Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Temps et la Chambre
Théâtre de la Colline  (Paris)  janvier 2017

Comédie dramatique de Botho Strauss, mise en scène de Alain Françon, avec Antoine Mathieu, Charlie Nelson, Gilles Privat, Aurélie Reinhorn, Georgia Scalliet, Renaud Triffault, Dominique Valadié, Jacques Weber et Wladimir Yordanoff.

Comme le titre de la partition le laisse présumer, "Le Temps et la Chambre" du dramaturge allemand Botho Strauss constitue une variation sur le temps et la trace mnésique des êtres telle qu'elles pourraient être happées dans une chambre d'écho et/ou une camera obscura.

Et, pour traiter des thématiques de la fuite du temps, du sentiment de perte et de l'éphéméréité des rencontres à travers du seul ancrage spatial, Botho Strauss procède de manière classique.

Ainsi se dispense-t-il tant de la linéarité chronologique que de l'intrigue, et procède par assemblage de scènes brèves et fragmentaires aux dialogues réduits à des bribes conversationnelles, en forme d'échanges souvent interrogatifs, entre des personnages non historicisés et, sans toutefois verser dans l'abstraction, dépourvus de substance psychologique.

Ce qui aboutit à proposer au spectateur des moments d'une pseudo-réalité tronquée, voire déformée, qui constituent quelques morceaux d'un puzzle dont la réunion, en supposant qu'ils appartiennent au même jeu, n'aboutira jamais à la reconstitution d'une image signifiante dans lesquels l'auteur décline, en l'espèce, sous forme de rencontres avortées, ses thèmes récurrents de la solitude, l'abandon et de l'amour inaccompli.

L'approche straussienne de la banalité tragique de la condition humaine intervient dans un lieu unique circonscrit de manière précise, une vaste pièce aux grandes fenêtres et portes, sommairement pourvue de deux fauteuils et une table basse.

Dans cet espace dont le volume et l'impersonnalité évoquent davantage un hall d'immeuble qu'un habitat privé, salonnent deux hommes, déclinaison post-moderne du couple tant flaubertien que beckettien, deux hommes à la fenêtre du monde qui vont croiser quelques unes des personnes qui ont occupé ou occuperont ce lieu dont la brève matérialisation est liée à un personnage "fil rouge".

Soutenue par les lumières millimétrées de Joël Hourbeigt qui sculptent et découpent l'espace, la scénographie de Jacques Gabel, un décor avec une perspective en ligne de fuite évoquant une maquette de décor de théâtre, emprunte résolument - et judicieusement - à l'esthétique hopperienne en ce qu'elle confère à la pièce le réalisme illusionniste qu'elle implique, celui-même pratiqué par le peintre américain pour traduire le même pessimisme existentiel de manière picturale.

Au demeurant, dans la mise en scène opérée par Alain Françon, de nombreuses scènes entrent en résonance évidente avec des tableaux d'Edward Hopper au point où il ne paraît pas déraisonnable de se demander si le peintre n'a pas inspiré le dramaturge.

Relevant les défis de la rationalité et de la représentation de l'étrangeté, et instillant quelques échappées burlesques et presque vaudevillesques, Alain Françon orchestre cette ronde évocatoire avec des comédiens émérites, tels Charlie Nelson, Wladimir Yordanoff, Dominique Valadié, Aurélie Reinhorn et Renaud Triffault qui parviennent à apporter une corporéité à des personnages quasi fantomatiques et Georgia Scallet qui se démultiplie avec maîtrise et crédibilité dans le personnage pivot.

Jacques Weber et Gilles Privat, respectivement le colossal Julius à bout de souffle et Olaf, tout en nervosité rentrée, sont magistraux dans l'excellent duo d'hommes en gris qui, dans l'attitude de désenchantement, de renoncement et d'apathie indécise rappelant les protagonistes du film "Youth" du cinéaste italien Paolo Sarrontino, pour le prologue et l'épilogue en miroir, ouvrent et referment la porte du temps.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 juin 2017 : Summertime

C'est l'été, on a profité de la fête de la musique pour enregistrer une session en live à venir durant l'été ici même, les festivals s'enchainent et nous continuerons tout l'été à suivre l'actualité culturelle. Voici donc sans plus attendre l'édition de la semaine.

Du côté de la musique :

"The machine made us" de Flotation Toy Warning
The Charlatans en interview autour de leur album "Different days"
"Somersault" de Beach Fossils
"Almost !" de Adam and the Madams
"Outside" de An Eagle In Your Mind
"Journey to the mountain of forever" de Binker and Moses
"Tara EP" de Lonny Montem et Guillaume Charret
PuntEBarrieR" de Marco Zappa & Friends
"Aetherlight" de Mt. Wolf
Sam à La Passerelle 2.0
DJ Shadow à l'Elysée Montmartre
et sur Taste Indie, retrouvez les séries de photos complètes ainsi que Oiseaux, le Tempête, le festival Art Rock, Totorro, Requin Chagrin et bien d'autres.
et toujours :
Dead killer story" de Breaking The Wave, Soon She Said nous parle de "The first casualty of love is innocence" dans une longue interview en deux partie. Cliquez ici pour la première, et là pour la seconde,"Ti amo" de Phoenix,"Terre-neuve" de Terre-Neuve,"The Passion of Charlie Parker" par divers artistes ,"Emotional dance" de Andrea Motis,"Witness" de Benjamin Booker,"J'ai embrassé un punk" de Faut Qu'ça Guinche ,Interview de Bologna Violenta (également en italien), Interview de Superbravo pour la sortie de "L'angle vivant". Superbravo également en session pour 3 titres

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Logan de Carvalho - Moitié voyageur" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Fêlés" au Théâtre du Marais

"Karine Lyachenko - RebelleS" au Théâtre du Marais
et les chroniques des autres spectacles de juin

Exposition avec :

"Derain, Balthus, Giacometti - Une amitié artistique" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Bonheur Académie" de Alain Della Negra et Kaori Kinoshita
"Ava" de Léa Mysius
Ciné en bref avec :
"Ce qui nous lie" de Cédric Klapisch
"L'amant d'un jour" de Philippe Garrel
"K.O." de François Ozon
"Les Ex" de Maurice Barthélémy
et les chroniques des autres sorties de juin

Lecture avec :

"Personne ne gagne" de Jack Black
"Pinocchio" de Winshluss
"Le faussaire" de Xu Zechen

Froggeek's Delight :

"Space Invaders, comment Tomohiro Nishikado a donné naissance au jeu vidéo japonais" de Florent Gorges
2017, une année faste pour les jeux vidéo...
3 mois avec la Nintendo Switch
"101 jeux Amiga" de David Taddei

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=