Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nintendo Switch
Nintendo  mars 2017

Nintendo Switch : la taille ne fait pas tout

Ce nom à lui seul déchaîne toutes les passions vidéo-ludiques depuis 30 ans. Nintendo a fait plusieurs fois sa révolution et a révolutionné plusieurs fois le marché du jeu. Voilà au moins un fait sur lequel tout le monde est d'accord.

On ne va pas s'étaler sur l'histoire de Nintendo, tout le monde la connait et si ce n'est pas le cas, dépêchez-vous d'aller faire un tour sur Google avant de revenir ici, je ne suis pas Florent Gorges pour prétendre vous raconter cela mieux que lui. Bref, depuis les Game & Watch jusqu'à la Switch, Nintendo ne s'est jamais contenté d'être un suiveur et a toujours tenté l'innovation.

A quoi bon, surtout de nos jours, sortir une troisième console de salon qui serait plus ou moins identique à la PS4 ou la Xbox One. Ces deux dernières étant en concurrence forte en proposant au détail près exactement les mêmes jeux, les mêmes mécaniques de jeux (cela change un peu grâce au Playstation VR). Bref, le marché est déjà saturé de consoles (oui, deux consoles, ajoutées aux PC, cela suffit pour saturer - en tout cas satisfaire amplement - un marché) et une troisième qui débarque pour proposer les mêmes jeux n'aurait vraiment aucune chance.

Nintendo le sait et propose avec chaque console de vraies nouveautés en terme de gameplay et de form factor. Qui aurait pu penser jouer avec une console portable en avril 1980, tirer sur des canards avec un pistolet ailleurs que dans des salles d'arcade ou à la fête foraine ?

Qui n'aurait pas souhaité jouer avec ses cartouches de Game Boy sur sa console de salon, jouer en 3D sans lunettes, partager un seul jeu sur plusieurs consoles en même temps pour jouer en réseau ?

Qui n'a jamais eu envie de jouer au tennis en ayant l'impression de faire de vrais coups de tennis, ou jouer à un même jeu avec un affichage partager sur 2 écrans ?

Nintendo l'a fait quasiment à chaque fois avant tout le monde et s'en est souvent sorti avec les honneurs.

Pourtant, Nintendo est un paradoxe auprès de ses fans. Il semble que la marque soit autant aimée que détestée. C'en est presque une posture convenue que de dénigrer Nintendo à chaque nouvelle machine.

Personne ne croyait à la Wii, machine peu puissante, pas plus qu'à la 3D sur la DS. Pourtant, ces consoles sont de réels succès. Pourquoi ? Parce que les jeux et la façon de jouer font la différence. Les consoles Nintendo sont uniques. Tellement uniques, qu'à mon sens, les gens qui se plaignent que les bockbusters des autres consoles ne sortent pas sur les machines Nintendo n'ont rien compris au jeu vidéo.

Alors certes, la Wii U n'a pas eu le succès qu'elle aurait mérité. 13 millions d'exemplaires contre les 100 millions de Wii, ça fait mal. Pourtant, la Wii U est une bonne console et dire que le parc de jeux est pauvre n'est pas tout à fait vrai. La Wii U a de nombreux excellents jeux mais effectivement, encore une fois, ce ne sont pas des hits de masse présents sur les autres consoles. Ce sont des jeux différents avec un style et une façon de jouer différentes.

La Wii U est une seconde console en fait, plutôt qu'une console unique à avoir chez soi. Une console pour jouer à tous les jeux qu'il n'y a pas sur PS ou sur Xbox. Ce qui en soit n'est pas plus choquant que d'avoir 2 télés chez soi, 2 chats, 2 postes de radios ou 2 PC, mais a priori pour les consoles, il faut faire un choix et s'y tenir si l'on en croit les medias spécialisés.

Concernant la Switch, on risque de se retrouver dans un cas de figure similaire ceci dit. Console annoncée encore une fois moins puissante que celles de Microsoft et de Sony, elle est si on en croit encore une fois les spécialistes de la profession vouée à une mort certaine. Pourtant cette fois encore, Nintendo innove et ne cherche pas de lui-même à aller sur le terrain de ses concurrents mais à offrir quelque chose de nouveau et d'original. Avoir une Switch n'empêche en rien d'avoir une autre console, encore une fois.

La Switch va certes bénéficier de quelques jeux déjà connus ailleurs (The Witcher 3 par exemple, et d'ailleurs on se demande un peu pourquoi) mais va surtout profiter de licences Nintendo et c'est ça que l'on aime. Des jeux nouveaux que l'on ne voit pas ailleurs. D'aucun se plaint que la Switch n'aura pas son Fifa 2018 ou son Call of Duty... mais on s'en fout, pourquoi faire ? Achetez-les sur vos PS4 / Xbox One.

