Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Schock Corridor
Nouveau Théâtre de Montreuil  (Montreuil)  janvier 2017

Transposition théâtrale du film éponyme de Samuel Fuller, adaptation et mise en scène par Mathieu Bauer, avec Youssouf Abi-Ayad, Éléonore Auzou-Connes, Clément Barthelet, Romain Darrieu, Rémi Fortin, Johanna Hess, Emma Liégeois, Thalia Otmanetelba, Romain Pageard, Maud Pougeoise, Blanche Ripoche et Adrien Serre.

Dans la série les "films portés à la scène", "Shock Corridor" constitue une variante de taille. Au lieu d'adapter simplement le film de Samuel Fuller, tourné par le réalisateur américain en 14 jours en 1963, Mathieu Bauer introduit justement le personnage du cinéaste dans la pièce tiré de son film.

Gros Havane au bec, selon la légendaire tradition fullérienne, voilà donc le célèbre auteur de westerns et de films noirs énonçant sa définition du cinéma, celle qu'il donne à Jean-Paul Belmondo dans "Pierrot le fou" de Jean-Luc Godard : "Le cinéma c'est comme une bataille : de l'amour, de la haine, de l'action, de la violence, de la mort.. en un mot de l'émotion...".

C'est exactement la recette que Mathieu Bauer va appliquer pour recréer "Shock Corridor"... Ah, un détail important : Sam Fuller est joué par une jeune actrice rigolarde en costume noir chic. Et ce début tonitruant et réjouissant annonce bien ce que Mathieu Bauer veut faire : à la fois un hommage cinéphile à Fuller et une reconstitution par bribes du film-titre.

Ce contrat des charges qu'il se fixe, le metteur en scène va le respecter, permettant à ceux qui ont vu l'oeuvre originelle, comme à ceux qui l'ignorent, de prendre le même plaisir. Le "Shock Corridor" théâtral ne sera pas une paraphrase de son modèle cinématographique, mais cherchera par des procédés proprement théâtraux à retrouver son élan, ses fulgurances, sa manière sauvage de faire jaillir la violence et la folie.

Le portrait de Johnny Barrett, journaliste obsédé par le prix Pulitzer, qui se fait interner pour résoudre un crime qui a lieu dans un asile psychiatrique, est saisissant. Son terrible voyage au bout de la folie est aussi convaincant sur scène que sur un écran.

Mathieu Bauer a eu la bonne idée de profiter de sa troupe fraîchement émoulue de l'école du TNS (Théâtre National de Strasbourg) pour véritablement chorégraphier "Shock Corridor". Il a ainsi décidé que la vie à l'asile, avec la présence des malades dans le fameux corridor avait quelque chose à voir avec un ballet étrange, mécanique, insensé, mais réglé par un ordre aléatoire supérieure, celui de la folie.

Il a également pensé à ajouter des chansons, des standards de la musique américaine, à commencer par "Strange Fruit", rendu célèbre par Billie Holiday, qui donnent au spectacle une amplitude, là où d'autres auraient surenchéri au film en préférant un décor blanc d'hôpital clos et étouffant où les acteurs auraient été confiné dans l'espace bruyant du corridor.

D'ailleurs, Mathieu Bauer n'accorde au décor sensé représenter l'hôpital qu'une toute partie à la droite de la scène, alors que Sam Fuller, alias Maud Pougeoise, déambule sur tout le reste du plateau, que des musiciens, dont Mathieu Bauer lui-même, occupent l'arrière de sa partie centrale.

Pour figurer un film en noir et blanc sur l'enfermement, c'est donc une espèce de "comédie musicale" totale que Mathieu Bauer a élaboré. Ce parti-pris, franchement réussi, a l'immédiat mérite de permettre à la douzaine d'élèves de la promotion sortante du TNS d'avoir tous quelque chose à jouer et de pouvoir prouver chacun à son tour qu'ils sont faits pour le métier.

En Fuller, Bauer a trouvé de la matière pour ses comédiens : dans "Shock Corridor", la distribution n'est composée que de ces seconds rôles qui ont assis la réputation du cinéma américain. Ici, ils sont cités, souvent "biographiés", eux qui ont hanté pendant des dizaines d'années les plateaux de cinéma mais aussi les scènes de théâtre.

On souhaite aux protagonistes du spectacle de Mathieu Bauer de connaître pareil destin et que ce "Shock Corridor" soit pour eux une porte, un sésame vers une vie accomplie d'acteurs.

On se permettra donc de les citer tous pour saluer leur participation à une création originale et enthousiasmante : Youssouf Abi-Ayad, Eléonore Auzou-Connes, Clément Berthelet, Romain Darrieu, Rémi Fortin, Johanna Hess, Emma Liégeois, Thalia Otmanetelba, Romain Pageard, Maud Pougeoise, Blanche Ripoche et Adrien Serre.

Commencer sa carrière avec un spectacle de cette qualité ne peut que leur porter chance et l'on voit bien "Shock Corridor" non pas se voir attribuer un prix Pulitzer mais au moins un Molière de la meilleure adaptation théâtrale, par exemple.


 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=