Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Monsieur
Sir  (Monsieur Music Store)  janvier 2016

Lorsque vous rencontrez Monsieur, vous voilà d’abord en présence d’une voix, que dis-je d’une voix, de plusieurs voix belles et chaleureuses. Nous avons fait le tour de cet album de qualité. Un album qui commence par une chanson en anglais "A Part of History".

Monsieur commence en douceur. Il faut dire que c’est un Monsieur avec une grande classe, une vraie gentillesse. Monsieur swing, Monsieur jazz, Monsieur soul, le tout : franc, clair, précis, propre… qui donne envie d’écouter. Le morceau est un peu court… enfin, il semble un peu court, ce qui est plutôt bon signe pour la suite. Car aller à la rencontre de ce Monsieur, un vrai Sir, ce n’est pas désagréable du tout. Et les cuivres, wouah les cuivres ! Mais non, non, non, ne comptez pas sur moi pour tout vous dire, non mais ! Moi aussi je suis un Monsieur, enfin, oui, il me semble… une part d’histoire.

Une petite remarque pour la suite de l’écoute de Sir, en général Monsieur aborde des sujets plus sociaux quand il pousse la chansonnette en anglais.

De l’anglais on en vient au français et Monsieur prend sa guitare pour une chanson où Monsieur, dans un style pop, folk, blues, s’adresse à quelqu’un : "Montre-moi". Ce quelqu’un ne semble pas très sympathique : Profiteur ? Promesse pas tenue ? Quelqu’un qui regarde tout le monde de haut ? Quelqu’un que je vais vous laisser découvrir. Monsieur a de drôles d’oiseaux comme amis et cela lui donne un touché de guitare perfecto et une belle chanson… un peu amer. Mais n’aimez-vous pas l’amertume ? Un peu au moins, non ? Oui ? Oui bien sûr.

Monsieur est peu commun. Il passe d’un sujet à l’autre. Sujets qui n’ont rien à voir en apparence… méfions-nous des apparences. Monsieur nous transporte dans un monde où la machine remplace l’homme de plus en plus. Pourquoi pas un "Robot Fucker" ? Pas besoin de vous faire un dessin (lisez le comics Casanova édité chez Urban Comics, Collection Urban Indies).

Monsieur donne le rythme funky, avec une basse qui maintient le groove et la guitare : wouah, cela donnerait envie de danser, mais le titre est tragicomique en finalité. "Robot Fucker", un petit bijou de musique avec cette guitare très jazzy et la voix soul de Monsieur en duo avec lui-même. Une perle, je vous dis… On pourrait presque penser entendre un morceau de Dweezil Zappa. En tous les cas, cela lui plairait sûrement. Oups ! Je n’aime pas trop faire des comparaisons, ce n’est pas trop mon truc… Un final a cappella, un bijou, j’vous dis.

Monsieur a tout un univers, un vinyle qui grésille, c’est "Un souvenir lointain", une histoire d’amour qui ne fait plus d’effet, alors Monsieur l’exprime avec la même force qu’a été la douleur de sa rupture. Comme quoi l’amour entre deux êtres est quelque chose de… je m’arrête, je ne suis pas là pour donner des cours de couples.

Si la blessure de Monsieur est guérie, il ne faudrait pas que cela recommence. "Je ne t’échangerai pas" ! Il n’y a pas de partage, l’amour est unique. Et là, mes amis, Monsieur résiste avec rythme, toujours soul et jazzy. Monsieur ne demande pas grand-chose, il est charmant : charmant et ferme. Et ses capacités vocales, son talent de multi instrumentiste nous sont étalés dans une sobriété : celle d’un Monsieur et non pas d’un rustre. Monsieur n’échangera pas celle qu’il aime et qui lui fait tant d’effet. C’est beau.

Monsieur a bel et bien son univers et voilà qu’il nous entraîne dans un morceau d’électro. Il semble que Monsieur ait gardé sa belle et les voilà bien joyeux. Mais est-ce vraiment le cas ? Ou cette femme n’est-elle pas une "Intelligence artificielle" ? Un Robot Fucker perfectionné comme dans le comics Casanova ? Il ne me semble pas ; j’ai entendu la voix d’un bébé. Il n’y a donc pas de robot, puisque Monsieur s’accompagne à la guitare dans ce morceau entraînant et joyeux. Joyeux : est-ce le mot ? Je me pose la question quand soudain le voyage électro s’arrête dans l’espace, l’espace temps, l’infini ?

