Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Classique, vous avez dit classique ?
Gustav Mahler : les symphonies en coffret  janvier 2017

Ces carnets s’adressent aux mélomanes, néophytes ou confirmés et tente, dans une subjectivité réfléchie mais totalement assumée, de faire un tri dans la discographie de différents compositeurs.

Mahler : les symphonies en coffret

Cette proposition de discographie idéale s’appuie d’abord sur l’interprétation et sur la qualité d’enregistrement.

"Si profonde, profonde soit la douleur du monde, l’extase est plus profonde encore que le chagrin ! La douleur s’écrie : passe ton chemin ! Mais toute extase aspire à l’éternité ! A la profonde, profonde éternité !" Also sprach Zarathustra, F. Nietzsche

Parce qu’il est absolument indissociable du compositeur Autrichien, c’est indiscutablement vers Leonard Bernstein qu’il faut se diriger. Le chef d’orchestre avait plus d’une affinité humaine et esthétique avec Mahler qu’il participa grandement à repopulariser. Bernstein n’a jamais connu Mahler, mais il avait rencontré de nombreuses fois sa femme et Bruno Walter, chef d’orchestre très proche du compositeur auquel il succéda au New-York Philarmonic et qui participa à sa reconnaissance. Mahler et Bernstein étaient tous deux d’origine juive (c’est loin d’être un point de détail : la judéité de Mahler est de manière sous-jacente totalement inscrite dans son œuvre, ce qui explique la force autobiographique de sa musique, dans sa vision et son rapport au monde ; dans l’Autriche de la XIXème siècle était un véritable handicap, rappelons que pour devenir directeur de l’opéra, il dû se convertir au catholicisme), compositeur et chef d’orchestre.

Par contre, il vous faudra choisir entre l’excellence de deux intégrales, la première chez Sony datant des années 60 avec Le New York Philharmonic, la seconde chez DG avec différentes orchestres (Le New York Philharmonic, le Royal Concertgebouw Orchestra et le Wiener Philharmoniker) datant des années 80.

Les partisans de ces deux intégrales s’opposent à coup d’arguments esthétiques : la première qu’il faudra absolument choisir dans sa version remasterisée est considérée comme la plus proche de l’écriture du compositeur avec son soin extrême apporté au respect de la partition, l’orchestre y est fantastique de précision et de relief (grâce à Bruno Walter, le New York Philharmonic est l’orchestre Mahlerien type).

La seconde, peut-être la référence du genre, montre un Bernstein au sommet de son art avec les meilleurs orchestres (qui peut mieux interpréter Mahler que le Wiener Philharmoniker, et c’est le chef Américain qui le rappela à l’orchestre…) prenant un peu plus de liberté, ce que qui peut en agacer certains, mais en y mettant beaucoup plus de lui-même dévoilant avec flamboyance, force et caractère toute la puissance, les nuances, les divers contrastes (la fin du romantisme, les musiques traditionnelles…) la subtilité et la poésie du maître Autrichien. Une version extatique. Pour faciliter le choix, les deux sont à posséder…

Une poésie que l’on retrouve chez Kubelik avec le Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks qui offre des versions incroyablement dramatiques (la première, la troisième sont juste sublimes, quant à la septième aucune autre version n’arrive à l’égaler) d’une totale compréhension de la musique donnant à l’orchestre un élan fantastique, de superbes couleurs et une cohérence dans l’interprétation.

Une cohérence que tutoie Václav Neumann avec sa version, sûrement la plus naturelle et dénuée de pathos, presque pastorale et sylvestre, organique, superbe dans son équilibre des pupitres mais le Czech Philharmonic orchestra, et c’est bien dommage, n’a pas le talent (dans les bois notamment) et le génie du chef d’orchestre.

L’intégrale de Tennstedt avec le London Philharmonic Orchestra fait aussi fi de toute surenchère, malheureusement elle est dénuée de toute chaleur humaine ce qui peut être totalement rédhibitoire. On préféra alors l’incroyable clarté qui se dégage de celle d’Eliahu Inbal avec le Radio Sinfonie Orchester Frankfurt qui sans être absolument superbe ne manque pas de sel, en tout cas en manque moins que celle de Simon Rattle bien en dessous de ce à quoi le chef nous avait habitué.

Parmi les grands chefs, nous pouvons citer Riccardo Chailly, Michael Gielen, Paul Kletzki, Claudio Abbado, Georg Solti, Seiji Ozawa, Giuseppe Sinopoli, qui ont tous sortis de très honorables intégrales mais souvent trop sages ou trop lisses pour nous emporter vraiment, seul Bernard Haitink avec le Royal Concertgebouw Orchestra sort son épingle du jeu de la plus belle des manières.

A recommander également deux intégrales regroupant des interprétations historiques chez Membran (avec Kubelik, Walter, Reiner, Mengelberg, Klemperer, Mitropoulos).

Par contre, fuyez les versions de James Levine, Evguéni Svetlanov, Leif Segerstam ou Lorin Maazel outrageusement dramatique (cette lenteur incompréhensible chez Maazel), Tabakov avec un horrible orchestre de Sofia.

