Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Louise en hiver
Jean-François Laguionie  novembre 2016

Réalisé par Jean-François Laguionie. France. Animation. 1h15 (Sortie le 23 novembre 2016).

Il y a une douce mélancolie dans les films de Jean-François Laguionie, les images d’un temps passé qui n’existe plus que dans notre imaginaire.

Des pages d’album, recouvertes de cartes postales de villes balnéaires, sont tournées une à une. Images d’un bonheur en grande partie fantasmé, d’un temps qu’on voudrait insouciant, à l’image de ces trois baigneuses qu’on trouvait déjà dansant sur la plage dans le premier court-métrage du réalisateur, "La Demoiselle et le violoncelliste".

C’est une belle idée que de clore la rétrospective que la Cinémathèque française a consacrée à Jean-François Laguionie avec son cinquième long-métrage, "Louise en hiver".

Car on y retrouve bien tous ces éléments qui font la richesse de son cinéma, parfois sous forme de clins d’œil : un violoncelle rejeté sur la plage, c’est peut-être la dépouille enfin rendue à la terre de l’instrument qui apparaissait dans, encore une fois, "La Demoiselle et le violoncelliste" ; une ville abandonnée, presque un décor de western où Louise peut faire ce qu’elle veut, comme celle que repeignait en rose le voyageur d’ "Une bombe par hasard".

Fidèle à l’idée selon laquelle les personnages, dans la nature, révèlent davantage leur intériorité et leurs pensées intimes que perdus dans la ville, Jean-François Laguionie invente une robinsonnade à la fois drôle et mélancolique.

Sa Louise, femme âgée, partage l’année entre sa maison du bord de mer en Ormandie, et son appartement en ville. A l’annonce de très fortes marées, les habitants désertent leurs maisons pour se réfugier dans les terres. Louise en aurait fait de même, mais elle rate le dernier train pour la ville. Livrée à elle-même dans une ville fantôme, la vieille dame, en attendant qu’on se rende compte de son absence, décide de se débrouiller seule.

Comme tous les personnages de Jean-François Laguionie, du wonko du" Château des singes" aux figures inachevées du "Tableau", son film précédent, en passant par le jeune marin de "L’île de Blackmooré, Louise est, à sa manière douce et lente, en quête de sa propre liberté. Et comme souvent, c’est par la mer que vient cette liberté.

C’est en effet la mer et son rythme qui disent le temps qui passe : il est à cet égard significatif que ce soit l’horaire des marées qui fasse office de calendrier à Louise. En ville, les horloges ne fonctionnent plus, et celle de la gare a perdu ses aiguilles. Le temps est donc celui de la nature, qui présente à Louise seule, Robinson dans sa cabine de plage, ses changements colorés.

Les falaises et la mer offrent en effet un tableau d’une grande beauté, toujours en mouvement. D’un trait de craie, Jean-François Laguionie dessine une crête blanche, un rayon de soleil qui filtre à travers une vague…

Les aspects les plus matériels de la vie - s’abriter du vent, se construire une maison, cultiver des légumes - cohabitent harmonieusement avec des séquences oniriques. De ces rêves, il est parfois difficile de savoir s’il s’agit de fantasmes ou de souvenirs.

L’angoisse de la mort y est souvent présente, en particulier sous les traits macabres d’un squelette d’aviateur, mort durant la guerre et auquel la jeune Louise confiait ses peines. Les temporalités se mêlent à mesure que Louise reconquiert sa mémoire. Elle se revoit petite fille délaissée par sa mère, puis adolescente malicieuse, mais jamais ses années d’adultes ne lui apparaîtront : la mémoire a parfois de ces ratés qui sont aussi des délicatesses.

Les lieux aussi deviennent incertains. La plage est à la fois un petit carré familier de sable, mais aussi une étendue que Louise explore chaque jour. Elle s’arrête parfois dans une sorte de décharge, ou de paradis des objets perdus. Là aussi s’abritent des souvenirs. Et les fantômes ne sont jamais loin, comme le prouve la très belle séquence où Louise arpente la ville abandonnée, croisant les ombres de ceux qui furent, écoutant un pianiste fantasmatique dans un café désert.

On ne saurait d’ailleurs conclure cette chronique sans parler du grand soin apporté aux sons et à la musique, autre constante du cinéma de Jean-François Laguionie. Le bruit des vagues, le froissement humide du sable sous les pieds de Louise, le sifflement du vent dans les herbes dessinent un univers sonore enveloppant et doux. Chants d’enfants ou voix si humaine du violon accompagnent généreusement Louise sur le chemin de sa mémoire dans un voyage à la fois mélancolique et libérateur.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=