Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Color Line - Les artistes africains-américains et la ségrégation
Musée du Quai Branly  (Paris)  Du 4 octobre 2016 au 15 janvier 2017

Après "Le Siècle du Jazz" qui proposait une traversée artistique du 20ème siècle avec le jazz pour fil rouge, le critique d'art Denis Soutif revient au Musée du Quai Branly avec "The Color Line" dont il assure le commissariat.

Sous-titrée "Les artistes africains-américains et la ségrégation raciale", cette exposition ambitieuse et inédite invite à une déambulation similaire pour retracer l'histoire artistique de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis.

Nonobstant la polémique critique sur la mise en situation des oeuvres, le débat sur l'existence même d'un art spécifique à la communauté noire américaine, voire celle d'une identité noire américaine, et la querelle terminologique sur le politiquement (in)correct de l'expression "afro-américain" à laquelle s'est substituée celle d'africains-américains, la monstration s'avère réussie notamment quant à son propos générique qui ressort à l'usage de l'art en politique.

En effet, elle participe à la réflexion sur l'art et sa nature intrinsèquement ambivalente et au débat sur l'instrumentalisation de l'art au coeur des enjeux de la modernité artistique, quand, s'échappant du champ esthétique, il devient tant l'instrument d'une stratégie de domination permettant d'asseoir une autorité politique, tel dans le processus de construction nationale comme l'art mexicain dans la première moitié du 20ème siècle au coeur de l'exposition "Mexique" au Grand Palais, ou sociale par le marché de l'art et le mécénat, que, comme en l'espèce, un moyen de lutte politique contre les discriminations érigées ou avalisées par le pouvoir étatique.

The Color Line, le "black power" de l'art

Par son titre, l'exposition est placée sous l'obédience de William Edward Burghardt Du Bois historien, sociologue et militant de la première heure, président du Niagara movement puis fondateur de la National Association for the Advancement of Colored People, dont les couvertures de son magazine officiel "The Crisis" font l'objet d'un mur documentaire, qui écrivait à l'orée du 20ème siècle sur la problématique politique de "la ligne de partage des couleurs".

Elle se déroule selon un didactique parcours chrono-thématique qui scande le combat pour l'égalité des droits civiques bafouée par la ségrégation raciale qui a perduré dans l'Amérique post-esclavagiste.

Riche d'un nombre conséquent d'oeuvres et de documents originaux mis en espace dans la scénographie claire de "white cube" de Laurence Fontaine, elle permet de découvir les artistes qui se sont engagés individuellement ou au sein de mouvements artistiques tels le "Harlem Renaissance" des années 1920 et 1930 placées sous le signe du jazz et une de ses figures majeures, le peintre Aaron Douglas, puis le mouvement des "Civil Rights" des années 1945-1960 avec les leaders Martin Luther King et Malcolm X et des groupes activistes tel celui de "The Black Panther".

La pertinence de l'accrochage tient également à la mise en résonance d'oeuvres d'époque différentes comme l'installation "Autour du monde", oeuvre récente de Whitfield Lovell, avec des portraits des mobilisés africains-américains qui ont largement contribué à former les troupes de combat et la sculpture du boxeur ("Boxer" 1942) de Richmond Barthé qui s'approprie les codes de représentation à l'antique.

Au cours de la visite, trois constats s'imposent. D'une part, l'émergence d'un art initialement cantonné à la négritude dans un système d'apartheid qui s'exprime notamment dans la musique et le cinéma avec des films "pour noirs", les productions "all colored cast".

D'autre part, un panorama diversifié de l'engagement politique des artistes toujours présent même sous la forme la plus discrète tel David Drake, esclave potier qui, en 1859, signe de son nom une jarre de grès, qui ne sont pas tous militants pour des raisons tant historiques que personnelles.

Enfin, en ce qui concerne les arts plastiques, et plus précisément pour la peinture, l'affiliation à des mouvements artistiques majeurs, du réalisme à l'art conceptuel en passant par l'expressionnisme abstrait, avec les artistes contemporains qui ont accédé à la reconnaissance institutionnelle, critique et commerciale, au premier rang desquels l'iconique Jean-Michel Basquiat ("Foll's fetish")

L'exposition qui commence par un raccourci saisissant avec l'appariement d'une toile du milieu du 19ème siècle de Robert Duncanson (" Uncle Tom and litte Eva") et le "U.N.I.A Flag" du plasticien David Hammons,très prisé des collectionneurs, se clôt sur "L'Origine du monde" de Courbet revisitée à la manière du Nouveau réalisme par Mickalene Thomas. Pour boucler la boucle ?

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée du Quai Branly

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée du Quai Branly


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 août 2017 : Comme un air de Week End

Cette semaine, avec son pont du 15 août, va ressembler à un long week end qui se termine en beauté par le festival de La Route du Rock. Voici quand même quelques petites chroniques à lire à vos heures perdues, entre 2 averses ou 2 concerts, avant la plage, après la sieste...

Du côté de la musique :

"Soleil de Tokyo" de Imagho
Classique, vous avez dit classique ? autour de Igor Stravinsky et le Sacre du Printemps
"Cluster" de An Pierlé
EP de My Own Ghosts
"Un Renaud pour moi tout seul" de Monsieur Lune
et toujours :
"La vie sur les os" de Géraldine Torres
"Goodnight Rhonda Lee" de Nicole Atkins
"Oh, Sealand" de Oddfellow's Casino
"Every valley" de Public Service Broadcasting
"A Rift in Decorum : Live at the Village Vanguard" de Ambrose Akinmusire
"A new kind of freedom" de The Celtic Social Club
Youri Defrance et Jupiter & Okwess, ni vus ni connus mais à découvrir
Pondichery Bomb en session de la semaine
Interview de François Fleuret à propos de la Route Du Rock 2017
dernier petit tour du côté des Vieilles Charrues

Au théâtre :

les divertissements de l 'été :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Un petit jeu sans conséquence" à la Comédie de Paris
"Le jardin d'Alphonse" au Théâtre Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Rupture à domicile" au Théâtre du Splendid
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Tout le monde peut se tromper" au Café de la Gare
"Et pendant ce temps Simone veille" à la Comédie Bastille
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et à ne pas rater "L'écume des jours" au Théâtre de la Huchette

Exposition avec :

la dernière ligne droite pour "Karel Appel - L'Art est une fête !" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Une femme douce" de Sergei Loznitsa
"Lumières d'été" deJean-Gabriel Périot
les chroniques des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'ordre du jour" de Eric Vuillard
"La lanterne des morts" de Janine Boissard

Froggeek's Delight :

"Great Giana Sisters" histoire d'un jeu et d'un plagiat

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=