Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Skyers – Orouni – June and The Jones
Les Trois Baudets  (Paris)  mercredi 11 janvier 2017

Les Trois Baudets, c’est toujours un peu pareil, ça commence à quinze dans la salle, et ça finit complet avec plus de place nulle part sauf derrière les poteaux. Les gens sont étranges, ils vont dans une salle de découverte de chansons françaises et ne veulent pas découvrir, c’est un peu comme aller au restaurant chinois et commander une pizza, je ne comprends pas, mais ce n’est pas le propos ici, je ne suis pas François Simon.

Dans une salle clairsemée donc, pour ouvrir cette soirée, en antipasti Skyers duo cœur d’artichaut mené par Julien Cortes, deux guitares, une électrique une acoustique & une boîte à rythme. Avec des compositions en anglais, mêlant l’indie rock un peu surannée et une pop parfois planante, on se laisse très vite embarquer par la voix en douceur et retenue de Julien parfois parfaitement soulignée par les chœurs de son complice. Et si malheureusement de temps à autre la boîte à rythme et les boucles sont trop présentes, en avant, donnant un côté un peu militaire et froid aux chansons, les compositions en restent de très haute tenue allant parfois jusqu’à rappeler Gravenhurst dans le mélange d’énergie et de délicatesse, mélange qu’on retrouve totalement sur leur premier album que nous vous conseillons fortement.

Setlist : "The Wall" / "Kristin" / "Montain Of Sound" / "Get In the car" / "Five hundred night" / "Cold Blooded OId Times (Reprise Smoog)" / "On Your Own"

Pour continuer nous allons passer par les quatre saisons d’Orouni. Dans une nouvelle formule à 5, avec Emma Broughton au chant et à la flûte, Raphael Thyss aux claviers et à la trompette, Raphaël Léger à la batterie et Moufla Schputzen à la basse.

Le set mêle des chansons de son album Grand Tour et de celui à paraître en 2017. L’arrivée d’Emma donne une tournure plus Belle & Sebastian que jamais aux compositions, la flûte, les chœurs doux apportent encore plus de profondeur, c’est ample, sensible et enlevé sans jamais tomber dans la sensiblerie, c’est fin, léché et cultivé. Comme le sont les drôles d’interventions d’Ourouni entre les morceaux d’ailleurs puisque nous aurons droit à un petit cours d’étymologie, à des souvenirs de radio et de voyages (Berlin, Saïda, la Finlande), une ôde aux mamans et à la jeunesse (ce qui n’est pas incompatible).

Si la douceur domine, ils savent aussi lorgner du côté de la pop sixties à base de chœurs qui font "wou wou", dans les moments marquants nous retiendrons également Emma chantant seulement accompagner d’une guitare et de la trompette une chanson sur les femmes, avec sa gestuelle douce et délicate elle réussit à nous transporter dans un morceau qui a déjà tout d’un futur classique. C’est impossible de ne pas être touché par les compositions, par les textes, car même s’ils sont en anglais on comprend bien souvent ce dont il est question. C’est donc avec une grande hâte que nous attendons l’album à venir.

Setlist : The Lives Of Elevators / Uca Pugilator / The Sea Castle / In The Service Of Beauty / Firearms / No Features / Nora / Makeshift Fans / Wild Geese And Cigars

Et c’est donc dans une salle pleine qu’arrive pour conclure June And The Jones, trio parisien où deux frères, un à la guitare, l'autre aux machines (et à la guitare aussi) font chanter leur soeur, et comme des tranches d’ananas sur une pizza, ils ont la drôle d’idée de mélanger Morcheeba et Dire Straits, c’est-à-dire trip-hop, voix soul et solo de guitare. Parfois assez froid dans les arrangements pourtant au service de la voix chaude de June, les compositions sont évidentes et accrocheuses. Compositions en anglais également car je vous rappelle que nous sommes dans une salle de découverte de chansons françaises. Ils présentent les morceaux d’un futur EP à paraître Many Times.

