Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Où les coeurs s'éprennent
Théâtre de la Bastille  (Paris)  janvier 2017

Spectacle d'après le scénario de films de Éric Rohmer, mise en scène de Thomas Quillardet, avec Benoît Carré, Florent Cheippe, Guillaume Laloux, Malvina Plégat, Marie Rémond, Anne-Laure Tondu et Jean-Baptiste Tur.

Désormais l'adaptation de films à la scène est devenu un genre en soi. Après "La Maman et la Putain" de Jean Eustache, les "Scènes de la vie conjugale" d'Ingmar Bergman et "Les Damnés" de Luchino Visconti", voilà le tour de deux films d'Eric Rohmer, "Les Nuits de la Pleine Lune" et "Le Rayon Vert" d'être "portés" sur les tréteaux sous le titre "Où les coeurs s'éprennent".

Encore une fois se pose, et cette fois-ci encore plus nettement que dans les précédentes expériences, le problème de la connaissance de l'oeuvre originale. Car avoir vu ou pas le film change bien plus la nature de la réception de l'adaptation théâtrale que pour une transposition d'un roman, par exemple.

Ne serait-ce qu'il y a des correspondances spécifiques entre le cinéma et le théâtre, que ce soit l'acteur ou la nécessité de dessiner un cadre, un espace scénique.

Si l'on prend "Les Nuits de la pleine lune", le jeu particulier, volontairement "lunaire" dans cette histoire marquée justement par l'astre nocturne, de Pascale Ogier, elle-même météore au destin tragique, reste en tête du spectateur. Comme la partition de son jeune partenaire, Fabrice Luchini, étincelant pour donner aux dialogues rohmériens leur saveur singulière.

Evidemment, si l'on ne connaît pas le film, on n'aura pas le sentiment d'une perte de substance en passant de Pascale Ogier, à peine actrice, à Anne-Laure Tondu, impeccable comédienne mais forcément piètre rohmérienne et, surtout, n'ayant pas nourri le personnage de ses propres mots comme c'était le cas de Pascale Ogier.

On n'aura pas non plus le sentiment d'un contresens à la disparition du décor alors que le conte moral d'Eric Rohmer reposait dans l'idée terre-à-terre de son proverbe "qui a deux maisons perd la raison". Il avait choisi d'inscrire concrètement son récit entre Paris et la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, pas de le rendre elliptique avec un petit train électrique pour matérialiser le passage d'un non décor à un autre.

Si l'on ignore toute l'importance pour Rohmer des décors, lui qui a écrit un essai sur l'espace chez Murnau, cinéaste "théâtral" ayant par ailleurs adapté "Tartuffe" et "Faust", on ne saisit pas les enjeux des "Nuits de la pleine lune", film très inscrit dans son époque, et l'on en reste à l'argument.

L'ignorant de Rohmer comme son admirateur devront donc se contenter d'une mise en scène très enlevée qui utilise astucieusement les comédiens pouvant jouer plusieurs rôles, et les garçons interpréter des filles et réciproquement.

Quand on passe, sans tambour ni trompette, et assez habilement des "Nuits de la pleine lune" au "Rayon Vert", on comprend tout de suite que ce second film, plus estival, plus coloré, est plus propice à une adaptation sans gros décor, d'autant qu'il est axé sur un seul personnage.

Comme Marie Rémond se met naturellement dans les pas de Marie Rivière, au point qu'on a l'impression qu'elle en copie parfois les mimiques geignardes, on n'est pas très loin du film. Thomas Quillardet semble d'ailleurs plus inspiré par la recherche de ce rayon vert propice à l'amour que par les conséquences de la pleine lune sur les amours compliqués d'une jeune bourgeoise francilienne.

Dès lors, les scènes s'enchaînent avec bonheur. Les repas fonctionnent autant que les scènes de plage et l'on s'amuse beaucoup, Thomas Quillardet poussant même le personnage de Delphine la "chieuse" plus loin que dans le film de Rohmer.

Pris dans le jubilatoire de cette combinaison formelle qui fonctionne vraiment bien, on en oubliera les réticences suscitées par la première partie du spectacle et le sentiment que l'on a de temps à autre que la transposition scénique de Rohmer n'était ni urgente ni nécessaire aujourd'hui.

