Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La 3e Guerre
Stéphanie Aten  (Editions Hélène Jacob)  septembre 2014

Stéphanie Aten est une écrivaine qui a des convictions profondes, du caractère aussi et du talent. Sa plume est alerte, et le roman défile comme un film. Stéphanie Aten est honnête, elle ne cache pas son combat dans cette histoire à rebondissements, c’est comme si sa propre vie en dépendait.

La 3e Guerre nous décrit un monde bien terrifiant où deux forces s’affrontent tant sur le terrain que sur Internet : l’une vue comme un tyran orgueilleux voulant garder sous un joug terrible l’Humanité, afin de s’enrichir toujours plus et l’autre plutôt altruiste voulant la libérer de cette oppression, mais finalement en la plaçant sous un autre système… aussi oppressant (?). Alors est-ce que les uns valent mieux que les autres ? Les altermondialistes sont-ils la réponse, la solution contre le Système ? Et peut-on faire confiance aux Anonymous qui viennent jouer un rôle important dans cette guerre terrible ? La lecture de cette histoire qui ne permet presque aucune pose, doit pousser le lecteur à réfléchir : est-ce qu’il se reconnaît dans ce roman ? Est-on forcément, soi-même, sous un tel joug ? Et avons-nous vraiment besoin de ce genre de libérateurs ? N’y a-t-il pas une troisième voie, dont ne parle pas l’auteur qui me semble un peu trop idéaliser les Maya et civilisations disparues ?

Il est évident que notre société va mal, que nous allons droit dans un mur, et ce ne serait pas la première fois dans l’Histoire. Beaucoup pensent que nous sommes à la fin. A la fin de quoi ? De ce que Stéphanie Aten nous raconte dans ce roman où le réel frôle avec la fiction, le tout agrémenté d’un brin d’anticipation ? Avouons-le, le sage Daniel l’a bien dit, il y a très longtemps, notre société, comme la société romaine a des pieds de fer et d’argile, il suffit d’observer ce qui se passe aujourd’hui et tout particulièrement dans la guerre contre Daesh.

Revenons au roman. Notre monde est en guerre. La 3e Guerre. Mina est courageuse, elle ne pourra que nous surprendre et attirer notre sympathie et respect, jusqu’au bout. Aten Daleth c’est différent, voilà un homme qui semble inébranlable, sûr dans ses convictions, un homme qui sait faire, qu’aucune mission n’arrête… aucune vraiment ? Nous sommes témoins dans ce roman où les héros sont très attachants, vivants. Certains vivent de profondes et diverses, disons, conversions. "Il n’y a que ceux qui sont idiots qui ne changent pas d’avis" dit-on, et c’est vrai. Tous les personnages du récit doivent supporter très souvent l’insupportable, mais on est en guerre, une guerre implacable, où la mort est toujours présente. "Mammon réclame son dû de sacrifices humains". La 3e Guerre nous met face à des réalités, des choix, il est impossible de lire Stéphanie Aten et de rester indifférent à la tragédie que nous venons de lire.

Pour terminer cette chronique, laissons la parole à Stéphanie Aten.

Me présenter en quelques mots.

Stéphanie Aten : Je n’ai jamais conçu ma place dans ce monde autrement qu’en le racontant. Après des années d’activités "alimentaires", j’ai décidé il y a six ans de consacrer ma vie à l’écriture. Aujourd’hui, je cumule les casquettes de scénariste et d’écrivain, et même si vivre de sa plume est d’une extrême difficulté, la liberté que cela procure vaut tous les sacrifices. Je me définis comme une auteure "engagée" : je perçois la fiction comme une nourriture hautement énergétique à une époque où la résignation nous guette.

Définir mon livre en un mot.

Stéphanie Aten : Uppercut.

Si je dis "Aten", vous répondez :

Stéphanie Aten : Evolution.

Est-ce que je me retrouve en personnage dans mon livre ?

Stéphanie Aten : Oui, j’ai injecté beaucoup de moi en "Mina", même si elle garde sa propre identité. Elle est un peu la version aboutie de moi-même à laquelle j’aspire. Elle est née de moi, puis est devenue mon modèle… C’est la magie de la création : nos personnages finissent toujours par développer leur propre autonomie, un peu comme un enfant. C’est un processus fascinant.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Stéphanie Aten
Le Facebook de Stéphanie Aten


Ichigo Samuru         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 mai 2017 : Black Hole Sun

Cette semaine nous avons appris le départ prématuré de Chris Cornell, qui ne se souvient pas de ce célèbre titre, "Black Hole Sun". Paix à son âme et à nos jeunes années.
Quoi qu'il en soit le beau temps est enfin là. Soleil, festivals, largement de quoi contenter votre soif de cultures et de loisirs. Pour vous aider, voici notre petite sélection hebdomadaire, de la musique au jeu vidéo en passant par le théâtre, la littérature et le cinéma. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Life is cheap, death is free" de Nadia Tehran
"Tigreville" de Pierre Lebas
"Libre voyage dans les musiques des Balkans" de Quintet Bumbac
"Volcan" de Volin
"Hedonism" de Cakes Da Killa
"A l'ombre du coeur" de Contrebrassens
"Dirt buzz" de Dallas Frasca
"Fast forward" de Federico Casagrande
"Growing old" de Grand March
"A close land and people" de Julien Vinçonneau Quartet
Xiu Xiu, Le Prince Harry et Delacave à Petit Bain
Concert de Erik Arnaud à Petit Bain en intégrale
Bientôt, la deuxième édition du Download Festival
et toujours :
"Rock'n'Roll consciousness" de Thurston Moore, "Slowdive" de Slowdive. Retrouvez également Neil Halstead de Slowdive en interview, "Empire of nights" de BLVL, Jorge P, EP chez Microcultures, "Animal" de Nirman, "Someone is missing" de Payne, "Sympathetic magic" de Peter Von Poehl, "Pinky pinky EP" de Pinky Pinky, "Let me be gone" de Slow Joe & The Ginger Accident, "Take off" de Théo Cormier

Au théâtre :

"Le froid augmente avec la clarté" au Théâtre de la Colline
"Le Songe d'une nuit d'été" à la Manufacture des Oeillets à Ivry
"Il Bugiardo" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Les Flottants" au Théâtre Le Lucernaire
"Français, encore un effort si vous voulez être républicains" à la Manufacture des Oeillets à Ivry
"Les Célèbres Amours de Nohant" au Théâtre Le Ranelagh
"La guerre au temps de l'amour" au 100ECS
"L'Ombre de Stella" au Théâtre du Rond-Point
"Ajax" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
et la chronique des autres spectacles de mai

Exposition avec :

"Grand Trouble"à la Halle Saint Pierre

Cinéma :

Ciné en bref avec :
"De toutes mes forces" de Chad Chenouga
"Les fantômes d'Ismaël" de Arnaud Desplechin
"Get Out" de Jordan Peele
"Alien : Covenant" de Ridley Scott
Oldies but Goodies avec "Pluie de juillet" de Marlen Khoutsiev dans le cadre de sa rétrospective à la Cinémathèque française
les chroniques des autres sorties de mai
et les chroniques des sorties d'avril

Lecture avec :

"J'ai choisi d'être libre" de Henda Ayari
"La fille du fossoyeur" de Joyce Carol Oates
"La vie sexuelle des soeurs siamoises" de Irvine Welsh
et toujours :
"La vie de Norman" de Stan Silas
"Little girl gone" de Alexandra Burt
"Minuit en mon silence" de Pierre Cendors

Froggeek's Delight :

3 mois avec la Nintendo Switch
"101 jeux Amiga" de David Taddei

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=