Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ma mère m'a fait les poussières
Théâtre-Studio d'Alfortville  (Alfortville)  novembre 2016

Comédie dramatique d'après un récit de Erwin Mortier, mise en scène de Philippe Awat, avec Philippe Awat et Pascale Oudot.

La mort de la mère, avec le sentiment de perte, le deuil et, parfois, de culpabilité quand elle intervient selon l'expression consacrée, "après une longue maladie", constitue une thématique récurrente des oeuvres culturelles qui, depuis quelques années, connaît une nouvelle déclinaison avec l'ampleur prise la maladie d'Alzeihmer.

Confronté à titre personnel à ce drame de la mort annoncée, dans lequel la disparition physique est précédée d'une progressive et irréversible agonie de la conscience, le comédien et metteur en scène Philippe Awat a trouvé dans le récit autobiographique de l'écrivain flamand Erwin Mortier une douloureuse résonance fraternelle qu'il porte sur scène de manière atypique sous le titre "Ma mère m'a fait les poussières".

En effet, d'une part, l'adaptation, réalisée en collaboration avec son homologue Guillaume Barbot, s'avère singulière dès lors qu'elle résulte dune hybridation entre le texte original et le vécu traumatique du comédien qui aboutit à une partition auto-référée.

D'autre part, si dans le cadre du théâtre d'incarnation, le comédien reprend "à son compte" les affects du personnage, en l'occurrence, l'identité se substitue à l'identification comme la catharsis à la mimésis et la représentation est nourrie de la réalité traumatique du comédien.

Erigée en ressort dramatique, la progression de la maladie, dont l'évolution clinique est évoquée sans pathétisme complaisant, devient le vecteur d'une partition sensible composée essentiellement de soliloques délivrés principalement en adresse au public.

Ceux-ci ressortent à la remémoration du traumatisme, au témoignage, à la prise de conscience de soi, le processus d'effacement au monde qui affecte la malade s'accompagnant d'un effacement de soi-même en tant qu'il existe par le regard et dans le souvenir de l'autre et surtout, à la seule résilience possible qu'est le cheminement mental qui conduit au temps retrouvé des souvenirs heureux.

Sur scène, Philippe Awat est le fils ravagé, l'homme prénommé Philippe pour qui le diagnostic tombe comme un couperet, annoncé par sa mère elle-même un jour de fête à la chaleureuse ambiance méditerranéenne, celui de son anniversaire, qui plonge la famille dans la sidération et le désarroi.

L'incompréhension, l'impuissance et la culpabilité irradient son esprit qui tourne à vide comme l'homme tourne en rond dans une irrépressible douleur. Et l'émotion saisit en raison de la fragilité pressentie de Philippe Awat sur le chemin de la reconstruction.

A l'instar de pauses musicales, les interventions ponctuelles de Pascale Oudot comme figure féminine réparatrice même si elle est directrice moulin à paroles avec son antienne pseudo-réconfortante, "Tout ce qui est là est encore là, et c'est bon à prendre", constituent de bienvenues incursions du réel tangible dans la bulle psychique du fils.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=