Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Amoureux de Shakespeare
Théâtre de Poche-Montparnasse  (Paris)  novembre 2016

Comédie conçue par la Compagnie des Mauvais Elèves d'après Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare, mse en scène de Sirley et Dino, avec Valérian Béhar-Bonnet, Elisa Benizio, Bérénice Coudy et Antoine Richard.

Dans l'Angleterre des années 60, quatre jeunes gens s'en vont pique-niquer en forêt. Le groupe est uni par la pop rock britannique et des sentiments amoureux pas toujours réciproques : Lysandre et Hermia sont amoureux, tandis que Demetrius repousse Helena pourtant éprise de lui car il n'a d'yeux que pour Hermia.

La nuit venue, les Pucks, des esprits de la forêt, outrés par l'attitude de Demetrius, entreprennent de lui faire absorber un filtre d'amour afin de faire naître en lui un désir ardent pour Helena. Mais le hasard et la maladresse des Pucks bousculeront le plan échafaudé par les petits êtres magiques.

Avec "Les Amoureux de Shakespeare", la troupe des Mauvais Élèves offre aux spectateurs une adaptation très très très libre du "Songe d'Une Nuit d’Été". D'une part, les quatre comédiens concentrent leur attention sur l'histoire des amoureux dans la forêt alors que la pièce de Shakespeare comporte d'autres développements.

D'autre part, ils se recentrent sur les thèmes baroques de la pièce de Shakespeare : l'inconstance du sentiment amoureux, l'impuissance face aux forces supérieures et le jeu entre animalité et humanité.

De même, le folklore qui traverse la pièce originale est retranscrit dans les années 60 par l'apparition des chansons pop que les quatre comédiens interprètent a cappella en intermède durant le spectacle. Ainsi on les entendra jouer à leur manière des classiques des Beatles, des Lovin' Spoonfull, de Mungo Jerry ou encore des Kinks.

Après "Les Amoureux de Marivaux" dans lequel ils reprenaient des tubes français des années 70 ou leurs interventions dans le "Cabaret Deret", les acteurs de cette jeune troupe confirment donc que leur culture musicale est aussi riche que variée. 

En ne retenant qu'une partie du texte de Shakespeare, en écrivant eux-mêmes les interventions de Pucks et en y intégrant des chansons, les Mauvais Élèves transforment la pièce originale de Shakespeare en une farce débridée et décomplexée.

Le jeu des deux garçons de la troupe, Valérian Béhar-Bonnet et Antoine Richard, va chercher son inspiration dans la gestuelle d'Harold Lloyd ou de Buster Keaton. L'attitude de Bérenice Coudy fait référence au style Audrey Hepburn. Elisa Benizio, quant à elle, entraîne les spectateurs dans un voyage intertemporel tellement elle semble sortir tout droit d'un conte du "Cabaret Citrouille", spectacle créé il y a presque vingt ans par ses parents, les duettistes Shirley et Dino.

La mise en scène de Shirley et Dino est d'ailleurs impeccable. Ils utilisent parfaitement l'espace du plateau, très long et peu profond. Le rythme est enjoué et les courtes scènes qui coupent le rythme de l'action principale, interprétations décalées de classiques de la pop anglaise ou les interventions comiques des Pucks, attirent le spectateur dans la folie des acteurs.

Le jeu complaisamment forcé des comédiens est une touche que la Compagnie des Mauvais Élèves partage avec leurs aînés d'Achille Tonic, qui dans "Les Amoureux de Shakespeare" peut néanmoins parfois apparaître comme une recette trop systématique.

Cependant leurs inventions dans le comique de gestes et les délirants intermèdes chantés sont irrésistibles. Impossible alors de s'empêcher de rire devant cette relecture furieusement décalée du classique de Shakespeare.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 octobre 2017 : Enfin l'été indien

Pas grand signe de soleil en août, pas du tout en septembre, voici que octobre nous surprend avec ses températures estivales. Presque de quoi faire oublier la triste actualité, le départ de Jean Rochefort, et Noël qui arrive à grands pas. Quoi qu'il en soit, voici de quoi se réjouir avec le sommaire de notre sélection culturelle hebdomadaire :

Du côté de la musique :

"Colors" de Beck
"Cannibale" de Calypso Valois
"Monsieur Django & Lady Swing - Django Extended" de The Amazing Keystone Big Band
"Hineininterpretierung" de DAAU
"Djakarta EP" de Djakarta
"Meredith" de King Child
"When morning comes EP" de Mika Hary
"Stargazing for beginners" de Pale Seas
"Si je suis encore là" de Pilhaouerien
Raqoons et The Off Keys en concert à Forum Disques pour la journée mondiale du raton laveur
et toujours :
"Drifters EP" de She Owl
"Le corps défendant" de Delphine Dora et Mocke
"Beethoven : Intégrale de l'oeuvre pour violon et piano" de François-Frédéric Guy et Tedi Papavrami
Gunwood en interview, autour de leur album "Travelling soul". Retrouvez également Gunwood en session live acoustique
"They've been called" de Jep and Dep
"Tardive / Issime" de La Tène
"Lilies" de Mélanie de Biasio
"Aronde" de Aronde
"Teenager" de Teenager
"Barje endurance" de Buridane

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Democracy in America" à la MC 93 à Boboiny
"Pièce en plastique" à l'Usine Hollander à Choisy-le-Roi
"Vénézuéla" au Théâtre 13/Seine
"L'Espace furieux" à l'Espace des Arts à Châlons-sur-Saône
"Haskell Junction" au Théâtre national de Bordeaux-Aquitaine
"Criminel" à la Manufacture des Abbesses
"Le Carrosse du Saint Sacrement" au Théâtre Darius Milhaud
"Noces" au Théâtre Rive Gauche
"Mon Ange" au Théâtre Tristan Bernard
"Hobobo" au Cine 13 Théâtre
"The Pianist" au Théâtre 13ème Art
les reprises :
"Les Vibrants" au Studio des Champs Elysées
"La Dame de chez Maxim" au Théâtre Rive Gauche
"Jeux de planches" au Théâtre du Marais
"Les Galets de la mer" au Théo Théâtre
"J'adore l'amour..." au Théâtre d'Edgar
les chroniques des autres spectacles d'octobre
et les chroniques des spectacles de septembre

Expositions avec :

"Anders Zorn, le maître de la peinture suédoise" au Petit Palais
"Etre pierre" au Musée Zadkine
et dernière ligne droite pour "Le pouvoir des fleurs - Pierre-Joseph Redouté" au Musée de la Vie romantique

Cinéma avec :

"Fréderick Wiseman par Frederick Wiseman" au Théâtre national de l'Odéon
les films de la semaine :
"The Square" de Ruben Ostlund
"L'Asssemblée" de Mariana Otero
"Zombillénium" de Arthur de Pins et Alexis Ducord
les chroniques des autres sorties d'octobre
et les chroniques des sorties de septembre

Lecture avec :

"L'amour est une maladie ordinaire" de François Szabowski
"Les aventures de Ruben Jablonski" de Edgar Hilsenrath
"Me voici" de Jonathan Safran Foer
"Underground rail road" de Colson Whitehead
et toujours :
"Pour te perdre un peu moins" de Martin Diwo
"Une odysée" de Daniel Mendelsohn
"Bonjour c'est l'infirmière !" de Charline
"Grand frère" de Mahir Guven
"Paysage perdu" de Joyce Carol Oates
"Tout sur le zéro" de Pierre Bordage

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=