Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Saule
L’éclaircie  (PIAS)  novembre 2016

Le grand gaillard de Saule, du haut de son double mètre revient avec un nouvel album L’Eclaircie sorti au milieu du mois de novembre dernier. Découvert au milieu des années 2000 avec son premier album Vous êtes d’ici mais surtout de par son duo avec Dominique A et la chanson "Personne" sur l’album Western, je le retrouve une dizaine d’années plus tard avec curiosité.

Du temps a coulé sous les ponts depuis ses débuts, l’artiste a fait de nombreuses premières parties de grands artistes, a collaboré avec Sébastien Martel que j’aime beaucoup mais aussi avec Charlie Winston que j’aime moins, d’où mon éloignement petit à petit de sda musique.

Cette collaboration avec Charlie Winston avait abouti à l’album Géant en 2012, unanimement salué par la critique grâce notamment à la chanson "Dusty Men". Ce morceau, qui fit le tour des radios, aurait dû être un formidable accélérateur de carrière. Sauf que Saule va la traîner comme un boulet, se sentant coincé par ce tube, qu’il assume difficilement, jusqu’à l’éclaircie. D’où le titre de l’album…

L’album débute avec un titre très accrocheur, "Comme", dans lequel l’artiste affirme rapidement son indépendance musicale et artistique. Enervé et énergique, survitaminé, ce titre n’aura besoin que d’une seule écoute pour investir nos têtes et nous donner envie de le réécouter. L’artiste se libère de ses vieux démons dès la première chanson.

Au niveau des sons, on est évidemment bien loin du dernier album et c’est tant mieux. Exit Charlie Winston et son coté Cow-Boy, bonjour le Saule façon Dominique A aux jolis textes. Celui qui manie si bien notre langue française est de retour.

Les chansons s’enchainent, "Respire", titre un brin disco est capable de nous porter vers un dance-floor. "Delove song", dans la foulée, nous permettra de nous remettre des nos transpirations frénétiques. Très belle chanson sur le couple ou plutôt ce qu’il en reste parfois lors d’une séparation.

Arrive alors "L’éclaircie" qui donne son nom à l’album, jolie mélodie redondante à la guitare électrique. Le soleil apparaît, même en plein hiver, c’est beau, lumineux et bien écrit. Saule est bien de retour. Plus de doute possible. Il le confirme d’ailleurs, justement avec le titre suivant, "Je reviens". Les paroles sur la musique sonnent justes et c’est bien là l’essentiel. Le titre suivant "LC" ( elle sait) est une chanson plus grave, une chanson sublime, pour moi une des plus réussies de l’album avec une musique en forme de montée dramatique tout au long de la chanson. Chapeau l’artiste. La suite de l’album nous promet encore quelques petites pépites comme "La femme fantôme" et "On part" dans lesquelles Saule chante des passages en Anglais.

Saule nous offre donc un album où chaque titre a son propre charme. Cet album est une véritable éclaircie par rapport au précédent. Il est l’occasion pour Saule de montrer qu’il n’est pas l’homme d’un seul titre. On sent que le Géant a retrouvé le plaisir d’écrire, de composer loin des standards imposés par les grandes radios.

En même temps, L’éclaircie, par définition, ne l’empêchera pas de goûter de nouveau à la lumière qu’il mérite à la vue de son immense talent.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Géant de Saule
Saule en concert au Festival FNAC Indétendances 2006

En savoir plus :
Le site officiel de Saule
Le Facebook de Saule


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mars 2017 : GO Johnny GO

Chuck Berry nous a quitté ce week end à 90 ans. La fin d'une époque, sans doute, mais le rock n'est pas encore mort. Quoi qu'il en soit voici notre sélection culturelle hebdomadaire avec notamment un choix éclectique de spectacles :

Du côté de la musique :

"A day for the hunter, a day for the prey" de Leyla McCalla
"My wild west" de Lissie
"Chopin : Late works" de Maurizio Pollini
"Vocello" de Henri Demarquette
"Messages personnels " de Emma Solal
Mustang, Akira Kosemura, Sylvain Fesson, Lonny Montem dans une sélection de single
"Elements" de Zenzile
Rencontre avec Narrow Terence autour de leur nouvel album "Rumble-o-rama" accompagné d'une session live
"Plates coutures" de Matmatah
Mathieu Boogaerts au Grand Mix de Tourcoing
en concert dans le cadre du Festival Les Emancipées à Vannes : Vincent Delerm, Frère Animal (Second Tour) et "La Sieste acoustique de Bastien Lallemant"
et toujours :
"Oh, my Lady" de Da Capo, "Front pop" de French Boutik, "Ors" de Artus, "My friends ar dead" de Bigott, "Free" de Guillaume Perret, "Life will see you now" de Jens Lekman, "No more rainbows" de Nicola Testa, CHVE, Syndrome et Amenra au festival Generiq

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Soudain l'été dernier" au Théâtre national de l'Odéon
"Intra Muros" au Théâtre 13/Jardin
"Ici, il n'y a pas de pourquoi !" au Théâtre Le Lucernaire
"La violence des riches" à la Maison des Métallos
"Mon coeur" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Vibrants" au Théâtre de la Reine Blanche
"Une saison en enfer" au Théâtre Le Lucernaire
"La leçon de photographie" au Théâtre Saint Georges
"Le déni d'Anna" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Aide-mémoire" au Théâtre de Nesle
"Phèdre/Salope" à La Loge
"Sylvie Malys - le Génie du vin" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"La petite renarde rusée" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Made in Paris" au Théâtre Bo Saint-Martin
le compte-rendu de la première édition du Festival Les Emancipées à Vannes
des reprises :
"Moi, Corinne Dadat" au Théâtre de Colline
"Anquetil tout seul" au Studio Hébertot
"Yanowski - La Passe interdite" au Bal Blomet
"La vie privée d'un super-héros" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles de mars

Expositions avec :

"L'Esprit français - Contre-cultures 1969-1989" à la Maison Rouge
"Collection Alicia Koplowicz - De Zurbaran à Rothko" au Musée Jacquemart-André

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"London House" de David Farr
"Fiore" de Claudio Giovannesi
"Fixeur" de Adrian Sitaru
Ciné en bref avec :
"Chez nous" de Lucas Belvaux
"Les figures de l'ombre" de Theodore Melfi
"1:54" de Yan England
"Miss Sloane" de John Madden
"La Confession" de Nicolas Boukrief
"The Lost City of Z" de James Gray
et les chroniques des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Les filles déchues de Wakewater" de V.H. Leslie
"Les temps de la cruauté" de Gary Victor
"Les insouciants" de Peter Behrens

Froggeek's Delight :

Les MMO Free to play en 2017 - Eve Online - Black Desert Online - Revelation Online - Tera
Edition limitée de Life is Strange
sur PS4, Xbox One et PC
Retour sur la Nintendo Switch, un test complet très prochainement

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=