Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Color Line - Les artistes africains-américains et la ségrégation
Musée du Quai Branly  (Paris)  Du 4 octobre 2016 au 15 janvier 2017

Après "Le Siècle du Jazz" qui proposait une traversée artistique du 20ème siècle avec le jazz pour fil rouge, le critique d'art Denis Soutif revient au Musée du Quai Branly avec "The Color Line" dont il assure le commissariat.

Sous-titrée "Les artistes africains-américains et la ségrégation raciale", cette exposition ambitieuse et inédite invite à une déambulation similaire pour retracer l'histoire artistique de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis.

Nonobstant la polémique critique sur la mise en situation des oeuvres, le débat sur l'existence même d'un art spécifique à la communauté noire américaine, voire celle d'une identité noire américaine, et la querelle terminologique sur le politiquement (in)correct de l'expression "afro-américain" à laquelle s'est substituée celle d'africains-américains, la monstration s'avère réussie notamment quant à son propos générique qui ressort à l'usage de l'art en politique.

En effet, elle participe à la réflexion sur l'art et sa nature intrinsèquement ambivalente et au débat sur l'instrumentalisation de l'art au coeur des enjeux de la modernité artistique, quand, s'échappant du champ esthétique, il devient tant l'instrument d'une stratégie de domination permettant d'asseoir une autorité politique, tel dans le processus de construction nationale comme l'art mexicain dans la première moitié du 20ème siècle au coeur de l'exposition "Mexique" au Grand Palais, ou sociale par le marché de l'art et le mécénat, que, comme en l'espèce, un moyen de lutte politique contre les discriminations érigées ou avalisées par le pouvoir étatique.

The Color Line, le "black power" de l'art

Par son titre, l'exposition est placée sous l'obédience de William Edward Burghardt Du Bois historien, sociologue et militant de la première heure, président du Niagara movement puis fondateur de la National Association for the Advancement of Colored People, dont les couvertures de son magazine officiel "The Crisis" font l'objet d'un mur documentaire, qui écrivait à l'orée du 20ème siècle sur la problématique politique de "la ligne de partage des couleurs".

Elle se déroule selon un didactique parcours chrono-thématique qui scande le combat pour l'égalité des droits civiques bafouée par la ségrégation raciale qui a perduré dans l'Amérique post-esclavagiste.

Riche d'un nombre conséquent d'oeuvres et de documents originaux mis en espace dans la scénographie claire de "white cube" de Laurence Fontaine, elle permet de découvir les artistes qui se sont engagés individuellement ou au sein de mouvements artistiques tels le "Harlem Renaissance" des années 1920 et 1930 placées sous le signe du jazz et une de ses figures majeures, le peintre Aaron Douglas, puis le mouvement des "Civil Rights" des années 1945-1960 avec les leaders Martin Luther King et Malcolm X et des groupes activistes tel celui de "The Black Panther".

La pertinence de l'accrochage tient également à la mise en résonance d'oeuvres d'époque différentes comme l'installation "Autour du monde", oeuvre récente de Whitfield Lovell, avec des portraits des mobilisés africains-américains qui ont largement contribué à former les troupes de combat et la sculpture du boxeur ("Boxer" 1942) de Richmond Barthé qui s'approprie les codes de représentation à l'antique.

Au cours de la visite, trois constats s'imposent. D'une part, l'émergence d'un art initialement cantonné à la négritude dans un système d'apartheid qui s'exprime notamment dans la musique et le cinéma avec des films "pour noirs", les productions "all colored cast".

D'autre part, un panorama diversifié de l'engagement politique des artistes toujours présent même sous la forme la plus discrète tel David Drake, esclave potier qui, en 1859, signe de son nom une jarre de grès, qui ne sont pas tous militants pour des raisons tant historiques que personnelles.

Enfin, en ce qui concerne les arts plastiques, et plus précisément pour la peinture, l'affiliation à des mouvements artistiques majeurs, du réalisme à l'art conceptuel en passant par l'expressionnisme abstrait, avec les artistes contemporains qui ont accédé à la reconnaissance institutionnelle, critique et commerciale, au premier rang desquels l'iconique Jean-Michel Basquiat ("Foll's fetish")

L'exposition qui commence par un raccourci saisissant avec l'appariement d'une toile du milieu du 19ème siècle de Robert Duncanson (" Uncle Tom and litte Eva") et le "U.N.I.A Flag" du plasticien David Hammons,très prisé des collectionneurs, se clôt sur "L'Origine du monde" de Courbet revisitée à la manière du Nouveau réalisme par Mickalene Thomas. Pour boucler la boucle ?

