Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce World of Warcraft
World of Warcraft : le jeu du geek par excellence ?  novembre 2016

World of Warcraft, dit WOW. Parents, vous détestez sans doute ce jeu du plus profond de votre être, ayant transformé votre progéniture en écervelé ne voulant plus quitter son ordinateur. Adolescents et jeunes adultes, ce mot vous évoque peut-être le souvenir d’une époque révolue où vous étiez capables de jouer huit heures d’affilée et vous l’évoquez parfois avec un peu de nostalgie.

Pour un grand nombre de joueurs de jeux vidéo, WOW a fait plus ou moins partie de sa vie à un moment et pour cause : sorti en 2004, il est encore actif et du nouveau contenu sort très régulièrement. En témoigne la dernière extension en date, Légion, sortie le 30 août 2016 et vendue à 3,3 millions de copies uniquement sur le premier jour.

World of Warcraft est édité par Blizzard Entertainment, entreprise américaine créée en 1991 et pionnière dans le développement des jeux ancrés dans l’univers fantastique. Ce sont d’abord des jeux de stratégie en temps réel qui sont créés. Le premier, Warcraft : Orcs and Humans sort en novembre 1994 et met en scène les peuples humains confrontés à l’invasion de leur terre, Azeroth, par des Orcs. L’univers du jeu est inspiré de Warhammer, Donjons et Dragons et Le Seigneur des Anneaux : les puissants mages côtoient les brutes sanguinaires, les dragons et les elfes.

Grâce au succès du jeu, le deuxième opus sort très vide, en 1995 aux Etats-Unis et l’année suivante en Europe. Warcraft II : Tides of Darkness, reprend le même principe que le premier volume, les orcs continuent d’envahir Azeroth. En juillet 2002 paraît le troisième volet, Warcraft III : Reign of Chaos. La technologie progressant, le jeu est en 3D. Toujours basé sur le même principe de stratégie en temps réel, il étoffe son univers avec de nouvelles races jouables, elfes de la nuit et morts-vivants, et introduit la personnification de héros, avec des objets trouvés dans le jeu. C’est de ce dernier point que naîtra World of Warcraft.

WOW change de style de jeu puisque c’est un MMORPG, soit un jeu de rôle en ligne massivement multijoueur. A sa sortie en novembre 2004, la connexion internet est à peu près stabilisée et illimitée partout et les ordinateurs sont assez puissants pour calculer un monde ouvert quasi sans temps de chargement, une révolution en soi. Le principe est simple : vous créez et personnalisez votre personnage que vous incarnerez pendant toutes vos aventures. Un système de niveau est mis en place pour constater une évolution dans le personnage : plus le niveau monte, plus votre personnage est puissant, débloque de nouveaux pouvoirs et peut vaincre des ennemis toujours plus gros ! Mais la phase dite de "levelling", de montée en niveau, n’est en fait qu’une infime partie de ce que le jeu offre. En effet, arrivé au niveau maximum, il faut s’allier avec d’autres joueurs pour créer des groupes et élaborer des stratégies afin de vaincre des "boss", monstres infiniment forts au butin mirobolant. Car le but reste d’avoir l’équipement, le "stuff", le plus puissant possible, pour craner bien tranquillement sur la place publique de la ville la plus proche : l’humain reste égal à lui-même, que ce soit virtuellement ou dans la réalité !

WOW existe depuis 12 ans et attire encore beaucoup de joueurs. Cette longévité ainsi que l’addiction qu’il suscite peuvent avoir plusieurs explications. Tout d’abord, il met en scène un univers très cartoonesque : les dessins ne se veulent pas ultra réalistes : on parle ici de personnages lançant des boules de feu ou d’elfes se transformant en ours ou en panthère ! Cette approche permet de toucher un public assez large et éviter une trop grande violence visuelle, point de bain de sang dans WOW.

Le côté social est omniprésent pour tout joueur voulant progresser après être arrivé au niveau maximum : il faut s’intégrer à une guilde, groupe de joueurs se retrouvant tous les jours ou presque pour accomplir des missions ensemble et tuer des monstres plus puissants. Forcément quand on joue avec les mêmes personnes tous les jours, des liens se créent, des amitiés et même plus si affinité et il n’est pas rare que des joueurs se rencontrent IRL (in real life). L’addiction est donc créée par le fait d’incarner quelqu’un d’autre, dans un autre monde beaucoup plus fantasque que le monde réel. Le sentiment d’appartenance à un groupe joue également sur cette addiction. Mais c’est surtout le contenu sans fin qui est le plus addictif : un monde entier est à explorer, les quêtes sont multiples et l’éditeur prend bien soin de publier très régulièrement du contenu de jeu pour maintenant le joueur dans sa quête perpétuelle du meilleur niveau !

World of Warcraft a énormément évolué en 12 ans, graphiquement et au niveau de ses mécanismes. Le jeu est plus simple, plus abordable par les joueurs occasionnels. Il a connu son apogée en 2010 avec 12 millions de joueurs actifs puis a décru régulièrement avec deux extensions un peu décevantes. Cependant, la dernière extension en date est très réussie et permet un regain d’intérêt de la part des joueurs.

World of Warcraft reste le jeu le plus connu et le plus populaire des MMORPG et a su développer son univers sur tous les supports, à l’image du Seigneur des Anneaux ou de Star Wars : on trouve des livres, un film, des objets divers et variés, une mythologie et une histoire extrêmement riche qu’on n’a jamais fini d’explorer.

 

En savoir plus :
Le site officiel de World of Warcraft
Le Facebook de World of Warcraft


Laura Balfet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=