Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Vie et Mort de H, pique-assiette et souffre-douleur
Théâtre de la Tempête  (Paris)  janvier 2017

Comédie satirique de Hanokh Levin, mise en scène de Clément Poirée, avec Moustafa Benaïbout Camille Bernon, Bruno Blairet, Eddie Chignara, Louise Coldefy, Emilien Diard-Detoeuf, Laurent Menoret et Luce Mouchel.

"Vie et Mort de H, pique-assiette et souffre-douleur" est présentée par son auteur, le dramaturge israélien Hanokh Levin, comme une "comédie loufoque en deux actes avec un mariage presque réussi et un suicide presque raté".

H, dont le titre annonce la figure paradoxale, s'est installé à demeure en parasite chez de lointains cousins, les Boubel, qui supportent l'écornifleur, au demeurant caractériel, peu empathique ne suscitant guère la compassion, infatué de sa propre vacuité et, de surcroît, sans-gêne, vilaine verrue dans leur nickelé univers petit-bourgeois.

Car ils lui ont assigné le rôle de faire-valoir, traditionnellement dévolu au parent pauvre recueilli, qui ressort au mépris pour celui qui sert de mètre-étalon du bonheur et rassure car "il n’est pas et ne seras jamais aussi heureux qu'eux".

H s'accommode avec dédain de cette situation jusqu'au jour où, dépité de n'être que tardivement informé du mariage de la jeune fille de la maison pour laquelle il nourrit un doux sentiment, il se révolte en annonçant son suicide programmé le jour même des noces, à l'issue de la cérémonie. Non point tant par désespoir amoureux que pour gâcher la fête. Mais c'est sans compter avec l'autocentrisme ambiant.

Dans cette pièce de jeunesse écrite en 1972, Hanokh Levin aborde déjà, sous l'angle de la satire burlesque et un de ses futurs registres de prédilection, celui de la farce cruelle, les thématiques, qui deviendront récurrentes, du suicide comme argument métaphorique, du rapport de domination-soumission qui régit les relations humaines et du pandémonium conjugal et familial.

Ainsi, sous l'oeil d'un gardien du temple et du droit élémentaire des gens heureux qui est éde voir malheureux les malheureuxé (Emilien Diard-Detœuf), H (Bruno Blairet) est humilié par les Boubel eux-même asservis par leur tyranique fille Fogra (Camille Bernon), future Shpratzi Shitz, qui a déjà mis au pas son fiancé (Moustafa Benaïbout).

Dans le décor blanc clinique de Erwan Creff, une déclinaison d'espaces vides en forme de cross-training dépourvu de tout accessoire mobilier mais pourvus de multiples portes qui ne claquent point tant qu'elles tournent et volent, la mise en scène de Clément Poirée ressort à un genre théâtral surprenant, celui d'un vaudeville bipolaire soumis à des variations de rythme d'une large amplitude, de l'excitation à la catalepsie, qu'il qualifie de "théâtre de gestes".

Ainsi la partition de cette comédie de l'existence sur l'incapacité au bonheur offre de jubilatoires numéros d'acteur à une troupe épatante et efficace et s'avère propice à des scènes d'anthologie telle celle des conjugalités énamourées de Boubel (Eddie Chignara truculent en personnage d'opéra-bouffe) et Emnopée (Luce Mouchel caricature inspirée de Barbie bourgeoise) pour qui le couple n'est pas encore une laborieuse entreprise.

Et celle du "speed-dating" raté entre des laids, précurseurs de Menschel et Romanska, la disgracieuse Hannah Fritz (Louise Coldefy, une belle enlaidie) et l'horrible hyponcondriaque asthénique Adash Bardash (Laurent Ménoret à l'allure, avec cheveux et ongles démesurés, d'un Fu Manchu échappé du Grand Guignol).

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=