En symphonie isolée, le choix pourrait se porter vers :

- pour la première symphonie : Bernstein (DG), Solti (Decca Legends) et Dudamel pour la jeune génération,

- pour la seconde symphonie : Haitink et naturellement Zubin Mehta, mais la version audacieuse du jeune Vladimir Jurowski ne laisse pas de marbre,

- pour la troisième : Bernstein et Boulez tous les deux chez DG,

- pour la symphonie numéro quatre, plus difficile à appréhender, nous recommanderons : Kondrachine, Walter, Abravanel et Haitink,

- pour la symphonie numéro cinq : Chailly (Decca), Solti mais surtout Neumann (Brilliant),

- pour la sixième : Barbirolli est une référence, mais Bernstein, Boulez, Harding, et Haitink s’en sortent aussi plus qu’honorablement,

- pour la septième : hormis Bernstein…

- dans la huitième : Boulez, Chailly et Solti chez Decca,

- dans la neuvième : Sanderling, Boulez, Giulini, Abbado, Klemperer, Alan Gilbert et même Karajan,

- et enfin pour la dixième : Bernstein, Harding et Sanderling.

En résumé : ruez-vous vers Bernstein (les deux versions) et Kubelik, osez une intégrale en version historique (souvent trouvable à un prix tout à fait abordable) et fuyez James Levine, Tabakov et Lorin Maazel.

 

Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 février 2017 : César et Oscar sont dans un bateau, une grenouille passe...

Après les Césars, les Oscars. En attendant le palmarès, vous trouverez dans la nouvelle édition de Froggy's Delight une conséquente recension de films, mais aussi de musique, de spectacles, livres, BD et bien sûr du jeu vidéo avec cette semaine la sortie de la Switch de Nintendo. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Bouleversement majeur" de Le Flegmatic
"Moh lhean" de Why?
"Chapter Two : Libertad" de Pierre Durand Roots Quartet
"Party war on the killing floor" de Sonic Winter
"Nous autres" des 2 frères
Interview de Lucienne Renaudin-Vary
"Bipolar babes EP" de Cannery Terror
"Acoustic versions" de Highasakite
"Death of a hedonist" de Marnitude
Interview de Monsieur autour de leur album "Sir"
Tallisker en interview
"A flood of strange sensations" de Amphetamin
"Aquae Mostlae" de Nicolas Paugam
Interview de Dick Annegarn autour de l'album "Twist". Dick Annegarn également en sesion acoustique
Classique, vous avez dit classique ? avec "Oriental trumpet concertos" de Gabor Boldozki
et toujours :
"Laisse ça être" de Aquaserge, "Good" de Rodolphe Burger, "Aux fleurs sauvages" de Bel Plaine, "15 light years of star dust : The unreleased face of We Are Unique !", "Hang" de Foxygen, "Gutterdammerung" de Bjorn Tagemose à l'Elysée Montmartre, "Agaaiin" de It It Anita, "Memories are now" de Jesca Hoop, "La grande illusion" de Kent, "What kind of music do you play" de Lonny Montem, accompagné d'une interview de Lonny Montem, "Laisse ça être" de Panier sur la tête

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Un amour impossible" aux Ateliers Berthier
"Forbidden di sporghesi" au Théâtre des Abbesses
"Interview" au Théâtre du Rond-Point
"9" au Théâtre 13/Seine
"La Jeune fille et la Mort" à la Manufacture des Abbesses
"Légende d'une vie" au Théo Théâtre
"Dépaysement" au Théâtre du Rond-Point
"Fellag - Bled Runner" au Théâtre du Rond-Point
Tea for Three" au Théâtre de Nesle
"#Années folles" au Théâtre Clavel
et la chronique des autres spectacles de février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Bernard Buffet - Rétrospective" au Musée d'art Moderne de la Ville de Paris
"Bernard Buffet - Intimement" au Musée de Montmartre

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Les Oubliés" de Martin Zandvliet
"Le Secret de la Chambre noire" de Kiyoshi Kurosawa
Ciné en bref des sorties de janvier avec :
"Nocturnal Animals" de Tom Ford
"The Last Face" de Sean Penn
"Dalida" de Lisa Azuelos
"Live by night" de Ben Affleck
"La La Land" de Damien Chazelle
Ciné en bref des sorties de février avec :
"Moonlight" de Barry Jenkins
"Jackie" de Pablo Larraín
"Silence" de Martin Scorsese
"Rock'n'roll" de Guillaume Canet
"Loving" de Jeff Nichols
"Split" de M. Knight Shyamalan

Lecture avec :

"Paysage après la bataille" de Eric Lambé & Philippe de Pierpont
"Le goût du large" de Nicoals Delesalle
et toujours :
"Eloge de la passion" de Carlotta Clerici
"Les mille talents d'Euridice Gusmao" de Martha Batalha
"Les spectacteurs" de Victor Hussenot
"Un bon garçon" de Paul McVeigh

Froggeek's Delight :

"The last guardian" sur PS4
"Resident Evil 7 : Biohazard" de Capcom sur PS4, Xbox One et Windows
"Pokolpok" sur Android et iOS, un jeu pour vos enfants
La Switch de Nintendo, elle a tout d'une grande

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=