Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Place des Héros
Théâtre de la Colline  (Paris)  décembre 2016

Comédie dramatique de Thomas Bernhard, mise en scène de Krystian Lupa, avec Valentinas Masalskis, Viktorija Kuodytė, Eglė Mikulionytė, Arūnas Sakalauskas, Eglė Gabrėnaitė, Rasa Samuolytė, Doloresa Kazragytė, Vytautas Rumšas, Neringa Bulotaitė et Povilas Budrys.

Articulée autour des atavismes autrichiens, dont l'antisémitisme et le nationalisme présidant à l'acclamation de l'Anschluss sur l'Heldeplatz, "Place des Héros", opus ultime, considéré comme testamentaire, du dramaturge autrichien Thomas Bernhard franchissant, après l'irritation et la cruauté, la dernière étape, celle de la destruction, délivre une synthèse de son anathème réunissant ses imprécations récurrentes et illustre le processus de désintégration humaine auquel tout homme est soumis quel que soit son degré de conscience et de déni.

Et, surtout, il argumente la seule alternative possible pour l'intellectuel-spectateur face au monde post-Holocauste à travers une entité autofictionnelle et bicéphale, celle des deux frères Schuster, universitaires issus de la grande bourgeoisie juive viennoise.

Josef Schuster, avatar de Stefan Zweig, qui avait choisi l'exil avant de revenir au pays natal pour habiter volontairement dans un appartement situé Place des Héros qui concoure à la déficience mentale de son épouse (Doloresa Kazragyté), habituée comme Wittgenstein des cures à la clinique Steinhof, choisit d'assumer l'agonie du monde et opte pour le suicide renonçant même à l'achèvement de son grand oeuvre philosphique.

Son frère ainé, Robert Schuster (Valentinas Masalskis), nihiliste absolu doublé d'un pessismiste existentiel, choisit la réclusion dans la maison familiale, une demeure tchekhovienne dont la pommeraie est soumise à la destruction urbanistique.

Placée sous la règle de l'unité de temps et d'action et la situation de l'attente, comme pour "Des arbres à abattre" également mis en scène par Krystian Lupa, la partition se déroule en trois temps dilatés du jour des funérailles. Le rythme est lent, la dilatation du temps d'une journée fatale et sans rédemption pour tous les protagonistes, quelle que soit leur attitude, de l'indifférence à la frayeur,,

Le premier, équivalent d'une longue scène d'exposition, trace un portrait en creux sans complaisance du défunt, un homme aussi raffiné et cultivé que tyrannique et méprisant, à travers les consignes et confidences délivrées par la gouvernante (Eglé Gabrenaité), la véritable maîtresse de maison, à la jeune bonne nouvelle recrue un peu sotte (Rasa Samuolyté).

Dans le second, au cours d'une halte en compagnie de ses nièces aux tempéraments opposés (Viktorija Kuodyté et Eglé Mikulionyté) dans le parc jouxtant le cimetière, le "survivant" Robert Schuster prend la parole et la monopolise pour asséner sans relâche ses antiennes mortifères de la vie dont le seul but est la mort et de l'apocalypse immanente sanction inéluctable contre un monde dont il décrypte l'état de décomposition en fulminant tous azimuts.

De la provocation, en indiquant que tout Viennois est un criminel de guerre ou que le suicide collectif est la seule issue, à la vitupération, il dénonce, outre la stupidité générale qui régit le monde devenu un "cloaque sans esprit ni culture", la faillite des idéologies, les fléaux du socialisme et du catholicisme pervertis, la défaite de la pensée, la compromission et le cynisme des politiques, la disparition de la culture dispensée par les élites universitaires remplacées des professeurs issus du prolétariat petit-bourgeois ou d'une paysannerie grossière, les masses subjuguées par la culture journalistique indigente et le le théâtre exsangue ramenée à un expédient régulateur de la digestion.

Le dernier acte, avec le repas "cénique" en compagnie de proches et du fils (Vytautas Rumsas, Povilas Budrys, Neringa Bulotaité et Arunas Sakalauskas) et le bouquet de lys, à la symbolique explicite de soumission à la volonté divine, apporté par la gouvernante, tient lieu d'épilogue avec le dénouement de ce "cap au pire" de l'Histoire. Sous un ciel menaçant et des grondements de foule, le dénouement scénographié par Krystian Lupa prend l'allure d'une très esthétisante déflagration performative à la Pistoletto.

Dans un décor monumental de couleur sépia telle la photo jaunie d'un monde disparu, le metteur en scène polonais Krystian Lupa, dont faire l'éloge ressort au superfétatoire, dirige avec maestria cette pièce de morts-vivants et les comédiens du Lithuanian National Drama Theatre sis à Vilnius qui excellent notamment dans la maitrise du jeu non verbal.

Avec une mention spéciale à Viktorija Kuodyté et Eglé Mikulionyté pour leur qualité d'interprétation et d'écoute et à Valentinas Masalskis, magistral figure bernhardienne.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=