Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce American Honey
Andrea Arnold  février 2017

Réalisé par Andrea Arnold. Etats Unis/Grande Bretagne. Comédie dramatique. 2h43 (Sortie le 8 février 2017). Avec Sasha Lane, Shia LaBeouf, Riley Keough, Shawna Rae Moseley, Arielle Holmes, Crystal Ice, Veronica Ezell et Chad Cox.

Ça passe ou ça casse pour ce film de 163 minutes récompensé par le "Prix du Jury" au dernier festival de Cannes.

"American Honey" d'Andrea Arnold va irriter ou fasciner, certainement pas laisser indifférent. Si on l'a vu avant novembre 2016, on pourra dire qu'on sentait confusément qu'il annonçait quelque chose sur cette Amérique qu'il dissèque au gré des chemins de traverse que prennent des personnages qui ne cherchent jamais à attirer la sympathie du spectateur.

Si on le voit après l'élection de Trump, a fortiori ses premiers pas à la Maison Blanche, on admettra qu'il marque indéniablement un tournant, qu'il fixe sur la pellicule une ère nouvelle.

Dans ce premier vrai road-movie made in 21ème siècle, pas d'utopie, pas de fraternité, pas de fuite vers un ailleurs plein de promesses, mais un jour le jour totalement opaque, sinistre, autiste où l'on zigzague d'un nulle part à un autre sans exprimer aucune passion et pas beaucoup de désir.

Ces jeunes gens, qui doivent vendre des revues à des ploucs qui ne lisent pas, recrutés sur leur seule capacité à attirer la pitié, et qui constituent une espèce de secte informelle, que l'on rejoint par hasard et que l'on quitte d'une façon tout aussi aléatoire, traduisent une réalité américaine encore difficilement identifiable.

En voyant "American Honey" d'Andrea Arnold, on ressent la même fascination que l'on pouvait ressentir à la vision de "Spring breakers" d'Harmony Korine ou de "Fight Club" de David Fincher.

Film d'époque, sincère ou pas, porteur d'une vision ou d'une illusion, il fait comprendre un désespoir réel. Le personnage perdu de Sasha Lane qui rentre dans le jeu de cette secte nomade et qui se construit une nouvelle identité en cheminant est assez envoûtant.

Dans ce film qui prend le temps d'être long, on vivra un moment à ses côtés, sans trop savoir si la route qu'elle a parcouru va déterminer son existence ou n'être qu'un moment parmi d'autres. Tyrannie du quotidien, des plaisirs primaires, apologie de la bêtise d'un monde moche, dénué de toute transcendance, de toute métaphysique, "American Honey" d'Andrea Arnold est un pur constat, totalement trivial.

D'ordinaire, en rester au constat paraît antinomique avec l'art. Mais, ici, une telle impudence à ne rien montrer d'autre que la mesquinerie d'une vie de motel en motel, un porte-à-porte perpétuel, seulement ponctué de coups tordus sans envergure, fournit une œuvre majeure pour comprendre cette forme de barbarie molle qui gangrène toute la société.

S'il n'est pas dédaigné et et volontairement ignoré, le film d'Andrea Arnold devrait susciter l'intérêt des sociologues de l'Amérique profonde en tant que marqueur de son irrémédiable déclin et des cinéphiles parce qu'il offre à de nombreux jeunes comédiens l'occasion de se révéler.

"American Honey" d'Andrea Arnold est donc une curiosité dont il ne faut pas minimiser les enseignements.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=