Sauf, peut-être, pour redonner envie de revoir les films du Marivaux de la Nouvelle Vague et contribuer à faire comprendre qu'il avait créé un univers unique à la fois subtil et saugrenu, et avant-tout d'une grande liberté artistique.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 janvier 2017 : A chacun sa part de galette !

A défaut de fêve dans la galette des rois, vous pourriez bien trouver quelques belles pépites dans notre sélection hebdomadaire des choses à voir et à écouter dont voici le sommaire sans plus attendre :

Du côté de la musique :

"Clôture" de Cyril Mokaiesh
"Lux live" de Ez3kiel
"La roulette rustre" de La Roulette Rustre
"Heart Headed" de Lisa Alea
Interviews autour du Melodica Acoustic Festival #3
Plaisir Vallée, Fil Bo Riva et Last Train dans une sélection de EPs
"Le départ" de Télégraphie
Orouni, Skyers et June and the Jones au Trois Baudets
Hosteen en session live et électrique
et toujours :
Rencontre avec Tristen autour de son album "Les couleurs et les formes", "Preoccupations" de Preoccupations, "Les bateaux EP" de Pépite, "I could be happy" de Nouvelle Vague, "Being nice doesn't pay" de Mother of Two, "United diktaturs of europe" de Anarchist republic of bzzz, "What the wood whispers to itself" de Early Spring Horses, "Revolution radio" de Green Day, Interview des Fatals Picards, assortie d'une session acoustique 3 titres autour de l'album "Country Club", "Mowing" de Michael Nau, "Be here now" de Oasis en version remasterisée avec des bonus, "L'éclaircie" de Saule

Au théâtre :

les nouveautés :
"Pelléas et Mélisande" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Urfaust" au Théâtre de la Tempête
"Vangelo" au Théâtre du Rond-Point
"Schock Corridor" au Nouveau Théâtre de Montreuil
"Vie et Mort de H" au Théâtre de la Tempête
"Le Cabaret Blanche" au Théâtre 14
"Babacar ou l'antilope" au Théâtre 13/Seine
"Rimbaud Verlaine - Eclipse totale" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Orchestre Titanic" au Théâtre de l'Aquarium
"Le regard de l'autre" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"Une longue peine" à la Maison des Métallos
"Grand Symposium : Tout sur l'Amour" au Théâtre de Belleville
les reprises :
"Un Démocrate" au Théâtre de l'Opprimé
"Le Chien" au Théâtre Rive-Gauche
"Moi et François Mitterrand" à la Pépinière Théâtre
"Le Projet Poutine" au Théâtre La Buryère
"Ma mère m'a fait les poussières" au Théâtre de Belleville
"Oncle Vania" au Théâtre Essaion
"Jeux de planches" au Théâtre du Marais
"Françoise par Sagan" au Théâtre du Marais
"Elise Noiraud - Pour que tu m'aimes encore"à la Nouvelle Seine
"Passage en revue" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Michael Hirsch - Pourquoi ?" au Théâtre Le Lucernaire
"Kiki, le Montparnasse des années 20" au Théâtre Essaion
"Yohann Metay - La tragédie du dossard 512" au Théâtre Tristan Bernard
et la chronique des autres spectacles de janvier

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mexique 1900-1950" au Grand Palais
"Albert Besnard - Modernités Belle Epoque" au Petit Palais "Hodler - Monet - Munch" au Musée Marmottan-Monet
"Rembrandt intime" au Musée Jacquemart-André

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Corniche Kennedy" de Dominique Cabrera
"Vivere" de Judith Abitbol
dans la rubrique "Oldies but goodies" "Des jours éblouissants" de Jiang Wen projeté dans le cadre du cycle "Nouvelles voix du cinéma chinois" à la Cinémathèque française
les chroniques des sorties de janvier
et les chroniques des sorties de décembre

Lecture avec :

"Bienvenue, Mister Z" de Jean-Marie Bretagne
"Shangri-la" de Mathieu Bablet

Froggeek's Delight :

"Asssasin's Creed" de Justin Kurzel au cinéma...

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=