Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Louise en hiver
Jean-François Laguionie  novembre 2016

Réalisé par Jean-François Laguionie. France. Animation. 1h15 (Sortie le 23 novembre 2016).

Il y a une douce mélancolie dans les films de Jean-François Laguionie, les images d’un temps passé qui n’existe plus que dans notre imaginaire.

Des pages d’album, recouvertes de cartes postales de villes balnéaires, sont tournées une à une. Images d’un bonheur en grande partie fantasmé, d’un temps qu’on voudrait insouciant, à l’image de ces trois baigneuses qu’on trouvait déjà dansant sur la plage dans le premier court-métrage du réalisateur, "La Demoiselle et le violoncelliste".

C’est une belle idée que de clore la rétrospective que la Cinémathèque française a consacrée à Jean-François Laguionie avec son cinquième long-métrage, "Louise en hiver".

Car on y retrouve bien tous ces éléments qui font la richesse de son cinéma, parfois sous forme de clins d’œil : un violoncelle rejeté sur la plage, c’est peut-être la dépouille enfin rendue à la terre de l’instrument qui apparaissait dans, encore une fois, "La Demoiselle et le violoncelliste" ; une ville abandonnée, presque un décor de western où Louise peut faire ce qu’elle veut, comme celle que repeignait en rose le voyageur d’ "Une bombe par hasard".

Fidèle à l’idée selon laquelle les personnages, dans la nature, révèlent davantage leur intériorité et leurs pensées intimes que perdus dans la ville, Jean-François Laguionie invente une robinsonnade à la fois drôle et mélancolique.

Sa Louise, femme âgée, partage l’année entre sa maison du bord de mer en Ormandie, et son appartement en ville. A l’annonce de très fortes marées, les habitants désertent leurs maisons pour se réfugier dans les terres. Louise en aurait fait de même, mais elle rate le dernier train pour la ville. Livrée à elle-même dans une ville fantôme, la vieille dame, en attendant qu’on se rende compte de son absence, décide de se débrouiller seule.

Comme tous les personnages de Jean-François Laguionie, du wonko du" Château des singes" aux figures inachevées du "Tableau", son film précédent, en passant par le jeune marin de "L’île de Blackmooré, Louise est, à sa manière douce et lente, en quête de sa propre liberté. Et comme souvent, c’est par la mer que vient cette liberté.

C’est en effet la mer et son rythme qui disent le temps qui passe : il est à cet égard significatif que ce soit l’horaire des marées qui fasse office de calendrier à Louise. En ville, les horloges ne fonctionnent plus, et celle de la gare a perdu ses aiguilles. Le temps est donc celui de la nature, qui présente à Louise seule, Robinson dans sa cabine de plage, ses changements colorés.

Les falaises et la mer offrent en effet un tableau d’une grande beauté, toujours en mouvement. D’un trait de craie, Jean-François Laguionie dessine une crête blanche, un rayon de soleil qui filtre à travers une vague…

Les aspects les plus matériels de la vie - s’abriter du vent, se construire une maison, cultiver des légumes - cohabitent harmonieusement avec des séquences oniriques. De ces rêves, il est parfois difficile de savoir s’il s’agit de fantasmes ou de souvenirs.

L’angoisse de la mort y est souvent présente, en particulier sous les traits macabres d’un squelette d’aviateur, mort durant la guerre et auquel la jeune Louise confiait ses peines. Les temporalités se mêlent à mesure que Louise reconquiert sa mémoire. Elle se revoit petite fille délaissée par sa mère, puis adolescente malicieuse, mais jamais ses années d’adultes ne lui apparaîtront : la mémoire a parfois de ces ratés qui sont aussi des délicatesses.

Les lieux aussi deviennent incertains. La plage est à la fois un petit carré familier de sable, mais aussi une étendue que Louise explore chaque jour. Elle s’arrête parfois dans une sorte de décharge, ou de paradis des objets perdus. Là aussi s’abritent des souvenirs. Et les fantômes ne sont jamais loin, comme le prouve la très belle séquence où Louise arpente la ville abandonnée, croisant les ombres de ceux qui furent, écoutant un pianiste fantasmatique dans un café désert.

On ne saurait d’ailleurs conclure cette chronique sans parler du grand soin apporté aux sons et à la musique, autre constante du cinéma de Jean-François Laguionie. Le bruit des vagues, le froissement humide du sable sous les pieds de Louise, le sifflement du vent dans les herbes dessinent un univers sonore enveloppant et doux. Chants d’enfants ou voix si humaine du violon accompagnent généreusement Louise sur le chemin de sa mémoire dans un voyage à la fois mélancolique et libérateur.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=