Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Schock Corridor
Nouveau Théâtre de Montreuil  (Montreuil)  janvier 2017

Transposition théâtrale du film éponyme de Samuel Fuller, adaptation et mise en scène par Mathieu Bauer, avec Youssouf Abi-Ayad, Éléonore Auzou-Connes, Clément Barthelet, Romain Darrieu, Rémi Fortin, Johanna Hess, Emma Liégeois, Thalia Otmanetelba, Romain Pageard, Maud Pougeoise, Blanche Ripoche et Adrien Serre.

Dans la série les "films portés à la scène", "Shock Corridor" constitue une variante de taille. Au lieu d'adapter simplement le film de Samuel Fuller, tourné par le réalisateur américain en 14 jours en 1963, Mathieu Bauer introduit justement le personnage du cinéaste dans la pièce tiré de son film.

Gros Havane au bec, selon la légendaire tradition fullérienne, voilà donc le célèbre auteur de westerns et de films noirs énonçant sa définition du cinéma, celle qu'il donne à Jean-Paul Belmondo dans "Pierrot le fou" de Jean-Luc Godard : "Le cinéma c'est comme une bataille : de l'amour, de la haine, de l'action, de la violence, de la mort.. en un mot de l'émotion...".

C'est exactement la recette que Mathieu Bauer va appliquer pour recréer "Shock Corridor"... Ah, un détail important : Sam Fuller est joué par une jeune actrice rigolarde en costume noir chic. Et ce début tonitruant et réjouissant annonce bien ce que Mathieu Bauer veut faire : à la fois un hommage cinéphile à Fuller et une reconstitution par bribes du film-titre.

Ce contrat des charges qu'il se fixe, le metteur en scène va le respecter, permettant à ceux qui ont vu l'oeuvre originelle, comme à ceux qui l'ignorent, de prendre le même plaisir. Le "Shock Corridor" théâtral ne sera pas une paraphrase de son modèle cinématographique, mais cherchera par des procédés proprement théâtraux à retrouver son élan, ses fulgurances, sa manière sauvage de faire jaillir la violence et la folie.

Le portrait de Johnny Barrett, journaliste obsédé par le prix Pulitzer, qui se fait interner pour résoudre un crime qui a lieu dans un asile psychiatrique, est saisissant. Son terrible voyage au bout de la folie est aussi convaincant sur scène que sur un écran.

Mathieu Bauer a eu la bonne idée de profiter de sa troupe fraîchement émoulue de l'école du TNS (Théâtre National de Strasbourg) pour véritablement chorégraphier "Shock Corridor". Il a ainsi décidé que la vie à l'asile, avec la présence des malades dans le fameux corridor avait quelque chose à voir avec un ballet étrange, mécanique, insensé, mais réglé par un ordre aléatoire supérieure, celui de la folie.

Il a également pensé à ajouter des chansons, des standards de la musique américaine, à commencer par "Strange Fruit", rendu célèbre par Billie Holiday, qui donnent au spectacle une amplitude, là où d'autres auraient surenchéri au film en préférant un décor blanc d'hôpital clos et étouffant où les acteurs auraient été confiné dans l'espace bruyant du corridor.

D'ailleurs, Mathieu Bauer n'accorde au décor sensé représenter l'hôpital qu'une toute partie à la droite de la scène, alors que Sam Fuller, alias Maud Pougeoise, déambule sur tout le reste du plateau, que des musiciens, dont Mathieu Bauer lui-même, occupent l'arrière de sa partie centrale.

Pour figurer un film en noir et blanc sur l'enfermement, c'est donc une espèce de "comédie musicale" totale que Mathieu Bauer a élaboré. Ce parti-pris, franchement réussi, a l'immédiat mérite de permettre à la douzaine d'élèves de la promotion sortante du TNS d'avoir tous quelque chose à jouer et de pouvoir prouver chacun à son tour qu'ils sont faits pour le métier.

En Fuller, Bauer a trouvé de la matière pour ses comédiens : dans "Shock Corridor", la distribution n'est composée que de ces seconds rôles qui ont assis la réputation du cinéma américain. Ici, ils sont cités, souvent "biographiés", eux qui ont hanté pendant des dizaines d'années les plateaux de cinéma mais aussi les scènes de théâtre.

On souhaite aux protagonistes du spectacle de Mathieu Bauer de connaître pareil destin et que ce "Shock Corridor" soit pour eux une porte, un sésame vers une vie accomplie d'acteurs.

On se permettra donc de les citer tous pour saluer leur participation à une création originale et enthousiasmante : Youssouf Abi-Ayad, Eléonore Auzou-Connes, Clément Berthelet, Romain Darrieu, Rémi Fortin, Johanna Hess, Emma Liégeois, Thalia Otmanetelba, Romain Pageard, Maud Pougeoise, Blanche Ripoche et Adrien Serre.

Commencer sa carrière avec un spectacle de cette qualité ne peut que leur porter chance et l'on voit bien "Shock Corridor" non pas se voir attribuer un prix Pulitzer mais au moins un Molière de la meilleure adaptation théâtrale, par exemple.


 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=