Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Anohni
Hopelessness  (Secretly Canadian / Rough Trade)  mai 2016

À la première écoute, Hopelessness provoque une sensation édifiante, voire un peu effrayante. Il faut dire qu’Antony Hegarty nous a longtemps habitués à une pop douce aux accents symphoniques et non à une électro sombre et implacable.

Hopelessness frappe très justement notre inconscient, là où nos peurs modernes se dissimulent et nous force à réveiller une conscience politique trop longtemps étouffée. Il faut dire qu’en s’attaquant au réchauffement planétaire, au patriarcat ou aux bombardements téléguidés, l’artiste politise radicalement son verbe et cloue au pilori notre manque d’humanité.

Son propos est méchamment souligné par les productions d’Hudson Mohawk et Oneohtrix Point Never, un duo dont les sons sont aussi affables qu’un coup de barre de métal porté à l’arrière du crâne. L’idée ? Permettre à la chanteuse d’exprimer sa colère, sa peine et sa déception en instillant un sentiment d’urgence glacé.

Réalisation improbable sur le papier, Hopelessness parvient sans hésitation à convaincre nos oreilles. La douceur de la voix d’Anohni est un faux semblant aguicheur, dont la puissance jadis lumineuse s’accommode parfaitement des sonorités sombres des productions. Que ce soit avec "Obama", "Watch Me" ou avec "4 Degrees" la déception, la peur et la fin du monde s’expriment avec une puissance sans précédent. Les titres de l’opus s’enchaînent comme un chapelet de bonnes volontés radicales et polémiques dont transpire une certaine candeur. Car derrière le déterminisme apocalyptique du titre, l’artiste exécute un tour de force en imposant des propos difficiles à assimiler au détour de couplet et de refrains rondement exécutés.

Les massacres par bombardement, la cruauté banalisée du patriarcat et la paranoïa généralisée trouvent une voix juste. Sous ses accents d’Héraut de l’Apocalypse ("Drone Bomb Me" n’est rien d’autre qu’un appel à la mort), Anohni reste chargée d’espoir et livre dans cet opus suffisamment d’espace, pour offrir à son auditoire quelques rayons de lumières.

Féministe, écologiste et artiste, Anohni convoque un album aussi passionné que passionnant. Une expérience aussi nihiliste que constructive, positionnant son auteur au centre d’une tempête bien maîtrisée. À croire qu’Antony and the Johnsons n’ait jamais existé et ce n’est pas plus mal.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album I'm a bird now de Antony and the Johnsons
La chronique de l'album eponyme de Antony and the Johnsons
La chronique de l'album The Crying Light de Antony and the Johnsons
L'interview de Antony and the Johnsons (décembre 2008)

En savoir plus :
Le site officiel de Anohni
Le Bandcamp de Anohni
Le Soundcloud de Anohni
Le Facebook de Anohni


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 août 2017 : Et au loin, la rentrée

C'est encore un peu les vacances, les festivals continuent et pendant ce temps nous vous proposons comme chaque semaine notre petite sélection hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Gold in the ashes" de Elias Dris
Gris Lagon, Belvédère, Sorg, Naya dans une sélection de EP
"Out of time" de Hugo Kant
"Visuals" de Mew
et toujours :
"Soleil de Tokyo" de Imagho
Classique, vous avez dit classique ? autour de Igor Stravinsky et le Sacre du Printemps
"Cluster" de An Pierlé
EP de My Own Ghosts
"Un Renaud pour moi tout seul" de Monsieur Lune

Au théâtre :

les divertissements de l 'été :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Un petit jeu sans conséquence" à la Comédie de Paris
"Le jardin d'Alphonse" au Théâtre Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Rupture à domicile" au Théâtre du Splendid
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Tout le monde peut se tromper" au Café de la Gare
"Et pendant ce temps Simone veille" à la Comédie Bastille
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et à ne pas rater "L'écume des jours" au Théâtre de la Huchette

Exposition avec :

la dernière ligne droite pour "Olga Picasso" au Musée national Picasso

Cinéma :

les chroniques des sorties d'août
les chroniques des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'histoire de mes dents" de Valeria Luiselli
"La disparition de Josef Mengele" de Olivier Guez
"Le jour d'avant" de Sorj Chalandon
et toujours :
"L'ordre du jour" de Eric Vuillard
"La lanterne des morts" de Janine Boissard

Froggeek's Delight :

"Great Giana Sisters" histoire d'un jeu et d'un plagiat

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=