Le son clair de la guitare de Monsieur nous emmène maintenant dans une ballade agréable "Inside of Me", plutôt folk / country. Mon faible anglais ne pourra vous dire quoi que ce soit sur les paroles de cette bien jolie... Eh, eh, comme cela pas de spoiler. Vous découvrirez "Inside of me". Je me demande si Bob Dylan aurait méprisé ce beau morceau aux effets sonores surprenants vers la fin ? Non il aurait apprécié. Comment je le sais ? Eh bien c’est ainsi.

Retour au français, "A ton oreille". Guitare précise, percus claires, nous voilà partis dans une chanson d’amour. Affaire de pirates, de bijoux, de bottes en caoutchouc… Ah l’amour ! Monsieur nous met en garde ; la liberté. Ah la liberté ! Une chanson à bien écouter et à bien interpréter. Je l’avoue, elle n’est pas facile. A part le joli petit morceau d’orgue, Monsieur reste avec sa guitare sur une certaine retenue, une rythmique imparable et une voix qui nous émerveille tant elle n’est pas un leurre.

"Une première fois de plus". Guitare claire, précise, rythmique soul, les voix de Monsieur. Chanson un peu chaude où "tous peuvent se retrouver" (Monsieur). L’orgue derrière est très agréable. Ah l’amour, eh oui encore, je ne l’écrirai pas assez. Mais, mais car il y a un mais, je ne vais pas vous décrire cette chanson, vous la découvrirez et la réécouterez comme une première fois… de plus. Enfin il y a chez Monsieur, ici, un souci de précision, tant dans la musique que dans les paroles qui laissent l’auditeur… pensif ? Oui pourquoi pas ?

Batterie à l’accueil, piano, nous revenons à l’anglais : "The Devil’s Insight". Une chanson qui nous permet de découvrir les qualités vocales de Monsieur. Ce morceau est vraiment cool. Le garder pour la fin de ce bel album, cela nous montre l’intelligence de Monsieur. Son goût artistique, son amour de la précision. La musique, toutes les voix sont posées de manière à que tout s’entende. L’orgue nous ramène quelque peu dans le passé mais ce n’est pas grave, au contraire. On se laisse séduire par le son parfait, par la composition simple (simple ne veut pas dire facile) et précise…

C’est fini. Un album de qualité qui se termine par "la perspicacité du diable" (l’une des traductions que j’ai trouvée. Mais en poésie ?), voilà qui donne envie de comprendre toutes les paroles de cette dernière chanson in english, même si moins on parle du diable mieux c’est… en tous les cas jamais à la légère. Ah c’est qu’il faut faire attention avec certains noms.

Et voilà Monsieur qui nous quitte. Au fait, puisqu’on parle de nom. Monsieur, drôle de nom ne trouvez-vous pas ? Que veut dire ce nom pour le moins mystérieux ? Je vous sais soudain attentif dans votre lecture.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Déguisé en moi de Monsieur Lune
La chronique de l'album Les derniers seront les premiers (Démo 6 titres) de Monsieur Roux
La chronique de l'album Ah si j'etais grand et beau... de Monsieur Roux
La chronique de l'album L'album de la maturité de Odelaf et Monsieur D.
La chronique de l'album L'illégalité joyeuse de Monsieur Roux
La chronique de l'album Un Renaud pour moi tout seul de Monsieur Lune
La chronique de l'album Monsieur Django & Lady Swing - Django Extended de The Amazing Keystone Big Band
Monsieur en concert au Festival Festa Dies 2004
Monsieur en concert à L'Européen (18 novembre 2004)
Monsieur en concert à l'Espace Jemmapes (23 mars 2005)
Monsieur en concert aux Etoiles (30 novembre 2005)
Monsieur en concert à La Maroquinerie (13 avril 2006)
Monsieur en concert au Centre Culturel d'Iffendic (3 février 2007)
Monsieur en concert au Festival des Terre-Neuvas Bobital 2007 (vendredi)
Monsieur en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
Monsieur en concert au Fil (mercredi 25 novembre 2009)
L'interview de Monsieur Roux (août 2004)
L'interview de Monsieur (février 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de Monsieur
Le Facebook de Monsieur


