Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ashes to Ashes
Théâtre Essaion  (novembre 2016) 

Comédie dramatique de Harold Pinter, mise en scène de Mitch Hooper, avec Delphine Lalizout et Olivier Foubert.

"Ashes to Ashes" est une des dernières pièces d'Harold Pinter. Une courte pièce qui a été montée quelquefois sous le titre "Dispersion", comme en 2014 au Théâtre de l'Oeuvre par Gérard Desarthe avec Carole Bouquet.

Contrairement à l'avis de l'auteur, qui voulait qu' "Ashes to Ashes" soit jouée en solo, Mitch Hooper l'a associée à "L'Amant" texte de 1962, et en a fait la seconde partie de ce qu'il a appelé un "Diptyque Pinter".

Il a trouvé des correspondances dans les deux textes, entre les deux femmes Sarah et Rebecca et leurs amants hypothétiques et mystérieux. Dans un cas, l'amant est le mari, dans l'autre, l'amant dont Rebecca parle à son mari peut-être aussi bien un fantasme qu'une réalité, en tout cas, son existence n'est authentifiée que si le mari a décidé d'y croire.

Pour faire le lien entre les deux pièces, Mitch Hooper a choisi de ne pas vraiment changer le décor, à l'exception du siège que Rebecca ne quittera jamais. Dans les deux pièces, on boit évidemment du whisky et les mots dits sont tous importants.

Cette fois-ci, Delphine Lalizout, dont la voix a parfois des inflexions à la Jeanne Moreau, parle beaucoup et son texte et son sous-texte sont très forts. Son partenaire-mari, Olivier Foubert, se contente de poser des questions.

On pense cette fois-ci moins à Beckett qu'à Marguerite Duras et ce que dit Rebecca renvoie aux horreurs de "La Douleur". Délire ou réalité, Rebecca parle des camps et se perçoit comme une victime. Parti un peu en roue libre, "Ashes to Ashes" finit très fort tout en gardant une part de son mystère.

Méticuleux, ennemi de l'effet, Mitch Hooper perçoit Harold Pinter comme un puzzle où chaque mot posé permet de se rapprocher de la vérité finale. Mais Pinter n'est pas une science exacte, on peut passer à côté de ce qu'il dit et pire encore de ce qu'il ne dit pas. Le travail du metteur en scène et de ses acteurs est de se rapprocher le plus possible du sens exact.

Si l'on ne ressent pas dans le travail de Mitch Hooper la frustration que laissait celui de Gérard Desarthe sur le même texte, il faut peut-être y voir l'effet "diptyque", le dispositif simple proposé dans "L'Amant" étant une excellente préparation à la construction plus sophistiquée et au contenu plus "sérieux" d' "Ashes to Ashes".

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=