Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ecoutez nos défaites
Laurent Gaudé  (Editions Actes Sud)  septembre 2016

Avoir dans les mains un livre de Laurent Gaudé, c’est toujours avoir pour perspective un grand moment de plaisir lors de sa lecture. Allons de suite à l’essentiel, son dernier livre, Ecoutez nos défaites, est un très très grand livre, de ceux qui nous émerveillent de la première à la dernière page, nous laissant le souffle coupé lorsqu’on le referme, une fois terminé, sûrement pas définitivement.

Lire Ecoutez nos défaites, c’est entendre résonner des bruits, des batailles, des invasions, des décisions de chef de guerre, des massacres, des cris de victoires, des gémissements avant la mort. Lire Ecoutez nos défaites, c’est aussi voyager, dans le temps et dans l’espace, traverser les Alpes et la plaine Lombarde pendant l’antiquité, parcourir la Virginie au 19ème siècle et déambuler dans la campagne d’Abyssinie durant l’entre-deux-guerres.

Face à ce fracas et ces temps de violence se trouve Mariam, le personnage principal de ce livre, femme de paix et de culture, archéologue irakienne qui voue sa vie et son existence depuis des années à tenter de sauver des objets volés au musée archéologique de Bagdad. Pour cette femme, chaque œuvre retrouvée est une victoire contre l’Etat Islamique. Elle est la spectatrice de l’effondrement de son pays, l’Irak mais aussi de la Syrie sous les exactions de DAESH qui détruit méthodiquement le patrimoine historique et archéologique de sa région : d’abord Mossoul, bientôt Palmyre. Elle contacte son conservateur, lui demandant de partir, il refuse, finissant torturé puis décapité au couteau par ces monstres fanatiques.

A Zurich, elle passe une nuit avec un homme, Assem, agent des services secrets français, attentif à l’Histoire qu’elle lui raconte. Assem part en mission retrouver à Beyrouth un américain, une tête brulée des forces spéciales qui a disparu pour se reconvertir dans le trafic d’objets d’art volés sur des sites archéologiques. Les deux amants se reverront-ils un jour ?

Ce qui rend ce livre à part, ce qui est la vraie réussite de ce roman, c’est que l’auteur réussit avec maestria le croisement de l’histoire de Mariam et Assem au récit de trois guerres dont nous suivons le déroulement tout au long du livre : une guerre d’Empire, une guerre civile et une guerre coloniale.

Pour la guerre d’Empire, Gaudé nous raconte la guerre d’Hannibal, le carthaginois, contre Rome, qu’il déteste depuis toujours, sa traversée des Alpes à dos d’éléphants, sa victoire en Apulie, la bataille désastreuse de Cannes pour les Romains, son génie tactique et son habilité politique mais aussi sa défaite à Zama face à Scipion puis son suicide.

Pour la guerre civile, Gaudé nous raconte la guerre de sécession à travers le Général Grant, surnommé le boucher mais aussi l’ivrogne par ses hommes, qui deviendra président des Etats-Unis. N’ayant à sa disposition qu’un seul avantage, celui de posséder beaucoup plus d’hommes, il va imposer l’idée qu’il ne faut pas compter ses morts et qu’avancer, c’est tout ce qui importe. On y voit un homme au commandement agressif mais aussi un grand tacticien, un coordonnateur de batailles sanglantes aboutissant à l’isolement de son adversaire, à la prise de la capitale sudiste Richmond pour aboutir à l’effondrement de la confédération lorsque Lee se rendit à lui à Appotomox en 1865.

Il nous raconte enfin une guerre coloniale avec l’histoire du Roi Hailé Sélassié, le Négus, dernier empereur d’Ethiopie qui s’enfuit en 1935, anticipant sa défaite face à l’invasion des troupes fascistes italiennes de Mussolini. On y voit son exil en Angleterre et y entend son discours à Genève devant la SDN, "Je suis venu en personne, témoin du crime commis à l'encontre de mon peuple, afin de donner à l'Europe un avertissement face au destin qui l'attend si elle s'incline aujourd'hui devant les actes accomplis" qui annonce le malheur pour les nations européennes qui ne sont pas venues à son aide. Avertissement resté sans réponse et on connaît la suite…

Gaudé, à travers ces quatre histoires dans l’Histoire, sous une plume toujours aussi érudite, passant constamment de l’émotion à l’indignation nous montre merveilleusement bien qu’il y a bien plus d’honneur et de sagesse à tirer de nos défaites que des victoires lorsque celles-ci ont été remportées dans la sauvagerie et l’horreur. Il brasse subtilement les siècles et les guerres pour comprendre l’Histoire et la folie qui touche actuellement l’Irak et la Syrie.

Hannibal a perdu face à Scipion et pourtant c’est lui, aujourd’hui, le personnage mythique. Grant a sombré dans l’alcoolisme malgré toutes ses victoires (peut-on parler de victoires dans une guerre civile ?). Hailé Sélassié enfin, malgré sa défaite et son exil romanesque en Angleterre restera comme celui ayant signé l’arrêt de mort de la SDN suite à son discours de la défaite qu’il jeta à la figure de tous les pays qui, par lâcheté, ne l’ont pas aidé dans son combat contre le dictateur Italien.

Et puis il y a ces hommes en noir dont parle Gaudé, ceux qui pensent que la toute puissance passe par l’effacement des traces et le mensonge historique, qui pillent et détruisent les antiquités, brandissant un drapeau noir au nom d’Allah, ces obscurantistes que nous sommes obligés d’affronter aujourd’hui… Laurent Gaudé nous montre qu’il peut y avoir des défaites, mais qu’il ne doit pas y voir de renoncement, que face à eux, il ne faut rien lâcher.

Ce livre est magistral, tout simplement.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "La mort du roi Tsongor" du même auteur
La chronique de "Le soleil des Scorta" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de Laurent Gaudé


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=