Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Où les coeurs s'éprennent
Théâtre de la Bastille  (Paris)  janvier 2017

Spectacle d'après le scénario de films de Éric Rohmer, mise en scène de Thomas Quillardet, avec Benoît Carré, Florent Cheippe, Guillaume Laloux, Malvina Plégat, Marie Rémond, Anne-Laure Tondu et Jean-Baptiste Tur.

Désormais l'adaptation de films à la scène est devenu un genre en soi. Après "La Maman et la Putain" de Jean Eustache, les "Scènes de la vie conjugale" d'Ingmar Bergman et "Les Damnés" de Luchino Visconti", voilà le tour de deux films d'Eric Rohmer, "Les Nuits de la Pleine Lune" et "Le Rayon Vert" d'être "portés" sur les tréteaux sous le titre "Où les coeurs s'éprennent".

Encore une fois se pose, et cette fois-ci encore plus nettement que dans les précédentes expériences, le problème de la connaissance de l'oeuvre originale. Car avoir vu ou pas le film change bien plus la nature de la réception de l'adaptation théâtrale que pour une transposition d'un roman, par exemple.

Ne serait-ce qu'il y a des correspondances spécifiques entre le cinéma et le théâtre, que ce soit l'acteur ou la nécessité de dessiner un cadre, un espace scénique.

Si l'on prend "Les Nuits de la pleine lune", le jeu particulier, volontairement "lunaire" dans cette histoire marquée justement par l'astre nocturne, de Pascale Ogier, elle-même météore au destin tragique, reste en tête du spectateur. Comme la partition de son jeune partenaire, Fabrice Luchini, étincelant pour donner aux dialogues rohmériens leur saveur singulière.

Evidemment, si l'on ne connaît pas le film, on n'aura pas le sentiment d'une perte de substance en passant de Pascale Ogier, à peine actrice, à Anne-Laure Tondu, impeccable comédienne mais forcément piètre rohmérienne et, surtout, n'ayant pas nourri le personnage de ses propres mots comme c'était le cas de Pascale Ogier.

On n'aura pas non plus le sentiment d'un contresens à la disparition du décor alors que le conte moral d'Eric Rohmer reposait dans l'idée terre-à-terre de son proverbe "qui a deux maisons perd la raison". Il avait choisi d'inscrire concrètement son récit entre Paris et la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, pas de le rendre elliptique avec un petit train électrique pour matérialiser le passage d'un non décor à un autre.

Si l'on ignore toute l'importance pour Rohmer des décors, lui qui a écrit un essai sur l'espace chez Murnau, cinéaste "théâtral" ayant par ailleurs adapté "Tartuffe" et "Faust", on ne saisit pas les enjeux des "Nuits de la pleine lune", film très inscrit dans son époque, et l'on en reste à l'argument.

L'ignorant de Rohmer comme son admirateur devront donc se contenter d'une mise en scène très enlevée qui utilise astucieusement les comédiens pouvant jouer plusieurs rôles, et les garçons interpréter des filles et réciproquement.

Quand on passe, sans tambour ni trompette, et assez habilement des "Nuits de la pleine lune" au "Rayon Vert", on comprend tout de suite que ce second film, plus estival, plus coloré, est plus propice à une adaptation sans gros décor, d'autant qu'il est axé sur un seul personnage.

Comme Marie Rémond se met naturellement dans les pas de Marie Rivière, au point qu'on a l'impression qu'elle en copie parfois les mimiques geignardes, on n'est pas très loin du film. Thomas Quillardet semble d'ailleurs plus inspiré par la recherche de ce rayon vert propice à l'amour que par les conséquences de la pleine lune sur les amours compliqués d'une jeune bourgeoise francilienne.

Dès lors, les scènes s'enchaînent avec bonheur. Les repas fonctionnent autant que les scènes de plage et l'on s'amuse beaucoup, Thomas Quillardet poussant même le personnage de Delphine la "chieuse" plus loin que dans le film de Rohmer.

Pris dans le jubilatoire de cette combinaison formelle qui fonctionne vraiment bien, on en oubliera les réticences suscitées par la première partie du spectacle et le sentiment que l'on a de temps à autre que la transposition scénique de Rohmer n'était ni urgente ni nécessaire aujourd'hui.

Sauf, peut-être, pour redonner envie de revoir les films du Marivaux de la Nouvelle Vague et contribuer à faire comprendre qu'il avait créé un univers unique à la fois subtil et saugrenu, et avant-tout d'une grande liberté artistique.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 avril 2017 : C'est reparti pour un tour

On ne s'éternisera pas sur ce premier tour de l'élection présidentielle, toujours en cours à l'heure où nous bouclons notre édition. Mais d'autres le font, comme Sean O'Hagan ou les Tagada Jones dans les interviews à découvrir ci dessous ou Cyril Mokaiesh dans ses chansons. Voici donc pour vous détendre et éveiller votre soif de culture, notre sélection hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Si oui, oui. Sinon, non" de Albert Marcoeur & le Quatuor Béla
"Stup virus" de Stupeflip
Interview de Sean O'Hagan (High Llamas) avec un petit bonus vidéo en fin d'interview
"Ultramega OK (expanded reissue)" de Soundgarden
Interview de Tagada Jones autour de leur nouvel album "La peste et le choléra"
"Django - BoF" de Warren Ellis et Stochelo Rosenberg
"Disparue Juliette" de De Calm
"Dead-end tape" de Emilie Zoé
"Songs from la chambre" de Julien Bouchard
La Louise, Gliz, Storm Orchestra dans une sélection de EP
"The secret" de Lord Ruby
"Cycle EP" de Samifati
Interview de Warhaus que l'on ressort à l'occasion de sa venue en concert en France
Weyes Blood en concert à l'I Boat de Bordeaux
Interview de Cyril Mokaiesh autour de "Clôture" accompagnée d'une session 4 titres
et toujours :
"In mind" de Real Estate, "Sincerly, future pollution" de Timber Timbre, "French press" de Rolling Blackouts Coasal Fever, "Santa Maria" de Carmen Maria Vega, "Gabriel Fauré piano works" de Michel Dalberto, "Le cris des fourmis" de Iaross, "Le grand H de l'homme" de Barbara Weldens, "New day's waiting" de Gaëlle Buswel, Wild times, angelfish decay et Monkypolis dans une sélection de single et EP

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le cas Martin Piche" au Théâtre Montparnasse
"Dans un canard" au Théâtre du Rond-Point
"L'Abattage rituel de Gorge Mastromas" au Théâtre du Rond-Point
"Baal" au Théâtre de la Colline
"L'Autre Proust" à la Scène Thélème
"La Chose commune" à l'Espace Cardin
"C'est toujours un peu dangereux de s'attacher à qui que ce soit" à La Loge
"The Lighthouse" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
des reprises :
"Ubu" à la MAC à Créteil
"Comtesse de Ségur, née Rostpchine" au Studio Hébertot
"Un bec" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles d'avril

Expositions avec :

"Des Grands Moghols aux Maharajahs - Joyaux de la collection Al Thani" au Grand Palais

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"La Morsure des Dieux" de Cheyenne Carron
"Adieu Mandalay" de Midi Z
les chroniques des autres sorties d'avril
et les chroniques des sorties de mars

Lecture avec :

"Valet de pique" de Joyce Carol Oates
"Franquin chez les Rombaldi" par Gunhed TV

Froggeek's Delight :

"Tom Clancy's Ghost Recon : Wildlands" sur PS4, Xbox One et PC
"Horizon Zero Dawn" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=