Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Des jours éblouissants
Jiang Wen  janvier 2017

Réalisé par Jiang Wen. Chine. Comédie dramatique. 2h20 (1994). Avec Xia Yu, Ning Jing et Xiao Gang Feng.

Avec le Cycle "Nouvelles voies du cinéma chinois", la Cinémathèque française se penche sur une sélection de films, extrêmement rares en France. Deux cinéastes seront particulièrement mis à l’honneur : le vétéran Jia Zhangke, bien connu en France, et Jiang Wen, qui l’est moins, dont est présenté, en ouverture, le premier film "Des jours éblouissants" inédit en France.

C’est le début de l’été, et déjà, la chaleur. Dans les rues désertes, les rayons du soleil s’attardent mollement, s’étirent le long des murets qu’ils caressent presque amoureusement.

C’est le début de l’été, et les enfants ont envie de jouer et de s’aimer. Du haut de leur vélo, "Monkey" et sa bande de copains sont les maîtres du quartier. Une cigarette au coin des lèvres, une brique d’argile au fond de leur besace, ces caïds en herbe profitent pleinement de leurs vacances.

C’est le début de l‘été, et les adultes ne sont pas là. Envoyés au loin pour les besoins de la Révolution culturelle, ils n’occupent qu’une place très discrète dans la vie de ces jeunes gens. Si ces héros rêvent d’exploits militaires, c’est au travers des défilés, des chants, des films et des jeux : la guerre, pour eux, n’est finalement qu’une réalité reconstruite par le prisme de leur propre désir d’héroïsme.

Les affrontements que mènent entre eux ces grands enfants, faute d’être de vrais guerriers, ne sont pas sans violence : la bicyclette devient un char d’assaut, la brique une crosse de fusil. Mais cette guerre des clans se finit finalement dans la joie, avec une bataille de rue… qui n’aura jamais lieu.

Pourtant, la violence n’est jamais loin, dans ce film où les personnages insouciants défient sans cesse la mort, ou la rejouent de façon héroïque. Le petit caid, acclamé par ses frères de gang, finira assassiné par une bande de jeunes voyous ; le grand-père de Monkey sera victime de la Révolution culturelle. Pourtant, c’est la joie et la résistance des personnages, décidés à rire et à aimer, qui domine le film.

Allant à l’encontre des représentations les plus courantes de la période, Jiang Wen, dont c’était alors le premier film, tourne en dérision les figures de l’autorité.

La mère, sans cesse au bord de la crise de nerf, le père, toujours absent, sont des figures défaillantes, imparfaites, comiques ou émouvantes. L’arrestation de Monkey, accusé de draguer les filles devant l’opéra, donne lieu à une scène comique. Les représentants de l’ordre établi ne parviennent en effet pas à juguler la force de vie qui les entoure. Ainsi, une scène de classe hilarante, où l’instituteur est interrompu par un groupe d’élève qui traverse en courant la salle avant de s’enfuir par la fenêtre.

Cette scène est d’ailleurs à l’image du film. Tout y est en effet en mouvement. Le personnage principal, Monkey le bien nommé,  court, saute, bondit, escalade les toits. Sa confrontation au monde passe d’abord par ce défi face aux lois de la physique que prône l’instituteur. Perpétuellement, le personnage se trouve face au vide, qu’il contemple la ville du haut des toits, s’aventure dans une cheminée ou plonge dans une piscine. Monkey cherche le vertige.

C’est le début de l’été, et les amours font mal. Peu à peu, la comédie, la chronique de ces perpétuelles grandes vacances tourne au drame. Comme dans un conte, Monkey s’aventure le jour dans des appartements vides, explorant l’intimité de ces habitants. Et Monkey tombe amoureux.

D’une photographie, d’abord, découverte dans une chambre. D’une jeune fille ensuite, plus âgée que lui. Elle est une créature insaisissable, un fantasme dont la matérialité est uniquement attestée par le parfum qu’elle laisse derrière elle, un pied rapidement entrevu. Accroché à sa cheville, il y a une clé. Mais on ne saura jamais ce qu’elle ouvre.

De ce corps entre-aperçu naît bien sûr la découverte de l’érotisme. L’eau se mêle alors au soleil dans une danse sensuelle : les corps sont trempés de sueur ; Monkey aide la jeune fille à se laver les cheveux, découvrant avec émerveillement sa nuque ; les jeunes gens se réfugient à la piscine municipale, où les corps - revêtu, dans le cas de la jeune fille, d’un maillot de bain rouge- s’épient et se cherchent.