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée du Quai Branly

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée du Quai Branly


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 mai 2018 : De la neige en été

Il neige au mois de mai, des gens tuent d'autres gens avec des couteaux, bref le monde part en couilles. Pour autant, si la culture aide à élever les esprits, on aura toujours besoin d'un petit oasis où aller piocher quelques bonnes idées culturelles. C'est parti pour la sélection de la semaine.

Du côté de la musique :

"Lion in bed" de Lion In Bed
"Take me away" de Andréane Le May
Rencontre avec Romain Guerret autour de son projet solo Donald Pierre dont voici 3 titres live enregistrés au bar Le Planète Mars
"JS Bach Inventions & Sinfonias" de Julien Lheuillier
"Lost memory theatre" de Jun Miyake
"Advertisement EP" de MNNQNS
"All inclusive" de Shaggy Dogs
"Bernstein : Mass" de Yannick Nézet Séguin & le Philadelphia Orchestra
"Ain't that mayhem ?" de Zëro
et toujours :
"Amour et sépulcre" de trou aux rats
"Nos dimanches" de Yvan Marc
"Canyon alibi" de Alain Gibert
"Traversée" de Béatrice Bertho
"Grand paon de nuit" de Palatine
"The great untold" de Scott Matthews
"Abyss EP" de Springwater

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Bérénice" aux Ateliers Berthier
"Reconstitution" au Théâtre de l'Aquarium
"23 rue Couperin" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le liseur du 6h27" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Loretta Strong" au Théâtre de Belleville
"Le Maître et Marguerite" au Théâtre de la Tempête
"Coups de feu rue Saint-Roch" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Chemin des Dames" au Théâtre Essaion
"Dans les jardins de Castor et Nestor" au Théâtre de Nesle
"Longwy-Texas" à la Maison des Métallos
"Madame Molière" au Théâtre de Nesle
"J'ai mangé du Jacques" au Théâtre Essaion
"Viel chante Brel" au Théâtre Essaion
"Myriam Allais - Mes Hommes" au Théâtre Essaion
"Denise Jardinière vous invite chez elle" au Théâtre Essaion
les reprises avec :
"Névrotik Hotel" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Paroles gelées" au ThéâtreGérard Philippe à Saint Denis
"Un Démocrate" au Théâtre de la Reine Blanche
"Tea for three" au Théâtre de Nesle
"Les Amants de Nohant" au Théâtre Le Ranelagh
"Yann Jamet - Le Syndrome de Jeanne d'Arc" au Théâtre de Dix Heures
et les chroniques des autres spectacles de mai

Cinéma avec :
les films de la semaine :
"Miracle" de Egle Vertelyte
"L'Arche de Monsieur Kervadac" de Karel Zeman
Ciné en bref avec :
"La Révolution silencieuse" de Lars Kraume
"Milf" de Axelle Laffont
"Place publique" de Agnès Jaoui
"Amoureux de ma femme" de Daniel Auteuil
"Larguées" de Eloïse Lang
et les chroniques des autres sorties de mai

Lecture avec :

"L'écrivain public" de Dan Fesperman
"Le chien de Shrodinger" de Martin Dumont
"Les saltimbanques ordinaires" de Eimear McBride
"Passage des ombres" de Arnaldur Indrioason
"Prison house" de John King

et toujours :
"Fouché" de Nicolas Juncker & Patrick Mallet
"Le hameau de la reine" de Jean des Cars
"Madgermanes" de Birgit Weyhe
"Possession" de Paul Tremblay
"Splendeurs et fureurs" de Christina Stead
"Une autre histoire de la renaissance" de Didier le Fur
"Eloge de la roue libre" de Christophe Salaün


Froggeek's Delight :

"Rétro lazer" Tome 1, magazine trimestriel
Le Google Home, enceinte intelligente

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=