Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Mariage forcé de George Dandin
Ciné 13 Théâtre  (Paris)  novembre 2016

Comédie dramatique d'après l'oeuvre de Molière, mise en scène de Matthias Fortune Droulers et Ivan Herbez, avec Léa Dauvergne, Benjamin Duc, Matthias Fortune Droulers, Ivan Herbez, Anne-Sophie Liban et Bertrand Mounier.

Quand arrive au pied de la scène, un crieur de journaux à casquette annonçant la crise de 1929, on se demande un court instant si on va vraiment assister à une version de "George Dandin".

Mais, bien vite, on est rassuré : l'ambiance "États-Unis en plein Krach" choisie par Matthias Fortune Droulers et Ivan Herbez pour adapter "Le Mariage forcé" et "George Dandin" de Molière et n'en faire qu'une pièce ne nuit en rien.

Au contraire, ici, Molière ne se retournera pas dans sa tombe. Ses comédies en un acte qui bénéficiaient des ballets de Lully trouvent un substitut amusant quand les premières scènes se déroulent dans un Luna-Park ambiance Tod Browning, avec train fantôme, nain à cigare, sœurs siamoises et magicien peu doué.

Utilisant la salle pour les entrées et les sorties, les deux adaptateurs-metteurs en scène ont pris le parti d'éliminer autant que possible la théâtralité des deux textes. L

Le plateau est ainsi vide, et tout repose sur le jeu des lumières de Tamara Herbaud, qui peuvent éclairer un personnage, en retrouver d'autres venant de la salle. On n'a donc pas forcément les liens entre les scènes et les personnages, mais on les devine sans problème.

Jouée parfois au pas de charge, "Le Mariage forcé de George Dandin" respecte l'essentiel des tirades écrites par Molière et l'on vit avec intensité le drame de George Dandin, grand bourgeois joyeux et satisfait de lui-même, croyant faire un bon mariage en épousant une jeune aristocrate, et découvrant à son insu la société de classe du temps du roi Soleil.

Coincé entre les domestiques et les nobles, il vit les désagréments de cette "Société de cour" si cliniquement décrite par Norbert Elias. Quand il parle, on entend derrière lui quelques notes tirées de "The Cold Son" d'Henry Purcell. Accompagnement envoûtant dont le crescendo annonce fatalement le drame final.

Mais ce qui fait toute la beauté et la modernité du texte de Molière éclate aussi dans le personnage de l'épousée, Angélique. Aucun simplisme ici, et celle qui à qui on impose un mariage qu'elle ne désire pas, a bien raison d'user de tous les stratagèmes les plus déloyaux pour s'en délivrer. C'est sans doute l'un des plus beaux personnages de femme que l'on peut trouver dans l'oeuvre de Molière.

Benjamin Duc compose un George Dandin sans arrière-pensées, naïf au point de croire que l'on peut contracter un beau mariage hors de sa classe et qui, peu à peu,s'enfonce dans un cauchemar sans issue.

Léa Dauvergne n'est pas une Angélique rouée mais une amoureuse prête à soulever des montagnes et les lois sacrées du mariage pour rejoindre Clitandre (Matthias Fortune Droulers). Jamais, elle ne conçoit les scènes cruelles où elle berne son mari avec une quelconque dose de perversité.

Pas question de tomber dans la farce, ce sont les personnages qui entourent le couple qui s'en chargent, notamment les parents d'Angélique, Monsieur et Madame de Sotenville, paire savoureuse interprétée par Bertrand Mounier et Anne-Sophie Liban, dont appréciera l'abattage et qui par ailleurs est la créatrice inventive des costumes.

On n'oubliera pas non plus la prestation d'Ivan Herbez, jouant Claudine, la servante d'Angélique, et qui, pour se faire, a eu la bonne idée saugrenue de se travestir en soubrette.

Pas la peine de chercher la petite bête : tout fonctionne à merveille dans ce spectacle riche en trouvailles et qui fera forcément l'unanimité. Il aura aussi l'avantage de mettre en lumière une pièce de Molière qui n'est pas connue de tous et qui tranche par sa noirceur et par son féminisme.

"Le Mariage forcé de George Dandin" est la deuxième incursion de Matthias Fortune Droulers et Ivan Herbaz dans l'univers de Molière, après "Le Bourgeois gentilhomme" en 2015. Un ultime conseil : qu'ils continuent longtemps leur exploration heureuse de ce continent théâtral.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=