Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ty Segall
Ty Segall  (Drag City)  janvier 2017

Ty Segall est le neuvième album de Ty Segall. Un choix très simple dicté par l'envie de se montrer pour ce qu'on est réellement, le Californien hyperactif qui dégaine un nouvel album chaque année, a bien réussi.

Heureusement encore, en 2017, quelqu'un a envie de tout défoncer, de tout détruire avec du bon hard rock, du garage, du bruit, ou comment vous voudrez l'appeler.

Après un album solo, Manipulator en 2014, un autre en 2016, Emotional Mugger et après la sortie d'un album proto-metal avec son autre projet, les Fuzz (indeed pour les fans !), Ty Segall revient en solo. Enregistré sous l'aile protectrice de Monsieur Steve Albini et sorti le dernier 27 janvier, cet album sulfureux montre la patine du vieux rock, l'ambiance du bruit old school qui caractérise la personnalité du prolifique musicien. 32 minutes et 10 morceaux de retour aux 70's, aux Led Zeppelin plus acides et aux Black Sabbath.

"Break a Guitar", la première piste, aurait pu être chanté par Robert Plant et le long solo qui part à la minute 2'30" et qui accompagne jusqu'à la fin les guitares montre la direction de tout l'album.

"Freedom" se baigne de l'allure glam à la Marc Bolan. "Warm Hands (Freedom returned)" aurait pu être joué par le groupe d'Ozzy Osbourne, avec ses dix minutes de glam-folk / proto-metal, et avec Segall qui confie ses délires avec sa voix hurlante.

Deux ballades très 60's, "Talkin'" et "Orange Color Queen", chanson d'amour dédiée à sa copine Denée, sa reine aux cheveux orange comme il l'appelle, qui apparemment l'aurait aidé avec sa peur de voler.

Plutôt stoner rock, "The Only One" fait suite à "Thank you Mr. K", du garage à la sauce punk. Il ne manque pas les faux airs de Bowie de la période Ziggy Sturdust sur "Papers", morceau glam qu'on aurait bien vu porter sur la peau du Duc Blanc.

"Take care about your long hair / it's not growing any longer / I guess it desappeared" chante-t-il dans "Take care (to comb your hair)", encore une fois on revient sur les cheveux, métaphore de plusieurs vies.

Ty Segall aime bien se moquer, le dernier morceau "Untitled" est un fake, cadeau offert à ses fans : 13 secondes d'un riff de guitare et un rire de fond, qui terminent cet album sulfureux. Il nous avait prévenu dès le titre, c'est tout simplement lui : Ty Segall.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Manipulator de Ty Segall
Ty Segall en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #28 (édition 2016) - Vendredi 1er

En savoir plus :
Le site officiel de Ty Segall
Le Bandcamp de Ty Segall
Le Facebook de Ty Segall


Paola Simeone         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 août 2017 : Comme un air de Week End

Cette semaine, avec son pont du 15 août, va ressembler à un long week end qui se termine en beauté par le festival de La Route du Rock. Voici quand même quelques petites chroniques à lire à vos heures perdues, entre 2 averses ou 2 concerts, avant la plage, après la sieste...

Du côté de la musique :

"Soleil de Tokyo" de Imagho
Classique, vous avez dit classique ? autour de Igor Stravinsky et le Sacre du Printemps
"Cluster" de An Pierlé
EP de My Own Ghosts
"Un Renaud pour moi tout seul" de Monsieur Lune
et toujours :
"La vie sur les os" de Géraldine Torres
"Goodnight Rhonda Lee" de Nicole Atkins
"Oh, Sealand" de Oddfellow's Casino
"Every valley" de Public Service Broadcasting
"A Rift in Decorum : Live at the Village Vanguard" de Ambrose Akinmusire
"A new kind of freedom" de The Celtic Social Club
Youri Defrance et Jupiter & Okwess, ni vus ni connus mais à découvrir
Pondichery Bomb en session de la semaine
Interview de François Fleuret à propos de la Route Du Rock 2017
dernier petit tour du côté des Vieilles Charrues

Au théâtre :

les divertissements de l 'été :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Un petit jeu sans conséquence" à la Comédie de Paris
"Le jardin d'Alphonse" au Théâtre Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Rupture à domicile" au Théâtre du Splendid
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Tout le monde peut se tromper" au Café de la Gare
"Et pendant ce temps Simone veille" à la Comédie Bastille
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et à ne pas rater "L'écume des jours" au Théâtre de la Huchette

Exposition avec :

la dernière ligne droite pour "Karel Appel - L'Art est une fête !" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Une femme douce" de Sergei Loznitsa
"Lumières d'été" deJean-Gabriel Périot
les chroniques des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'ordre du jour" de Eric Vuillard
"La lanterne des morts" de Janine Boissard

Froggeek's Delight :

"Great Giana Sisters" histoire d'un jeu et d'un plagiat

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=