Ichigo Samuru         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 octobre 2017 : Enfin l'été indien

Pas grand signe de soleil en août, pas du tout en septembre, voici que octobre nous surprend avec ses températures estivales. Presque de quoi faire oublier la triste actualité, le départ de Jean Rochefort, et Noël qui arrive à grands pas. Quoi qu'il en soit, voici de quoi se réjouir avec le sommaire de notre sélection culturelle hebdomadaire :

Du côté de la musique :

"Colors" de Beck
"Cannibale" de Calypso Valois
"Monsieur Django & Lady Swing - Django Extended" de The Amazing Keystone Big Band
"Hineininterpretierung" de DAAU
"Djakarta EP" de Djakarta
"Meredith" de King Child
"When morning comes EP" de Mika Hary
"Stargazing for beginners" de Pale Seas
"Si je suis encore là" de Pilhaouerien
Raqoons et The Off Keys en concert à Forum Disques pour la journée mondiale du raton laveur
et toujours :
"Drifters EP" de She Owl
"Le corps défendant" de Delphine Dora et Mocke
"Beethoven : Intégrale de l'oeuvre pour violon et piano" de François-Frédéric Guy et Tedi Papavrami
Gunwood en interview, autour de leur album "Travelling soul". Retrouvez également Gunwood en session live acoustique
"They've been called" de Jep and Dep
"Tardive / Issime" de La Tène
"Lilies" de Mélanie de Biasio
"Aronde" de Aronde
"Teenager" de Teenager
"Barje endurance" de Buridane

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Democracy in America" à la MC 93 à Boboiny
"Pièce en plastique" à l'Usine Hollander à Choisy-le-Roi
"Vénézuéla" au Théâtre 13/Seine
"L'Espace furieux" à l'Espace des Arts à Châlons-sur-Saône
"Haskell Junction" au Théâtre national de Bordeaux-Aquitaine
"Criminel" à la Manufacture des Abbesses
"Le Carrosse du Saint Sacrement" au Théâtre Darius Milhaud
"Noces" au Théâtre Rive Gauche
"Mon Ange" au Théâtre Tristan Bernard
"Hobobo" au Cine 13 Théâtre
"The Pianist" au Théâtre 13ème Art
les reprises :
"Les Vibrants" au Studio des Champs Elysées
"La Dame de chez Maxim" au Théâtre Rive Gauche
"Jeux de planches" au Théâtre du Marais
"Les Galets de la mer" au Théo Théâtre
"J'adore l'amour..." au Théâtre d'Edgar
les chroniques des autres spectacles d'octobre
et les chroniques des spectacles de septembre

Expositions avec :

"Anders Zorn, le maître de la peinture suédoise" au Petit Palais
"Etre pierre" au Musée Zadkine
et dernière ligne droite pour "Le pouvoir des fleurs - Pierre-Joseph Redouté" au Musée de la Vie romantique

Cinéma avec :

"Fréderick Wiseman par Frederick Wiseman" au Théâtre national de l'Odéon
les films de la semaine :
"The Square" de Ruben Ostlund
"L'Asssemblée" de Mariana Otero
"Zombillénium" de Arthur de Pins et Alexis Ducord
les chroniques des autres sorties d'octobre
et les chroniques des sorties de septembre

Lecture avec :

"L'amour est une maladie ordinaire" de François Szabowski
"Les aventures de Ruben Jablonski" de Edgar Hilsenrath
"Me voici" de Jonathan Safran Foer
"Underground rail road" de Colson Whitehead
et toujours :
"Pour te perdre un peu moins" de Martin Diwo
"Une odysée" de Daniel Mendelsohn
"Bonjour c'est l'infirmière !" de Charline
"Grand frère" de Mahir Guven
"Paysage perdu" de Joyce Carol Oates
"Tout sur le zéro" de Pierre Bordage

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=