Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tenue correcte exigée - Quand le vêtement fait scandale
Musée des Arts Décoratifs  Du 1er décembre 2016 au 23 avril 2017

Avec "Tenue correcte exigée - Quand la mode fait scandale", le Musée des Arts décoratifs propose une exposition aussi singulière qu'ambitieuse car réflexive et se situant aux confins de l’histoire sociale et de l’histoire des modes.

En effet, elle concerne les évolutions et les ruptures qui ont affecté le port et la mode du vêtement de ville et déclenché parfois de vives polémiques allant parfois jusqu'à l'intervention législative pour édicter des interdictions avant d'entrer dans les moeurs.

Denis Bruna, conservateur des collections Mode et Textiles antérieures au 19ème audit musée qui en assure le commissariat, a relevé le défi et réussi l'exercice d'autant plus difficile qu'il couvre une large période, du 15ème au 21ème siècle, et que le vêtement, au-delà de son aspect purement fonctionnel, revêt une dimension sémiotique et, de surcroît, polysémique.

De plus, le vêtement est directement impacté par la stratification sociale, le vêtement comme reflet de la condition sociale dans toutes ses déclinaisons jusqu'au communautarisme ainsi qu'indice voir symbole culturel ou cultuel contrairement au proverbe de l'habit ne fait pas le moine, et la sexuation de la société qui entraîne la différenciation des vestiaires masculin et féminin.

Tenue correcte et scandale, quand trop c'est trop

Denis Bruna a utilisé l'espace d'exposition dédiée à la mode qui comporte deux niveaux pour ordonner une démonstration en deux parties complémentaires qui se développe selon l'approche analyse-synthèse.

D'une part, au plan analytique, avec un parcours chrono-thématique consacré à l'identification des bouleversements considérés comme majeurs qui résultent d'une volonté, souvent subversive, de transgression des codes établis.

Dont le code vestimentaire, qui tendait à l'uniforme social, imposé par la classe dominante, avec l'étiquette du 18ème siècle puis le guide des bonnes manières bourgeoises du 19ème, qui s'est effacé, au siècle suivant, au profit de la démocratisation de la mode.

Les phénomènes significatifs qui ont engendré la réprobation ressortent à la confusion des genres.

Ainsi en est-il avec le vêtement négligé ou le déguisement qui est porté comme un vêtement de ville et davantage encore le port en extérieur de vêtement d'intérieur ou de sous-vêtements avec la suppression de la frontière entre le privé, voire l'intime, et le public.

Bien évidemment, la cause principale du "scandale" tient au floutage de la démarcation genrée et notamment le port du pantalon par la femme, depuis les femmes "chasseresses" et les garçonnes, qui a entraîné l'appropriation féminine d'une pièce de vêtement devenue le symbole de la virilité et de la puissance masculine.

Mais l'inverse, malgré les tentatives réitérées d'introduction de la jupe dans la garde-robe, ne s'est pas produit et n'a généré qu'un relatif tohu-bohu dès lors qu'elles ne ciblaient qu'une certaine catégorie d'hommes.

D'autre part, le commissaire a procédé de manière synthétique pour fédérer et apparier sous la formule significative du "Trop, c'est trop !", constante commune à toutes les époques, les pièces de siècles différents qui ont été vouées aux gémonies parce que considérée comme une offense au bon goût du temps.

De trop en trop, trop court, trop large, trop décolleté, trop haut, trop moulant et d'autres, c'en est trop et l'excès est vilipendé avec, en tête de gondole, la longueur. Car si le raccourcissement progressif du vêtement féminin est intervenu de manière progressive, celui radical opéré par la mini-jupe fit scandale.

De même pour le trop transparent dont la reine Marie-antoinette fut la précurseur en se faisant portraiturée en chemise par Elisabeth Vigée-Lebrun et le plongeant considéré comme une marque de dévergondage et de moeurs libertines en ce que le vêtement destiné à dissimuler le corps laisse voir les parties érogènes en contravention avec les règles de la pudeur et surtout le pharisaïsme bourgeois.

Et la fameuse robe au dos dénudé portée par Mireille Darc dans le film "Le grand blond avec une chaussure noire" voisine avec la robe au "grandd décolleté" du 17ème siècle qui découvrait la pointe des seins et le bikini qui ne cachait que ce qu'il exacerbait.

Pour le vestiaire masculin, la largeur disproportionnée du pantalon resurgit régulièrement depuis la culotte bouffante du 17ème siècle aux baggys des années 1990 en passant par la mode des Zazous pendnat la période de l'Occupation.

