Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mathis And the Mathematiks
Interview de Mathis Haug  (par email)  14 juin 2005

Mathis and the Mathematiks nous a complètement conquis tant sur album, 5 qui vient de sortir, que sur scène, lors de son unique concert parisien à la Maroquinerie.

Du jazz-blues-soul-rock-fusion complètement addictifs et un chanteur charismatique à la voix brute, riche et inspirée, il n'en faut pas plus pour tomber complètement sous influence.

Nous avons rencontré Mathis Haug, son leader, guitariste et chanteur, à l'issue d'un concert bien trop court. Partant dès le lendemain, il a accepté très gentiment de répondre à quelques questions en différé.

J'ai trouvé votre nom associé à plusieurs groupes Qu'y a-t-il eu avant Mathis and the Mathematiks?

Mathis Haug : Effectivement j'ai crée un autre trio il y a 3 ans: "Spoonfull". Nous avons enregistré un album "For a few sugar more", mélange de blues jazz dans l'esprit de la musique américaine des années 50. Dans ma courte carrière musicale, j'ai eu l'occasion de jouer avec des rappeurs, un groupe de rock français, un groupe de musique irlandaise..., avec le guitariste Ted Tunnicliffe (vétéran de la scène rock anglaise des 60's).

L'évocation des mathématiques (nom du groupe, titre des albums) revêt-il une signification particulière? (en rapport avec la phrase sur la musique et les maths de Tom Waits?)

Mathis Haug : Je ne connais pas la phrase de Tom Waits, sorry! Non il n'y a pas de signification particulière, c'est juste que ça sonne pas mal et puis notre musique est tout sauf Mathématique.

Quelle est votre formation musicale et vos influences ?

Mathis Haug : Autodidacte, mais j'ai beaucoup appris avec des gens comme Ted et aussi un guitariste de jazz Claudio della Corte, et puis j'ai surtout écouté beaucoup, beaucoup de disques. J'ai commencé la guitare à 15 ans, et il me semble que j'ai essayé de chanter dans la foulée; Dylan, Neil Young, Higelin, Le forestier, les Stones, etc...

Pour mes influences je dirais: Billie Holiday, Louis Armstrong, Janis Joplin, Chris Whitley, Satan and Adam (un homme orchestre et un jeune blanc bec à l'harmonica), Lightnin' Hopkins tout ça c'est mes chanteurs de blues, puis Higelin, Dick Annegarn, Gainsbourg, Nina Hagen, Django, Dylan bon ça suffit non?

L'album 5 a été co-écrit avec Seamus Taylor. Quand et comment l'avez-vous rencontré? Comment s'est passée l'osmose de vos univers alors que vous semblez si différents sur scène?

Mathis Haug : Nous nous sommes rencontrés sur les bancs de l'école en Ardèche. Nous avions avait 12/13 ans et nous aimions la musique, (lui surtout Prince!), et depuis, nous ne nous sommes plus quittés ! C'est vrai que nos caractères sont bien différents : Seamus aime soigner les choses, fignoler, je serais plutôt un amateur des choses instantanées, vécues sur le moment. Je n'arrive pas à expliquer, ça fait tellement longtemps qu'on se connaît.

Quelles sont vos participations respectives dans l'écriture des morceaux?

Mathis Haug : Lui c'est les textes, même si parfois j'ai des idées, et nous écrivons alors ensemble, mais c'est plus son domaine. En ce qui concerne, la musique je m'en occupe, mais il arrive aussi que Seamus apporte des mélodies. Ensuite on improvise avec ces chansons, on les joue en concert, on change les arrangements jusqu'à trouver une bonne version...qui ensuite est immortalisée sur disque. Puis elle reprend sa vie de chanson, elle prend du caractère avec le temps, elle évolue en fonction du musicien qui la joue, des divers instruments, du lieu...

Il est précisé que l'album 5 a été réalisé dans des conditions techniques minimalistes. Pour quelles raisons?

Mathis Haug : 5 euros de budget au total ! Et puis je pense pouvoir faire très bien avec peu de moyens, il suffit d'avoir les oreilles bien déployées. Mais cet aspect c'est surtout Denis Capus qui s'en est occupé, je ne suis pas branché informatique et technique.

La sortie de cet album s'est accompagnée d'un concert parisien. Y a-t-il d'autres dates de prévues en France et éventuellement à Paris ?

Mathis Haug : Une tournée est en préparation pour cet automne, je vous tiendrais au courant des dates. Par contre ce qui est sur c'est que nous serons le 24 septembre au canal 93, à Bobigny.

Vous tournez beaucoup en concert. Pour vous la musique est d'abord un art vivant qui se vit en live et l'album un passage obligé?

Mathis Haug : J'aime bien enregistrer aussi, mais j'ai une plus grosse expérience de la scène...et surtout les bistrots. J'aime vraiment jouer dans les bars !

Vous avez reçu en 2003 et 2004 des récompenses au festival "Jazz à Vienne". Avec 5 sortez-vous de cet univers du jazz?

Mathis Haug : Oui, car j'aime beaucoup la musique afro américaine et du nord au sud mais les gens me qualifient de "bluesman"!!! Pour moi blues, jazz, salsa, tout ça c'est la même chose, sauf qu'en Europe on accepte plus le jazz moderne car c'est plus évolué harmoniquement.Le jazz plus populaire est tout simplement...ringard.

Où vous situez-vous sur la scène musicale française et éventuellement espagnole ?

Mathis Haug : J'aime dire musique du monde. On me répond: "Ah non c'est pas de la musique latino, africaine, ni de l'est, donc ce n'est pas de la musique du monde." Mais si, si je vous assure je suis né sur terre, en Forêt Noire, ma musique est faite de tout ce que j'ai vécu, entendu, mangé et bu.

Si vous deviez donner un album de votre discothèque à votre meilleur ami, quel serait votre choix?

Mathis Haug : Lady in Satin de Billie Holiday . Et la guitare rouge s'appelle "Framus the cat !"

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album 5 de Mathis and the Mathematiks
Mathis And the Mathematiks en concert à La Maroquinerie (7 juin 2005)
Mathis And the Mathematiks en concert à La Flèche d'Or (26 octobre 2005)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=