Chaque apparition de l’aimée fige le temps, au son de l’intermezzo de la "Cavalleria rusticana". Dans un délicieux flottement, le monde se résume à une présence, à un visage ; un flou doré adoucit les contours des corps et illumine la beauté de ce monde de l’amour auquel Monkey aspire.

L’onirisme de chacune de ces séquences vient peu à peu jeter le doute sur leur réalité. Car, dans le souvenir, où est la réalité ? Avec humour, le narrateur met le spectateur en garde : la mémoire invente des odeurs, des gestes, des espoirs qui glissent progressivement sur la perception du vécu et la remplace.

Car le désir de Monkey est sans cesse repoussé. Comme par dérision, la jeune fille qu’il aime lui offre, elle aussi, un maillot de bain rouge, qui n’est plus alors symbole de désir, mais marque d’un désintérêt poli ; elle fait par contre cadeau à son ami, plus âgé, d’une écharpe blanche d’aviateur, le costumant ainsi en héros national. Ce blanc, c’est aussi celui d’un deuil. Le deuil des amitiés et des amours, tous deux déçus.

Dans ce conte cruel de la jeunesse, le temps adoucit parfois les choses, rendant doux ce qu’on a perdu. Mais le sentiment de solitude demeure.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 mai 2017 : Black Hole Sun

Cette semaine nous avons appris le départ prématuré de Chris Cornell, qui ne se souvient pas de ce célèbre titre, "Black Hole Sun". Paix à son âme et à nos jeunes années.
Quoi qu'il en soit le beau temps est enfin là. Soleil, festivals, largement de quoi contenter votre soif de cultures et de loisirs. Pour vous aider, voici notre petite sélection hebdomadaire, de la musique au jeu vidéo en passant par le théâtre, la littérature et le cinéma. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Life is cheap, death is free" de Nadia Tehran
"Tigreville" de Pierre Lebas
"Libre voyage dans les musiques des Balkans" de Quintet Bumbac
"Volcan" de Volin
"Hedonism" de Cakes Da Killa
"A l'ombre du coeur" de Contrebrassens
"Dirt buzz" de Dallas Frasca
"Fast forward" de Federico Casagrande
"Growing old" de Grand March
"A close land and people" de Julien Vinçonneau Quartet
Xiu Xiu, Le Prince Harry et Delacave à Petit Bain
Concert de Erik Arnaud à Petit Bain en intégrale
Bientôt, la deuxième édition du Download Festival
et toujours :
"Rock'n'Roll consciousness" de Thurston Moore, "Slowdive" de Slowdive. Retrouvez également Neil Halstead de Slowdive en interview, "Empire of nights" de BLVL, Jorge P, EP chez Microcultures, "Animal" de Nirman, "Someone is missing" de Payne, "Sympathetic magic" de Peter Von Poehl, "Pinky pinky EP" de Pinky Pinky, "Let me be gone" de Slow Joe & The Ginger Accident, "Take off" de Théo Cormier

Au théâtre :

"Le froid augmente avec la clarté" au Théâtre de la Colline
"Le Songe d'une nuit d'été" à la Manufacture des Oeillets à Ivry
"Il Bugiardo" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Les Flottants" au Théâtre Le Lucernaire
"Français, encore un effort si vous voulez être républicains" à la Manufacture des Oeillets à Ivry
"Les Célèbres Amours de Nohant" au Théâtre Le Ranelagh
"La guerre au temps de l'amour" au 100ECS
"L'Ombre de Stella" au Théâtre du Rond-Point
"Ajax" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
et la chronique des autres spectacles de mai

Exposition avec :

"Grand Trouble"à la Halle Saint Pierre

Cinéma :

Ciné en bref avec :
"De toutes mes forces" de Chad Chenouga
"Les fantômes d'Ismaël" de Arnaud Desplechin
"Get Out" de Jordan Peele
"Alien : Covenant" de Ridley Scott
Oldies but Goodies avec "Pluie de juillet" de Marlen Khoutsiev dans le cadre de sa rétrospective à la Cinémathèque française
les chroniques des autres sorties de mai
et les chroniques des sorties d'avril

Lecture avec :

"J'ai choisi d'être libre" de Henda Ayari
"La fille du fossoyeur" de Joyce Carol Oates
"La vie sexuelle des soeurs siamoises" de Irvine Welsh
et toujours :
"La vie de Norman" de Stan Silas
"Little girl gone" de Alexandra Burt
"Minuit en mon silence" de Pierre Cendors

Froggeek's Delight :

3 mois avec la Nintendo Switch
"101 jeux Amiga" de David Taddei

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=