L'exposition offre donc un large champ d'exploration et de réflexion sur la signification du vêtement hors des postures exhibitionnistes ou esthétiques comme véhicule de transgression, provocation, extravagance et excentricité d'autant que, depuis la deuxième moitié du 20ème siècle, coexistent la "street mode", avec les tendances marginales mais nettement identifiables de la rue qui inventent de nouveaux codes communautaires tels le look hipster et le normcore, et la mode des créateurs qui défile à la Fashion Week.

Et elle se clôt avec les modèles de quelques défilés des trois dernières décennies qui, à défaut de scandaliser l'opinion publique, ont fait couler beaucoup d'encre dans les magazines telle la collection Christian Dior Printemps-Eté 2000 pour laquelle le styliste John Galliano revisite de la mode grunge des années 1970 et l'engouement pour le vintage en la plaçant sous le thème "clochard" et initie la tendance "homeless-chic" qui, depuis, a fait florès tant chez les designers underground que chez l'inoxydable papesse de la mode anglaise Vivienne Westwood.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée des Arts Décoratifs

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée des Arts Décoratifs


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 mars 2017 : Tout vient à point à qui sait attendre le printemps

Voilà, c'est le printemps, premier soleil, premières fleurs, bientôt les premiers festivals. En attendant voici de quoi satisfaire votre appétit de nouveautés et rattraper les désagréments de l'heure perdue dans la nuit. Sans plus attendre voici de quoi lire, voir et écouter :

Du côté de la musique :

"Spirit" de Depeche Mode
"Murmuration" de Rabih Gebeile
"Burning the threshold" de Six Organs Of Admintance
"Shikantaza" de Chinese Man
"Mozart / Rachmaninov : Concertos & A conversation that never was" de Grigory Sokolov
"Rivers" de Polaroid3
"Now is not a good time" de The Keys
Matmatah et Lord Ruby au Transbordeur de Lyon
et toujours :
"A day for the hunter, a day for the prey" de Leyla McCalla, "My wild west" de Lissie, "Chopin : Late works" de Maurizio Pollini, "Vocello" de Henri Demarquette, "Messages personnels " de Emma Solal, Mustang, Akira Kosemura, Sylvain Fesson, Lonny Montem dans une sélection de single
"Elements" de Zenzile, Rencontre avec Narrow Terence autour de leur nouvel album "Rumble-o-rama" accompagné d'une session live, "Plates coutures" de Matmatah

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Larmes d'Oedipe" au Théâtre de la Colline
"Lili" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Palestro" au Théâtre L'Atalante
"Cut" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le Serment d'Hippocrate" au Théâtre 14
"La nuit à l'envers" au Théâtre Essaion
"L'héroïsme au temps de la grippe aviaire" au Théâtre de Belleville
"Les Mauvaises graines" au Chat noir
"Les Misérables" au Théâtre Le Lucernaire
"L'histoire d'une femme" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Yanoswki - Le Cabaret extraordinaire" au Bal Blomet
"Alil Vardar - Comment garder son mec" à la Grande Comédie
des reprises :
"Nous qui sommes 100" au Théâtre Les Déchargeurs
"Océanerosemarie - Chatons violents" au Théâtre des Béliers parisiens
et la chronique des autres spectacles de mars

Expositions avec :

"Pissarro - Le premier des Impressionnistes" au Musée Marmottan-Monet
"Balenciaga - L'oeuvre au noir" au Musée Bourdelle

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pourvu qu'on m'aime" de Carlo Zoratti
"Félicité" de Alain Gomis
"Sage Femme" de Martin Provost
Oldies but goodies" avec "Seven" de David Fincher projeté dans le cadre de la rétrospective Darius Khondji à la Cinémathèque française
et les chroniques des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Deux cigarettes dans le noir" de Julien Dufresne-Lamy
"La compagnie des glaces - Tomes 3 et 4" de G.-J. Arnaud
"Le grand combat" de Ta-Nehesi Coates
"Le parfum de l'hellébore" de Cathy Bonidan
et toujours :
"Les filles déchues de Wakewater" de V.H. Leslie
"Les temps de la cruauté" de Gary Victor
"Les insouciants" de Peter Behrens

Froggeek's Delight :

Festival Trolls & Légendes #7 du 14 au 16 avril à Mons
et toujours :
Les MMO Free to play en 2017 - Eve Online - Black Desert Online - Revelation Online - Tera
Edition limitée de Life is Strange
sur PS4, Xbox One et PC
Retour sur la Nintendo Switch, un test complet très prochainement

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=