Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Daughter
Not to disappear  (4AD / Beggars)  janvier 2016

Daughter est un trio composé d’une femme, Elena Tonra, anglaise et de deux hommes, Igor Haefeli et Rémi Aguilella, auvergnat. Se rencontrant sur les bancs d’une grande école de musique londonienne, ils décident de former un groupe en 2010 avant de connaître le succès avec If you leave. C’est avec cet album, que j’ai découvert, un peu par hasard, ce groupe en 2013.

Subjugué dès la première écoute par la voix somptueuse d’Elena Tonra, je me délecte de découvrir leur nouvel album sorti en début d’année 2016, Not to disappear, espérant retrouver l’univers de ce groupe qui m’avait envoûté sur l’album précédent.

Disque un peu exigeant à la première écoute, Not to disapear fait partie de ces disques qui reposent sur un équilibre très fragile qui fait que très vite, le charme agit ou pas. Dans ce genre musical, une jolie voix, des sons electro et des guitares, il existe déjà pléthore de groupes.

Pour moi, dès la première écoute, le charme agit de nouveau comme pour le précédent album. Dès le premier morceau, Not to disappear nous introduit de nouveau dans un univers sombre et mélancolique, on décolle de nouveau, on plane pendant un peu plus de 5 minutes sur la voix ensorcelante d’Elena Tonra posée sur des guitares électriques envoutantes dignes de The XX. "New Ways" nous laisse augurer du très bon pour la suite de l’album, il me tarde d’entrer dans ce disque que j’aime déjà.

L’album est beaucoup plus électronique que le précédent qui avait, sur certains titres, des connotations folk. Les instruments semblent plus présents, donnant une nouvelle dimension à la musique de ce trio, mettant encore plus en valeur la voix de la chanteuse. "Mothers" et "To belong", morceaux de près de 6 minutes chacun, symbolisent parfaitement cette nouvelle dimension prise par le groupe, avec une musique plus profonde, plus travaillée qui s’accouple sublimement avec le timbre de voix de la chanteuse.

L’album se clôture de la plus belle des façons avec "Fossa" et "Made Of Stone", morceaux crépusculaires, dynamiques et lumineux au niveau des mélodies. Ca respire Radiohead, avec une pointe de Coldplay, des accents de Florence & The Machine et une voix proche d’Emiliana Torrini. Daughter nous offre donc un son qui, certes, n’est pas révolutionnaire mais qui a toute sa place dans le pop rock britannique.

Daughter a donc pour moi brillamment passé le cap du deuxième album, ce qui est toujours compliqué lorsque le premier a été sujet à de nombreuses excellentes critiques. Plus on écoute l’album, plus on en saisit toutes les nuances et particularités pour finir par ne plus s’en lasser. Sans se répéter, sans se trahir non plus, Daughter nous offre un second disque glaçant et sombre, mélancolique à souhait, parfait pour passer l’hiver en attendant le printemps.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Sweet Shadows de Daughter Darling
La chronique de l'album The good son Vs The only daughter de David Sylvian
La chronique de l'album The Last Laugh de Joker's Daughter
La chronique de l'album Nobody's Daughter de Hole
Daughter en concert au Festival Rock en Seine 2013 (vendredi 23 août 2013)
L'interview de Daughter Darling (juin 2004)
L'interview en VO de Daughter Darling(juin 2004)

En savoir plus :
Le site officiel de Daughter
Le Bandcamp de Daughter
Le Soundcloud de Daughter
Le Facebook de Daughter


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=