D'autres se plaignent du tarif. 300 euros. Pas si cher si l'on considère que la tablette est nomade, qu'elle possède un écran. Qu'elle a des manettes (Joy-Con) qui embarquent un petit bijou de technologie concernant les capteurs et le système de vibration. C'est le prix d'une smartphone moyen de gamme, c'est un tiers du prix d'un iPhone avec lequel les haters ne manquent pas de twitter des âneries. Donc non, ce n'est pas si cher que cela.

Ceux qui voudraient une console à 199 euros avec tablette intégrée, 4 Joy-Con ("parce que bon c'est tout petit alors je ne vais pas payer 80 pour en avoir 2 de plus de ces merdes") et du 4K sur leur TV sont totalement utopistes, de mauvaises foi ou complètement cons (pardon les gars hein, j'ai oublié une possibilité : complètement blasés).

Donc oui la console, ses manettes, le support TV, la tablettes ("seulement HD", encore une fois, qu'importe, sauf pour ceux qui se tripotent la nouille en comptant les pixels plutôt que de se laisser porter par le jeu en lui-même, le jeu switchant - ah ben oui ok je comprends le nom - en full HD sitôt sur la TV), le chargeur de manette et tout cela sans aucun jeu sont à 300 euros. C'est un prix, mais pas plus qu'une tablette correcte sous Android (et je ne parle pas des iPads hein...).

Les manettes séparément ne sont pas non plus données, c'est vrai. 80 euros pour 2 JoyCon, presque autant pour la manette pro. C'est vrai, c'est cher. Mais encore une fois les manettes embarquent pas mal de technologie. Et puis avant que les DualShock soient trouvables à 50 euros, il y a des jeux qui sont passés dans les lecteurs Blu-ray des PS3 et PS4...

D'ailleurs avec ces consoles non plus il n'y a pas 2 manettes en général. Pourquoi cela choque chez Nintendo ? Sans doute parce que Nintendo sait proposer des jeux conviviaux qui se jouent ensemble dans un salon contrairement aux autres qui privilégient le online.

Ah ! Mais Nintendo va faire payer un abonnement au online. Personne ne sait combien mais cela fait déjà scandale. Pourtant, eux aussi ont des serveurs, eux aussi tiennent à offrir une qualité de service optimale. Alors tout cela se paie, forcément à un moment donné.

On verra si cela améliore l'expérience de jeu (déjà excellente au demeurant sur Splatoon et Mariokart Wii U (un peu moins bon en online, les nouveaux serveurs seront peut-être mieux d'ailleurs). Splatoon et Mariokart, parlons-en, autre sujet de grief. Cela existe déjà sur Wii U. Oui, c'est vrai. Et Fifa existe depuis... 15 ans ? Pourtant, il en sort un tous les ans.

Pourquoi arrêter de proposer des jeux géniaux, surtout s'ils sont mis à jour ? Ce serait quand même dommage, non ? Pourquoi Nintendo n'aurait pas le droit de le faire alors que les autres éditeurs passent leur temps à cela avec l'aval des médias et des joueurs ? Mystère.

D'autant que Mario va retrouver des vrais arènes de batailles, Splatoon des améliorations de gameplay. La qualité de ces jeux mérite bien, dans les deux cas, un peu plus de joueurs que les 13 millions potentiels qui possèdent la Wii U.

Quant à 1-2 switch, certes il est un peu cher pour un jeu de prise en main des Joy-Con. Difficilement défendable au-dessus de 15 euros. Mais il aura le mérite, espérons-le, de faire comprendre à quelques grognons toutes les possibilités techniques et de jeux que renferment ces deux minuscules manettes ingénieuses.

En vérité, la vraie faiblesse de la Switch à sa sortie est surtout le nombre de jeux. Seulement un (le très attendu Zelda) et demi (la démo / jeux de société 1-2 Switch). Il faut reconnaître qu'on aurait aimé une petite dizaine de jeux au moins histoire de bien faire péter le budget et surtout pouvoir découvrir plusieurs facettes de la console. Mais nul doute que cela arrive vite.

Quant au dématérialisé, c'est une autre interrogation. Avec 32 Go de mémoire, est-ce que le marché du dématérialisé va se développer ou au contraire le fait que Nintendo revienne au stockage sur cartouche (façon PS Vita) annonce l'abandon du dématérialisé au profit de ces mini supports ?

Pourra-t-on comme sur Wii U ajouter une disque USB en mode console de salon ? Mais alors que faire pour embarquer son jeu ? Sur une carte SD ? Une clé USB ?

