Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Féline
Triomphe  (Kwaidan Records)  janvier 2017

Il y a trois ans, Agnès Gayraud sortait son sublimissime premier album au doux nom d’Adieu l’enfance. Cet album, à la fois découverte et véritable révélation pour moi, était pour Agnès Gayraud l’occasion seule d’endosser le pelage de La Féline, une voix unique et lumineuse y émergeait.

Philosophe et chroniqueuse qui réfléchit sur la musique des autres, Agnès Gayraud poursuit aujourd’hui son chemin tracé, bien à elle, entre deux mondes, celui de la musique et celui des textes, l’ensemble d’une grande sincérité.

Avant même de sortir le disque pour l’insérer dans la platine, on ne peut que s’arrêter sur la magnifique pochette construite sur une image auratique de la belle, proche de l’icône avec ses multiples rayons d’or. Photographie sublime, perfectionnisme dans l’esthétique de cet objet sur lequel on aperçoit même des fenêtres miroirs dans les yeux de l’artiste.

Parlons musique maintenant, de ce nouvel album tant attendu. Avec Triomphe, son deuxième album, la Féline pose de côté sa New Wave intimiste propre à l’enfance pour des sons plus amples, plus chauds, mais de manière toujours aussi puissante et émouvante.

Solidement inspiré d’un riche imaginaire, abreuvé d’histoires et de textes poétiques, Triomphe s’ouvre sur le magnifique "Senga", single à la mélodie entêtante aux antipodes d’Adieu l’enfance, où la Féline se rêve en guerrière impitoyable et sauvageonne façon Princesse Mononoké. La Féline parle aux loups, grimpe aux arbres et connaît les secrets de la forêt, elle y croise des dieux grecs et des animaux totems. Le clip est à la hauteur du titre.

Dans "Le royaume", la féline se pose beaucoup de questions notamment sur la place de l’homme dans la communauté, le tout sur une musique rituelle et tribale, autour d’un crescendo libérateur où flutes et saxophones mêlent leur voix stridentes dans une célébration extatique.

L’univers d’Agnès Gayraud est immense et cet album nous le confirme. "La mer avalée" est une chanson électro-pop à la mélodie sublime, hypnotique et envoûtante. "Trophée" est l’occasion pour La Féline d’être rejointe par Mondkopf, le long d’une échappée mélancolique magnificiée par la maîtrise des sons électroniques de son acolyte.

Sur "La femme du kiosque sur l’eau", la féline nous transporte vers des contrées médiévales asiatiques où sa voix angélique et pure se pose des cuivres hypnotiques. Sublime morceau.

"Comité rouge" est la chanson la plus obsédante du disque, chanson politique de caractère mais délicate qui tient sa source dans les évènements tragiques de novembre 2015. La Féline nous replonge ensuite dans ses mélopées cuivrées avec le plongeur. "Séparés", si je ne devais garder qu’une chanson de cet album, au-delà de la difficulté de faire un choix, serait celle-là. Tube en puissance pour moi, on reste bouche bée dès les premières notes, ébloui du début à la fin, j’adore.

On prêtera encore une grande attention jusqu’aux derniers instant du disque, entre "Le plongeur", à la musique minimaliste et l’attirance des profondeurs puis "Gianni", nappé à l’orgue avec un inquiétant final et pour finir, le terminal "Nu, jeune, léger", superbe conclusion acoustique apaisée d’une œuvre de grande classe.

Agnès Gayraud continue de déployer son talent sans limite que ce Triomphe ne fixe pas. Avec Triomphe, La Féline élargit sa palette et chasse sur un territoire beaucoup plus vaste que son premier album, pour notre plus grand plaisir.

Autant Adieu l’enfance était un acte de renaissance, autant Triomphe devrait être celui d’une reconnaissance toujours plus grande pour une artiste singulière, une des plus fascinantes de la scène musicale française, de par sa qualité d’écriture et sa finesse vocale.

