Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ecoutez nos défaites
Laurent Gaudé  (Editions Actes Sud)  septembre 2016

Avoir dans les mains un livre de Laurent Gaudé, c’est toujours avoir pour perspective un grand moment de plaisir lors de sa lecture. Allons de suite à l’essentiel, son dernier livre, Ecoutez nos défaites, est un très très grand livre, de ceux qui nous émerveillent de la première à la dernière page, nous laissant le souffle coupé lorsqu’on le referme, une fois terminé, sûrement pas définitivement.

Lire Ecoutez nos défaites, c’est entendre résonner des bruits, des batailles, des invasions, des décisions de chef de guerre, des massacres, des cris de victoires, des gémissements avant la mort. Lire Ecoutez nos défaites, c’est aussi voyager, dans le temps et dans l’espace, traverser les Alpes et la plaine Lombarde pendant l’antiquité, parcourir la Virginie au 19ème siècle et déambuler dans la campagne d’Abyssinie durant l’entre-deux-guerres.

Face à ce fracas et ces temps de violence se trouve Mariam, le personnage principal de ce livre, femme de paix et de culture, archéologue irakienne qui voue sa vie et son existence depuis des années à tenter de sauver des objets volés au musée archéologique de Bagdad. Pour cette femme, chaque œuvre retrouvée est une victoire contre l’Etat Islamique. Elle est la spectatrice de l’effondrement de son pays, l’Irak mais aussi de la Syrie sous les exactions de DAESH qui détruit méthodiquement le patrimoine historique et archéologique de sa région : d’abord Mossoul, bientôt Palmyre. Elle contacte son conservateur, lui demandant de partir, il refuse, finissant torturé puis décapité au couteau par ces monstres fanatiques.

A Zurich, elle passe une nuit avec un homme, Assem, agent des services secrets français, attentif à l’Histoire qu’elle lui raconte. Assem part en mission retrouver à Beyrouth un américain, une tête brulée des forces spéciales qui a disparu pour se reconvertir dans le trafic d’objets d’art volés sur des sites archéologiques. Les deux amants se reverront-ils un jour ?

Ce qui rend ce livre à part, ce qui est la vraie réussite de ce roman, c’est que l’auteur réussit avec maestria le croisement de l’histoire de Mariam et Assem au récit de trois guerres dont nous suivons le déroulement tout au long du livre : une guerre d’Empire, une guerre civile et une guerre coloniale.

Pour la guerre d’Empire, Gaudé nous raconte la guerre d’Hannibal, le carthaginois, contre Rome, qu’il déteste depuis toujours, sa traversée des Alpes à dos d’éléphants, sa victoire en Apulie, la bataille désastreuse de Cannes pour les Romains, son génie tactique et son habilité politique mais aussi sa défaite à Zama face à Scipion puis son suicide.

Pour la guerre civile, Gaudé nous raconte la guerre de sécession à travers le Général Grant, surnommé le boucher mais aussi l’ivrogne par ses hommes, qui deviendra président des Etats-Unis. N’ayant à sa disposition qu’un seul avantage, celui de posséder beaucoup plus d’hommes, il va imposer l’idée qu’il ne faut pas compter ses morts et qu’avancer, c’est tout ce qui importe. On y voit un homme au commandement agressif mais aussi un grand tacticien, un coordonnateur de batailles sanglantes aboutissant à l’isolement de son adversaire, à la prise de la capitale sudiste Richmond pour aboutir à l’effondrement de la confédération lorsque Lee se rendit à lui à Appotomox en 1865.

Il nous raconte enfin une guerre coloniale avec l’histoire du Roi Hailé Sélassié, le Négus, dernier empereur d’Ethiopie qui s’enfuit en 1935, anticipant sa défaite face à l’invasion des troupes fascistes italiennes de Mussolini. On y voit son exil en Angleterre et y entend son discours à Genève devant la SDN, "Je suis venu en personne, témoin du crime commis à l'encontre de mon peuple, afin de donner à l'Europe un avertissement face au destin qui l'attend si elle s'incline aujourd'hui devant les actes accomplis" qui annonce le malheur pour les nations européennes qui ne sont pas venues à son aide. Avertissement resté sans réponse et on connaît la suite…

Gaudé, à travers ces quatre histoires dans l’Histoire, sous une plume toujours aussi érudite, passant constamment de l’émotion à l’indignation nous montre merveilleusement bien qu’il y a bien plus d’honneur et de sagesse à tirer de nos défaites que des victoires lorsque celles-ci ont été remportées dans la sauvagerie et l’horreur. Il brasse subtilement les siècles et les guerres pour comprendre l’Histoire et la folie qui touche actuellement l’Irak et la Syrie.

Hannibal a perdu face à Scipion et pourtant c’est lui, aujourd’hui, le personnage mythique. Grant a sombré dans l’alcoolisme malgré toutes ses victoires (peut-on parler de victoires dans une guerre civile ?). Hailé Sélassié enfin, malgré sa défaite et son exil romanesque en Angleterre restera comme celui ayant signé l’arrêt de mort de la SDN suite à son discours de la défaite qu’il jeta à la figure de tous les pays qui, par lâcheté, ne l’ont pas aidé dans son combat contre le dictateur Italien.

Et puis il y a ces hommes en noir dont parle Gaudé, ceux qui pensent que la toute puissance passe par l’effacement des traces et le mensonge historique, qui pillent et détruisent les antiquités, brandissant un drapeau noir au nom d’Allah, ces obscurantistes que nous sommes obligés d’affronter aujourd’hui… Laurent Gaudé nous montre qu’il peut y avoir des défaites, mais qu’il ne doit pas y voir de renoncement, que face à eux, il ne faut rien lâcher.

Ce livre est magistral, tout simplement.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "La mort du roi Tsongor" du même auteur
La chronique de "Le soleil des Scorta" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de Laurent Gaudé


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=