Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce On jette un dé, milord Snake
Théâtre Les Déchargeurs  (Paris)  janvier 2017

Performance poétique conçue et interprétée par Sébastien Bidault accompagné par le musicien Jean-Baptiste Perraudin.

Assis dans une humble posture, l'air juvénile, vêtu d'un costume noir qui, nonobstant l'absence de brassard blanc, évoque un premier communiant des années 1960, l'officiant a un regard égaré et néanmoins facétieux.

Il parle lentement, avec un soupçon d'hésitation et d'affectation précieuse, et happe l'attention du spectateur. Et tout aussi rapidement une analogie - élogieuse - s'établit avec l'attitude de clown triste du comédien et humoriste Jean-Jacques Vanier.

Avec son "air de ne pas y toucher" et sa gestion du silence, Sébastien Bidault instaure immédiatement un lien empathique en dispensant un florilège de textes issus de l'anthologie personnelle de son oeuvre poétique de Michel Houellebecq sans doute connue de ses seuls fans addict.

Sous le titre "On jette un dé, milord Snake", il propose une invitation au voyage dans l'univers houellebecquien qui, malgré ses thèmes baudelairiens, n'est pas "luxe, calme et volupté" mais "vide, ennui et immobilisme".

La sélection opérée dans une poésie du quotidien dépourvu(e) de lyrisme et au verbe plat, des banlieues grises et monotones, d'une nature sans immanence, d'une petite vie banale sur laquelle plane l'ombre de la mort, contribue à dresser le portrait d'un homme mélancolique dont l'état au monde ressort davantage à une inadaptation au monde que d'un mal de vivre et qui amène vers un infime horizon de bonheur possible.

La combinaison dramaturgique des textes se révèle en résonance totale avec les propos tenus par l'auteur commentant l'exposition "Michel Houellebecq - Rester vivant" dont il était le maître d'oeuvre au Palais de Tokyo en 2016 : "Un démarrage très plombant, sinistre, avec une réalité indiscutablement réelle, une longue partie intermédiaire où ça part un peu dans tous les sens, ce que j’appelle le n’importe quoi mégalomane, et une fin très évanescente".

Accompagné et soutenu par une création acoustique en live, celle du batteur Jean-Baptiste Perraudin qui ne tape pas sur un bambou mais sur les singuliers instruments percussifs que sont le udu nigérien et le cajón péruvien, Sébastien Bidault délivre donc une performance poétique incarnée et aboutie qui évite l'écueil du récital de salon.

Une proposition immersive à découvrir notamment comme première approche d'un écrivain parfois considéré comme l'ennemi public de la littérature française.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=