Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mafia III
PS4 / Xbox One / Windows / MacOS  (Hangar 13 / 2K Czech / Mass Media / 2K Games)  octobre 2016

En 2010, j’avais intégré le gang mafieux des Clemente aux côtés de Vito Scaletta dans l’excellent Mafia 2. Après une telle claque visuelle et narrative, j’avais hâte de pouvoir reprendre le chemin obscur de la mafia avec Mafia 3, une suite hypothétique qui aura finalement mis 6 ans à venir. Autant vous dire que l’attente a été longue et que l’espoir a été grand. Peut-être trop.

6 années c’est long, très long même, mais c’est aussi le temps nécessaire pour permettre aux développeurs de fignoler un jeu, de peaufiner les moindres détails pour finalement fournir un produit de qualité aux consommateurs que nous sommes. Hélas, pour 2K Games et Hangar 13, six ans n’ont pas totalement suffi pour faire de Mafia 3 un jeu irréprochable. Bourré de bugs, l’open-world à la sauce GTA like de 2K accumule les défauts mais propose en contrepartie un contenu riche et souvent intéressant.

Parlons d’abord du scénario qui se montre on ne peut plus classique. Le jeu prend pour cadre les années 60, pendant la guerre du Vietnam, dans une Amérique encore divisée et marquée par la ségrégation raciale. Dans ce contexte historique rare dans l’univers vidéoludique, on incarne Lincoln Clay, un soldat tout juste revenu du Vietnam retournant dans sa ville d’origine, New-Bordeaux. Cette ville fictive demeure d’ailleurs l’un des principaux atouts du jeu mais nous en reparlerons davantage un peu plus tard. Lincoln Clay revient donc parmi les siens et découvre que ses proches ont noué des liens avec la mafia locale. Des liens dangereux que l’on ne peut pas briser si aisément. Lincoln va vite le découvrir et verra sa famille se faire assassiner sous ses yeux. Manquant de peu de succomber lui aussi, il se mettra vite en tête de venger ses proches en partant dans une vendetta visant le grand manitou de la mafia locale, Sal Marcano. Pour y parvenir, il devra supprimer de nombreux capos et mafieux en tout genre.

En soi, le scénario n’a rien d’original mais est surtout un excellent prétexte pour proposer au joueur différentes missions au cours desquelles il faudra éliminer une série d’ennemis avant d’enfin pouvoir atteindre le boss du jeu. Les combats sont plutôt classiques et efficaces mais l’intelligence artificielle se montre très moyenne. Les ennemis mettent beaucoup de temps à vous détecter et même à détecter la présence d’un cadavre. De plus, il est possible d’attirer ces derniers à l’aide d’un sifflement, un peu à la façon des assassins dans Assassin’s Creed. Cela rend les ;phases d’infiltration très accessibles et peut-être même trop simples. D’ailleurs, le niveau de difficulté demeure assez bas, notamment concernant le boss de fin, Sal Marcano. Sans doute une volonté de rendre le titre très grand public ?

Pour ce qui est autres points négatifs, évoquons dans un premier temps le nombre incalculable de bugs parsemant le jeu ainsi que ses graphismes plutôt décevants pour une telle génération de console.

Evoquons désormais les points positifs du jeu et ils sont eux aussi nombreux, à commencer par l’ambiance du jeu très prenante et superbement réalisée. La ville fictive de New-Bordeaux est magnifique et très agréable à parcourir, surtout au rythme de l’excellente bande son du jeu composée des grands classiques de l’époque. Elle se montre également pleine de vie avec de nombreux véhicules en circulation et des piétons déambulant dans tous les sens avec souvent quelques lignes de dialogues. En revanche, en dehors de missions principales et des petites quêtes annexes, vous ne trouverez pas grand chose à faire en ville, si ce n’est partir à la recherche d’objets à collectionner et voler la recette des petits commerces locaux. Les différents quartiers sont assez variés et on passe rapidement d’un milieu urbain au bayou sauvage.

Autre point positif, la durée de vie du jeu est plutôt importante avec une bonne dizaine d’heures pour terminer le jeu à 100%. Le mode de narration relève aussi le niveau global du jeu et du scénario grâce à un système narratif innovant et atypique plaçant des témoignages de personnages secondaires tout au long du jeu. Des témoignages elliptiques permettant d’en apprendre plus sur Lincoln Clay, ses actes et leurs conséquences dans le futur.

Notons par ailleurs que tout au long du jeu, le joueur pourra prendre des décisions en attribuant les différents quartiers à contrôler à l’un de ses associés. Toutefois, ces choix n’ont que peu d’incidence sur l’histoire et sur le jeu lui-même. Ces décisions permettent en effet d’obtenir de meilleurs bonus auprès d’un associé ou au contraire de perdre des avantages si l’un de vos associés n’est pas satisfait de votre choix. De même, à la toute fin du jeu, vous aurez la possibilité de choisir deux options possibles pour conclure l’histoire principale.

En résumé, le jeu souffre de lourds défauts à l’instar d’une intelligence artificielle plus que moyenne, de bugs à foison et de graphismes assez limités. Cependant, Mafia 3 se montre très plaisant à faire et c’est tout ce qui compte, non ?

Les + : Ambiance unique / New-Bordeaux, une ville magnifique / Narration intéressante / Bonne durée de vie / Excellente BO

Les – : Des bugs à foison / Graphiquement moyen / I.A à la ramasse / Fin décevante / Monde ouvert un peu vide / Un peu trop facile

 
Cette chronique est issue du site Blackstorm Museum, partenaire de Froggeek's Delight.

En savoir plus :
Le site officiel de Mafia III
Le Facebook de Mafia III


Blackstorm         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=