A part cela, avec une console hybride portable (mais qui à mon avis sera surtout destinée à jouer dans diverses pièces de sa maison et ne pas mobiliser 24/24 la TV familiale) et des manettes aux possibilités vraiment prometteuses associées au talents de faiseurs de jeux de Nintendo, on devrait avoir devant nous encore quelques belles heures de jeux et de fun avec les amis. Par ailleurs, il semble que pas mal d'éditeurs tiers vont bosser sur le développement de jeux pour cette console. Espérons que leur créativité soit à la hauteur de l'originalité proposée par Nintendo et qu'ils ne se contentent pas de porter (mal) des jeux d'autres supports.

En tout cas, les Arms, Zelda qui s'annonce phénoménal (monde ouvert, gestion poussée des équipement, effets de l'environnement sur la santé du personnage etc..), Mario Kart, Splatoon 2 annoncent autant de plaisir de jeu que l'on peut attendre de Nintendo, qui remet le jeu et la convivialité au centre de tout.

Vivement le 3 mars, n'en déplaise aux ronchons.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Articles : Nintendo Switch : 3 mois après - Nintendo
Jeux : The Legend of Zelda, Breath of the Wild - Nintendo Switch
Jeux : Super Mario Odyssey - Nintendo Switch
Jeux : Wolfenstein II : The New Colossus - Microsoft Windows, PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch
Jeux : Celeste - Nintendo Switch / PlayStation 4 / XBox One / Windows / MacOS

En savoir plus :
Le site officiel de Nintendo Switch
Le Facebook de Nintendo Switch


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 mai 2018 : Un temps à sortir les palmes

Le Festival de Cannes se termine déjà, sans grandes envolées mais avec une belle palme d'or tout de même et surtout le soleil qui devrait vous donner envie de sortir les vôtres, palmes, histoire d'aller piquer une tête pour vous rafraichir les idées au milieu de tout ce marasme ambiant. Quoi qu'il en soit, pour vous changer les idées, voici comme chaque semaine notre sélection culturelle.

Du côté de la musique :

Glenn Branca, une vie dissonnante
"Quieter" de Carla Bozulich
Rencontre avec Romain Guerret autour de son projet solo Donald Pierre dont voici 3 titres live enregistrés au bar Le Planète Mars
"Free the prisoners" de Andrew Sweeny
"The sound like a tank even if they are a duo" de Archi Deep
"Liszt : Athanor" de Beatrice Berrut
"Lost and found" de En attendant Ana
"Les larmes d'or" de Frédéric Bobin
"Le courage des innoncents" de Olivier Savaresse
et toujours :
"Lion in bed" de Lion In Bed
"Take me away" de Andréane Le May
"JS Bach Inventions & Sinfonias" de Julien Lheuillier
"Lost memory theatre" de Jun Miyake
"Advertisement EP" de MNNQNS
"All inclusive" de Shaggy Dogs
"Bernstein : Mass" de Yannick Nézet Séguin & le Philadelphia Orchestra
"Ain't that mayhem ?" de Zëro

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Limbes" au Théâtre du Rond-Point
"4.48 Psychosis" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Strange Love" au Cirque Electrique
"17 fois Maximilien" au Studio Hébertot
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Soulmates" au Théâtre du Marais
"Le Cirque Alfonse - Tabarnak" à Bobino
"Scud" au Théâtre Clavel
"Cabaret chinois et autres farces" au Théâtre Clavel
les reprises avec :
"Les Patissières" au Théâtre Trévise
"King KongThéorie" à La Pépinière Théâtre
"Les Petites Reines" au Théâtre La Bruyère
"Eric Boschman - Ni Dieu, ni Maître mais du Rouge !" à la Scène Thélème
"Légendes d'une vie" au Théâtre Le Lucernaire
"Warren Zavatta - Ce soir dans votre ville" au Théâtre Michel
et les chroniques des autres spectacles de mai

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête" de Ilan Klipper
"Bienvenue en Sicile" de PIF
et les chroniques des autres sorties de mai

Lecture avec :

"La symphonie du hasard, livre 3" de Douglas Kennedy
"Les diables de cardona" de Matthew Carr
"Les invisibles" de Antoine Albertini
"Transit" de Rachel Cusk
et toujours :
"L'écrivain public" de Dan Fesperman
"Le chien de Shrodinger" de Martin Dumont
"Les saltimbanques ordinaires" de Eimear McBride
"Passage des ombres" de Arnaldur Indrioason
"Prison house" de John King

Froggeek's Delight :

"A way out" sur PS4, Xbox One et Windows
"Rétro lazer" Tome 1, magazine trimestriel
Le Google Home, enceinte intelligente

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=