Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Darius
Théâtre des Mathurins  (Paris)  février 2017

Comédie dramatique de Jean-Benoît Patricot, mise en scène de Anne Bouvier, avec Clémentine Célarié et Pierre Cassignard.

Avec "Darius", Jean-Benoît Patricot, signe une excellente partition tant par sa qualité d'écriture que par son originalité dramaturgique à double détente sous une forme non théâtrale, celle de correspondance entre deux inconnus, un homme et une femme mais évitant la dérive de la romance, focalisée sur le personnage-titre.

Une femme contacte un créateur de senteurs pour lui proposer un contrat singulier qui ressort de la mission empathique, certes rémunérée, mais qu'elle qualifie subtilement de défi.

A savoir, créer des parfums qui, à la manière de la fameuse madeleine proustienne, pourraient susciter la réminiscence des moments heureux vécus par son jeune fils qu'une maladie neurodégénérative incurable a rendu paralysé et privé de toutes ses facultés sensorielles autres que l'odorat et le toucher.

Si le sujet de l'accompagnement du handicap permet, en l'espèce, de traiter des thématiques de l'amour maternel, de la compassion et de la mémoire olfactive, il constitue le point d'ancrage de l'enjeu dramatique, selon deux déclinaisons, celui de la reconstruction de soi par le réinvestissement des objets du monde après la déstructuration provoquée par la perte de l'être aimé.

Elle, dans la mise en parenthèse de sa vie et dans la conjuration de la douleur d'une mort annoncée, elle a déjà entamée de manière inconsciente le processus normatif du deuil en concentrant son énergie sur la préservation du présent et le maintien d'une dynamique de vie pour son fils.

Lui, retiré du monde après le décès de son épouse dont il n'a pu surmonter la réalité, est tiré de son abattement délétère par ce challenge professionnel et leurs échanges épistolaires traduisent leur parcours avec une belle énergie et beaucoup d'émotion toujours twistée par une pointe d'humour pour ne pas sombrer dans un pathos démonstratif.

La mise en scène de Anne Bouvier atteste sa maîtrise absolue de cet exercice délicat en la forme comme au fond dont elle évite tous ses écueils par la novation de la staticité de la lecture en jeu théâtral, en combinant dialogues et proximité distanciée, et une parfaite gestion du registre de l'émotion.

Emmanuelle Roy a trouvé d'efficaces astuces scénographiques qui, avec la superbe création-lumière de Denis Koransky, et les brefs inserts musicaux de Raphaël Sanchez pour scander les ellipses spatio-temporelles, concourent à la dynamisation de l'espace scénique organisé autour de l'élément pivot que constitue un orgue à parfums, et aux déplacements des comédiens.

De plus, Anne Bouvier opère une direction d'acteur émérite en portant les deux interprètes à leur meilleur pour une incarnation sensible exempte de pathos démonstratif. Elle canalise le tempérament de feu de l'une qui accède à une intensité dramatique décuplée et oriente l'impétuosité de l'autre vers une féconde intériorisation.

Officiant en symbiose parfaite, Clémentine Célarié, magistrale, et Pierre Cassignard, exceptionnel, dispensent un spectacle accompli et bouleversant d'amour, d'espoir et de foi en la vie qui justifie l'ovation du public.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 août 2017 : Comme un air de Week End

Cette semaine, avec son pont du 15 août, va ressembler à un long week end qui se termine en beauté par le festival de La Route du Rock. Voici quand même quelques petites chroniques à lire à vos heures perdues, entre 2 averses ou 2 concerts, avant la plage, après la sieste...

Du côté de la musique :

"Soleil de Tokyo" de Imagho
Classique, vous avez dit classique ? autour de Igor Stravinsky et le Sacre du Printemps
"Cluster" de An Pierlé
EP de My Own Ghosts
"Un Renaud pour moi tout seul" de Monsieur Lune
et toujours :
"La vie sur les os" de Géraldine Torres
"Goodnight Rhonda Lee" de Nicole Atkins
"Oh, Sealand" de Oddfellow's Casino
"Every valley" de Public Service Broadcasting
"A Rift in Decorum : Live at the Village Vanguard" de Ambrose Akinmusire
"A new kind of freedom" de The Celtic Social Club
Youri Defrance et Jupiter & Okwess, ni vus ni connus mais à découvrir
Pondichery Bomb en session de la semaine
Interview de François Fleuret à propos de la Route Du Rock 2017
dernier petit tour du côté des Vieilles Charrues

Au théâtre :

les divertissements de l 'été :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Un petit jeu sans conséquence" à la Comédie de Paris
"Le jardin d'Alphonse" au Théâtre Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Rupture à domicile" au Théâtre du Splendid
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Tout le monde peut se tromper" au Café de la Gare
"Et pendant ce temps Simone veille" à la Comédie Bastille
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et à ne pas rater "L'écume des jours" au Théâtre de la Huchette

Exposition avec :

la dernière ligne droite pour "Karel Appel - L'Art est une fête !" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Une femme douce" de Sergei Loznitsa
"Lumières d'été" deJean-Gabriel Périot
les chroniques des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'ordre du jour" de Eric Vuillard
"La lanterne des morts" de Janine Boissard

Froggeek's Delight :

"Great Giana Sisters" histoire d'un jeu et d'un plagiat

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=