Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Assassin's Creed
Justin Kurzel  (Ubisoft)  janvier 2017

Réalisé par Justin Kurzel. Américain / Français. Action, science-fiction. 1h56 (Sortie le 21 décembre 2016). Avec Michael Fassbender, Marion Cotillard et Jeremy Irons.

Depuis ses débuts en 2007, la saga Assassin’s Creed a connu un tissant et a été déclinée en plus d’une quinzaine de jeux vidéo et en plusieurs centaines de livres, goodies et objets dérivés en tout genre. Avec un tel succès, pas étonnant qu’Hollywood se soit intéressé à la licence d’Ubisoft. C’était sans compter sur l’étrange malédiction qui pèse sur la plupart des adaptations cinématographiques de jeux vidéo. Mais si, vous savez, celle qui rend les films tirés de jeux vidéo aussi mauvais qu’une raclette sans fromage. Assassin’s Creed a-t-il échappé à la règle ?

Produit par Michael Fassbender, qui est d’ailleurs l’acteur principal du film, Assassin’s Creed a tout pour plaire sur le papier. Un casting de rêve avec en première ligne Michael Fassbender bien sûr mais aussi l’oscarisée Marion Cotillard, Brendan Gleeson ou encore Jeremy Irons, mais aussi un pitch prometteur et un budget colossal. Bref, tout ce qu’il fallait pour en faire un excellent divertissement et une belle adaptation, d’autant plus que le studio Ubisoft est aux manettes. Cependant, force est de constater que le résultat est bien loin d’être à la hauteur de mes attentes. Je suis allée au cinéma avec des yeux de fan, des attentes de fan, des envies de fan et c’est peut-être ce qui a biaisé mon jugement.

Tout d’abord, parlons du scénario dont voici le résumé : Callum Lynch est le descendant d’une famille liée à la société secrète des Assassins. Condamné à mort par injection létale, il est finalement récupéré par une société baptisée Abstergo Industries dans le but d’exploiter sa mémoire génétique. L’objectif secret d’Abstergo est en fait de retrouver la Pomme, un Fragment d’Eden qui permettrait selon les Templiers de mettre un terme à la violence qui gangrène le monde. Callum Lynch n’aura d’autre choix que de revivre les souvenirs de son ancêtre Aguilar de Nehra au cours de l’Inquisition espagnole. Son expérience dans l’Animus lui permettra d’acquérir des compétences qui lui serviront à combattre l’Ordre des Templiers.

Si en soit l’intrigue principale du film demeure fidèle à celle proposée dans les différents jeux de la licence d’Ubisoft, elle se montre toutefois plus simpliste. Il est vrai qu’il est bien plus aisé de poser une intrigue complexe au cours d’un jeu d’une durée de plus de 10h que sur un film d’à peine 116 minutes. Cependant, le film laisse entrevoir une vision un peu trop manichéenne et simplifiée du conflit qui oppose Templiers et Assassins. Le scénario présente néanmoins quelques bons points à l’instar de la présence d’un tout nouveau protagoniste et à la mise en scène d’un contexte historique encore inexploité par la licence. Il reste d’ailleurs dommage que le film n’ait pas exploité davantage ce contexte historique qui demeure finalement assez anecdotique.

Pour les besoins du film, l’Animus a été redesigné pour paraître plus dynamique et impressionnant à l’écran. En soi, ce remaniement n’est pas des plus gênants mais a incité le réalisateur à filmer de nombreuses scènes d’action autour de ce fameux Animus. Quand Callum se synchronise avec son ancêtre, chacun de ces gestes est en réalité véritablement effectué par Callum. Cela donne des scènes incroyablement visuelles mais le réalisateur a clairement abusé de ces effets spéciaux, gâchant presque le plaisir de voir notre apprenti Assassin effectuer ses cascades. J’ai trouvé ce recours aux effets spéciaux parfaitement inutile et surtout très préjudiciables au déroulé de l’action et de l’intrigue.

Je relèverai également la direction artistique peu inspirée, les mouvements de caméra pas toujours gracieux et le jeu d’acteur souvent peu convaincant. C’est bien dommage car Assassin’s Creed avait un énorme potentiel, des moyens importants et un casting de choix. Outre les petites références faites aux fans de la licence et à son casting royal, le film n’est pas parvenu à combler la fan qui sommeille en moi. Peut-être que les non fans y trouveront leur compte ?

 
Cette chronique est issue du site Blackstorm Museum, partenaire de Froggeek's Delight.

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Articles : 2017, une année faste pour le jeu vidéo - Crash Bandicoot - Assassin's Creed - Far Cry - Red Dead Redemption - Life

En savoir plus :
Le site officiel de Assassin's Creed
Le Facebook de Assassin's Creed


Blackstorm         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 25 juin 2017 : Summertime

C'est l'été, on a profité de la fête de la musique pour enregistrer une session en live à venir durant l'été ici même, les festivals s'enchainent et nous continuerons tout l'été à suivre l'actualité culturelle. Voici donc sans plus attendre l'édition de la semaine.

Du côté de la musique :

"The machine made us" de Flotation Toy Warning
The Charlatans en interview autour de leur album "Different days"
"Somersault" de Beach Fossils
"Almost !" de Adam and the Madams
"Outside" de An Eagle In Your Mind
"Journey to the mountain of forever" de Binker and Moses
"Tara EP" de Lonny Montem et Guillaume Charret
PuntEBarrieR" de Marco Zappa & Friends
"Aetherlight" de Mt. Wolf
Sam à La Passerelle 2.0
DJ Shadow à l'Elysée Montmartre
et sur Taste Indie, retrouvez les séries de photos complètes ainsi que Oiseaux, le Tempête, le festival Art Rock, Totorro, Requin Chagrin et bien d'autres.
et toujours :
Dead killer story" de Breaking The Wave, Soon She Said nous parle de "The first casualty of love is innocence" dans une longue interview en deux partie. Cliquez ici pour la première, et là pour la seconde,"Ti amo" de Phoenix,"Terre-neuve" de Terre-Neuve,"The Passion of Charlie Parker" par divers artistes ,"Emotional dance" de Andrea Motis,"Witness" de Benjamin Booker,"J'ai embrassé un punk" de Faut Qu'ça Guinche ,Interview de Bologna Violenta (également en italien), Interview de Superbravo pour la sortie de "L'angle vivant". Superbravo également en session pour 3 titres

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Logan de Carvalho - Moitié voyageur" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Fêlés" au Théâtre du Marais

"Karine Lyachenko - RebelleS" au Théâtre du Marais
et les chroniques des autres spectacles de juin

Exposition avec :

"Derain, Balthus, Giacometti - Une amitié artistique" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Bonheur Académie" de Alain Della Negra et Kaori Kinoshita
"Ava" de Léa Mysius
Ciné en bref avec :
"Ce qui nous lie" de Cédric Klapisch
"L'amant d'un jour" de Philippe Garrel
"K.O." de François Ozon
"Les Ex" de Maurice Barthélémy
et les chroniques des autres sorties de juin

Lecture avec :

"Personne ne gagne" de Jack Black
"Pinocchio" de Winshluss
"Le faussaire" de Xu Zechen

Froggeek's Delight :

"Space Invaders, comment Tomohiro Nishikado a donné naissance au jeu vidéo japonais" de Florent Gorges
2017, une année faste pour les jeux vidéo...
3 mois avec la Nintendo Switch
"101 jeux Amiga" de David Taddei

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=