Partant dans beaucoup de directions, electro, funk Princien, piano voix, slow langoureux comme dans les années cinquante et même un peu de disco, c’est assez original même si parfois un peu trop appliqué, et servant la même recette calibrée : début doux, effets de voix, petit choeur, passage rythmé, solo de guitare... C’est souvent dansant, toujours farouchement efficace, parfois touchant notamment lors du rappel où juste le piano se met au service de la voix qui montre sa puissance et ses capacités, avec une mélodie encore une fois accrocheuse et avec une vraie émotion et enfin un peu de simplicité. C’est plaisant et bien fait et à voir le plaisir qu’ils prennent sur scène et l’accueil extrêmement chaleureux du public, on ne peut pas bouder son plaisir et leur promettre le succès.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Jump out the window de Orouni
La chronique de l'album Grand Tour de Orouni
Orouni parmi une sélection de singles (novembre 2017 )
Orouni en concert aux Trois Baudets (lundi 29 juin 2015 )
L'interview de Orouni (lundi 30 juin 2014)

En savoir plus :
Le Bandcamp de Skyers
Le Soundcloud de Skyers
Le Facebook de Skyers
Le site officiel de Orouni
Le Bandcamp de Orouni
Le Facebook de Orouni
Le Bandcamp de June and The Jones
Le Souncloud de June and The Jones
Le Facebook de June and The Jones


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Orouni (30 juin 2014)


# 20 mai 2018 : Un temps à sortir les palmes

Le Festival de Cannes se termine déjà, sans grandes envolées mais avec une belle palme d'or tout de même et surtout le soleil qui devrait vous donner envie de sortir les vôtres, palmes, histoire d'aller piquer une tête pour vous rafraichir les idées au milieu de tout ce marasme ambiant. Quoi qu'il en soit, pour vous changer les idées, voici comme chaque semaine notre sélection culturelle.

Du côté de la musique :

Glenn Branca, une vie dissonnante
"Quieter" de Carla Bozulich
Rencontre avec Romain Guerret autour de son projet solo Donald Pierre dont voici 3 titres live enregistrés au bar Le Planète Mars
"Free the prisoners" de Andrew Sweeny
"The sound like a tank even if they are a duo" de Archi Deep
"Liszt : Athanor" de Beatrice Berrut
"Lost and found" de En attendant Ana
"Les larmes d'or" de Frédéric Bobin
"Le courage des innoncents" de Olivier Savaresse
et toujours :
"Lion in bed" de Lion In Bed
"Take me away" de Andréane Le May
"JS Bach Inventions & Sinfonias" de Julien Lheuillier
"Lost memory theatre" de Jun Miyake
"Advertisement EP" de MNNQNS
"All inclusive" de Shaggy Dogs
"Bernstein : Mass" de Yannick Nézet Séguin & le Philadelphia Orchestra
"Ain't that mayhem ?" de Zëro

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Limbes" au Théâtre du Rond-Point
"4.48 Psychosis" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Strange Love" au Cirque Electrique
"17 fois Maximilien" au Studio Hébertot
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Soulmates" au Théâtre du Marais
"Le Cirque Alfonse - Tabarnak" à Bobino
"Scud" au Théâtre Clavel
"Cabaret chinois et autres farces" au Théâtre Clavel
les reprises avec :
"Les Patissières" au Théâtre Trévise
"King KongThéorie" à La Pépinière Théâtre
"Les Petites Reines" au Théâtre La Bruyère
"Eric Boschman - Ni Dieu, ni Maître mais du Rouge !" à la Scène Thélème
"Légendes d'une vie" au Théâtre Le Lucernaire
"Warren Zavatta - Ce soir dans votre ville" au Théâtre Michel
et les chroniques des autres spectacles de mai

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête" de Ilan Klipper
"Bienvenue en Sicile" de PIF
et les chroniques des autres sorties de mai

Lecture avec :

"La symphonie du hasard, livre 3" de Douglas Kennedy
"Les diables de cardona" de Matthew Carr
"Les invisibles" de Antoine Albertini
"Transit" de Rachel Cusk
et toujours :
"L'écrivain public" de Dan Fesperman
"Le chien de Shrodinger" de Martin Dumont
"Les saltimbanques ordinaires" de Eimear McBride
"Passage des ombres" de Arnaldur Indrioason
"Prison house" de John King

Froggeek's Delight :

"A way out" sur PS4, Xbox One et Windows
"Rétro lazer" Tome 1, magazine trimestriel
Le Google Home, enceinte intelligente

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=