : "Mes pleins phares dans la gueule si tu me trouves trop effacé, Si tu ne trouves plus ta place, je t’offre un GPS" ("Pénurie").

Portrait de l’homme moderne cynique et blasé, celui qui prend un air nonchalant pour murmurer un "Tranquille" quand on lui demande comment il va. Juste quand l’envie nous prend de nous révolter contre un désaxé ("une fan de Lady Gaga découpe son chat et s’en fait un manteau"), de pester contre un enfoiré ("il mettait du Lexomil dans les céréales de ses enfants"), de vociférer, de dérouler la langue de vipère et de cracher sur la mauvaise fortune et les tarés en liberté.

Un peu de nous dans chaque titre, notre Hyde-Phoenix caché derrière la flamboyante Jekill-Grey, un peu de lâcheté, "Qu’as-tu été capable de faire par amour ? Prendre des décisions "Jean-Pierre remets en deux, une pour moi, une pour mon pote"… Croire les signaux cachés dans les plaques d’immatriculation, tourner en rond, te répéter, tourner en rond". Un peu de laisser-aller et de culpabilité : "Cela fait une demi-heure que j’attends un message de toi, soit 90 accidents de la main en France et 60 enfants morts du paludisme en Afrique, et tu comptes laisser faire ça ?" ("Compte à rebours").

Cinquante et une minutes de musique épatantes, du cynisme assumé entre blues qui déchire et guitares énervantes, de la vérité sortie de la bouche d’un jongleur du champ lexical à la prosodie située entre le raifort et la fleur d’oranger, un peu piquant mais appétissant.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Erwan Pinard en concert à La Tannerie (dimanche 20 novembre 2016)

En savoir plus :
Le Soundcloud de Erwan Pinard
Le Facebook de Erwan Pinard


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=