Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Splendeur et Lassitude du Capitaine Iwatani Izumi
Décembre 2016  (Théâtre de l'Union)  Limoges

Spectacle conçu par Jean Lambert-wild, Keita Mishima et Akihito Hirano interprété par Keita Mishima.

Dans un poste avancé en forme de ring, le capitaine Iwatani Isumi fait face successivement aux spectateurs qui l'entourent sur trois des côtés de son carré. Il est encore fier, en tenue miliaire, l'éventail à la main et salue le public.

Fidèle à ce qu'on attend d'un soldat de l'empire du soleil levant, serviteur parfait d'un code d'honneur suranné, il va vivre dans sa chair et dans son être la tragédie du Japon impérial.

Personnage monolithique, le capitaine Iwatani Isumi pourrait être tout aussi bien sorti d'un "No" moderne que d'une bande dessinée militaire d'Hugo Pratt, avoir été inventé par un cinéaste japonais des années cinquante se servant du technicolor et du scope pour essayer d'exorciser, comme Kon Ichikawa, la défaite sans avenir et l'après Hiroshima.

On l'imagine aussi clown dans un cirque brechtien né dans le Japon contestataire des années soixante, et même personnage d'une commedia dell'arte débarrassé de ses masques italiens.

On aurait presque envie qu'il y ait une piste à chercher du côté du patronyme de l'acteur qui l'incarne avec une conviction bouleversante. Keita Mishima n'a-t-il pas été choisi pour suggérer une parenté avec un autre Mishima, lui aussi poursuivi par Eros et Thanatos, hanté par la gloire militaire et tout son attirail de rituels codés ?

Mais la vérité est ailleurs : si le capitaine Iwatani Isumi oscille entre splendeur et lassitude, entre rêve et cauchemar, entre sublime et décomposition, c'est qu'il est la créature imaginée et fantasmée par Jean Lambert-wild, alors tout jeune auteur français, et renipponisée depuis par la belle traduction d'Akihito Hirano. De cet échange singulier naît une vérité qui transcende l'artifice et aboutit à une réalité théâtrale passionnante.

Il suffit à Keita Mishima de dessiner un cercle sur le sol, d'allumer une baguette d'encens, de persuader le public de respirer, de chantonner un air militaire ou d'écouter en japonais une chanson de Piaf anachronique pour que la magie opère. On est sous les ordres de cet homme déjà bien au-delà de la condition humaine, cette "condition humaine" chère au français Malraux et au japonais Kobayashi...

"Splendeur et lassitude du capitaine Iwatani Izumi", spectacle fusionnel entre l'Orient et l'Occident, n'est sûrement pas une imitation de l'un par l'autre. Emporté par l'extraordinaire composition de Keita Mishima, on entrevoit par moments ce qui rend l'art utile, quel que soit sa forme et son expression : créer une petite brèche dans le réel pour ce qui glisse une émotion inconnue et indéfinissable.

On aimerait que cet instant fugace dure. Mais patience, Jean Lambert-wild aura sans doute d'autres capitaines Iwatani Isumi à proposer. Pour l'heure, on remerciera ce dernier d'avoir existé le temps d'une représentation pour exalter les beaux sentiments qui font les vrais spectacles.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=