Merci Agnès pour ce que vous êtes. Un grand merci pour ce que vous faites aussi.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La Féline EP de La Féline
La chronique de l'album Wolf & Wheel EP de La Féline
La chronique de l'album Adieu L’enfance EP de La Féline
La chronique de l'album Adieu L’enfance de La Féline
L'interview de La Féline (16 décembre 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de La Féline
Le Bandcamp de La Féline
Le Soundcloud de La Féline
Le Facebook de La Féline


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

La Féline (16 décembre 2010)


# 19 mars 2017 : GO Johnny GO

Chuck Berry nous a quitté ce week end à 90 ans. La fin d'une époque, sans doute, mais le rock n'est pas encore mort. Quoi qu'il en soit voici notre sélection culturelle hebdomadaire avec notamment un choix éclectique de spectacles :

Du côté de la musique :

"A day for the hunter, a day for the prey" de Leyla McCalla
"My wild west" de Lissie
"Chopin : Late works" de Maurizio Pollini
"Vocello" de Henri Demarquette
"Messages personnels " de Emma Solal
Mustang, Akira Kosemura, Sylvain Fesson, Lonny Montem dans une sélection de single
"Elements" de Zenzile
Rencontre avec Narrow Terence autour de leur nouvel album "Rumble-o-rama" accompagné d'une session live
"Plates coutures" de Matmatah
Mathieu Boogaerts au Grand Mix de Tourcoing
en concert dans le cadre du Festival Les Emancipées à Vannes : Vincent Delerm, Frère Animal (Second Tour) et "La Sieste acoustique de Bastien Lallemant"
et toujours :
"Oh, my Lady" de Da Capo, "Front pop" de French Boutik, "Ors" de Artus, "My friends ar dead" de Bigott, "Free" de Guillaume Perret, "Life will see you now" de Jens Lekman, "No more rainbows" de Nicola Testa, CHVE, Syndrome et Amenra au festival Generiq

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Soudain l'été dernier" au Théâtre national de l'Odéon
"Intra Muros" au Théâtre 13/Jardin
"Ici, il n'y a pas de pourquoi !" au Théâtre Le Lucernaire
"La violence des riches" à la Maison des Métallos
"Mon coeur" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Vibrants" au Théâtre de la Reine Blanche
"Une saison en enfer" au Théâtre Le Lucernaire
"La leçon de photographie" au Théâtre Saint Georges
"Le déni d'Anna" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Aide-mémoire" au Théâtre de Nesle
"Phèdre/Salope" à La Loge
"Sylvie Malys - le Génie du vin" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"La petite renarde rusée" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Made in Paris" au Théâtre Bo Saint-Martin
le compte-rendu de la première édition du Festival Les Emancipées à Vannes
des reprises :
"Moi, Corinne Dadat" au Théâtre de Colline
"Anquetil tout seul" au Studio Hébertot
"Yanowski - La Passe interdite" au Bal Blomet
"La vie privée d'un super-héros" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles de mars

Expositions avec :

"L'Esprit français - Contre-cultures 1969-1989" à la Maison Rouge
"Collection Alicia Koplowicz - De Zurbaran à Rothko" au Musée Jacquemart-André

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"London House" de David Farr
"Fiore" de Claudio Giovannesi
"Fixeur" de Adrian Sitaru
Ciné en bref avec :
"Chez nous" de Lucas Belvaux
"Les figures de l'ombre" de Theodore Melfi
"1:54" de Yan England
"Miss Sloane" de John Madden
"La Confession" de Nicolas Boukrief
"The Lost City of Z" de James Gray
et les chroniques des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Les filles déchues de Wakewater" de V.H. Leslie
"Les temps de la cruauté" de Gary Victor
"Les insouciants" de Peter Behrens

Froggeek's Delight :

Les MMO Free to play en 2017 - Eve Online - Black Desert Online - Revelation Online - Tera
Edition limitée de Life is Strange
sur PS4, Xbox One et PC
Retour sur la Nintendo Switch, un test complet très prochainement

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=