Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Mille Talents d’Eurídice Gusmão
Martha Batalha  (Editions Denoël)  janvier 2017

Du Brésil où elle a fondé sa maison d’édition, aux Etats-Unis où elle écrit son premier roman et consacre désormais son temps l’écriture, le chemin est sinueux et certainement semé d’embuches. Mais Martha Batalha a su les dépasser avec courage pour nous offrir ce premier roman Les mille talents d’Eurídice Gusmão, genre de Desperate housewives du siècle dernier.

Le roman relate la vie d’Eurídice, tant de ses activités que de ses sentiments. Née dans le Rio des années 20, dans un monde aux mœurs sociales strictes, la vie des femmes est inévitablement menée par les hommes de leur entourage. A commencer par leur père, sorte de patriarche éternel qui s’octroie la pluie et le beau temps dans la famille. L’autorité du père laisse forcément place à celle du mari. Et la femme se doit de tenir la maison, élever les enfants et être souriante et lui tendre ses pantoufles et le journal repassé quand il revient fatigué de son travail.

Quand je pense que nous nous plaignons encore, alors qu’Eurídice a plus de matière pour être malheureuse que les femmes du XXIème siècle. Toujours est-il qu’elle ne s’abandonne jamais, non jamais de jamais au désespoir, ni même à la rébellion. L’homme ordonne, la femme exécute. C’est ainsi depuis toujours, à quoi bon contester si ce n’est pour récolter des reproches, voire des cris ? Plongé dans l’ambiance du roman, impossible de ne pas trouver une certaine sécurité dans cet ordre bien établi.

Mais Eurídice s’ennuie dans cette routine quotidienne. Les femmes de son quartier, logées à la même enseigne qu’elle, ont quant à elles développé des traits de caractères liés à leur condition de soldat : l’une a décidé d’être méchante, l’autre est une commère prolixe, la plupart sont aussi dociles qu’Eurídice. Elles ont de l’éducation et ne porteront pas le poids d’une honteuse rébellion au nom de la famille, sous peine d’abandon total. L’amitié n’est jamais nommée, mais la solidarité tient une place chuchotée, parce que si l’homme apprend que la femme est heureuse en son absence, le scandale risque d’éclater.

Dans ce monde pas si éloigné, il ne vient pas à l’idée à une femme docile comme Eurídice de proposer à un rustaud d’aller se faire cuire un œuf, ou d’avoir la moindre répartie. Elle porte sur les épaules le destin de sa sœur déserteuse (forcément brillante, et bien aimée du paternel à cause de son espièglerie mutine), le regard de ses parents lui fait penser qu’elle est une pauvre fille dans envergure. Ce à quoi elle croit dur comme fer.

L’histoire pourrait être tristoune comme tout, mais que nenni, Martha Batalha décrit Eurídice comme une femme heureuse qui n’exprime pas son bonheur. Et quand elle s’ennuie, et bien elle se trouve des activités, elle ne s’ennuie jamais. Sans en parler à son mari, de toute façon, ce que fait sa femme en son absence lui est égal, pourvu qu’un repas l’attende quand il rentre.

Elle commence par la cuisine, toutes les recettes des chefs y passent. Et c’est devant les réflexions de son dominant qu’elle cesse les fourneaux (l’homme fait la moue devant les parfumées sauces marrons et les agencements inhabituels de bidoche). Puis Eurídice apprend les techniques, crée ses patrons et se lance dans la couture à titre personnel, puis pour son quartier. Son affaire prend de l’ampleur, sa réputation grandit tant qu’elle doit embaucher pour honorer les commandes. Et lorsqu’il s’aperçoit à quoi sa femme occupe le temps qu’il passe loin d’elle, il n’a pas à argumenter longuement pour qu’elle cesse toute activité du jour au lendemain. Docile. Sans histoire. Don’t panic, Eurídice a d’autres tours dans son sac, dans son tablier plutôt…

Desperate housewives, moins bling-bling, inouï de réalisme, Les Mille Talents d’Eurídice Gusmão se situe pile-poil à la frontière de la fiction et du témoignage authentique. Voilà de quoi mesurer le chemin parcouru, celui qu’il reste à faire et s’incliner modestement en direction des femen qui se battent encore pour l’indépendance.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Martha Batalha
Le Facebook de Martha Batalha


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 avril 2017 : C'est reparti pour un tour

On ne s'éternisera pas sur ce premier tour de l'élection présidentielle, toujours en cours à l'heure où nous bouclons notre édition. Mais d'autres le font, comme Sean O'Hagan ou les Tagada Jones dans les interviews à découvrir ci dessous ou Cyril Mokaiesh dans ses chansons. Voici donc pour vous détendre et éveiller votre soif de culture, notre sélection hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Si oui, oui. Sinon, non" de Albert Marcoeur & le Quatuor Béla
"Stup virus" de Stupeflip
Interview de Sean O'Hagan (High Llamas) avec un petit bonus vidéo en fin d'interview
"Ultramega OK (expanded reissue)" de Soundgarden
Interview de Tagada Jones autour de leur nouvel album "La peste et le choléra"
"Django - BoF" de Warren Ellis et Stochelo Rosenberg
"Disparue Juliette" de De Calm
"Dead-end tape" de Emilie Zoé
"Songs from la chambre" de Julien Bouchard
La Louise, Gliz, Storm Orchestra dans une sélection de EP
"The secret" de Lord Ruby
"Cycle EP" de Samifati
Interview de Warhaus que l'on ressort à l'occasion de sa venue en concert en France
Weyes Blood en concert à l'I Boat de Bordeaux
Interview de Cyril Mokaiesh autour de "Clôture" accompagnée d'une session 4 titres
et toujours :
"In mind" de Real Estate, "Sincerly, future pollution" de Timber Timbre, "French press" de Rolling Blackouts Coasal Fever, "Santa Maria" de Carmen Maria Vega, "Gabriel Fauré piano works" de Michel Dalberto, "Le cris des fourmis" de Iaross, "Le grand H de l'homme" de Barbara Weldens, "New day's waiting" de Gaëlle Buswel, Wild times, angelfish decay et Monkypolis dans une sélection de single et EP

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le cas Martin Piche" au Théâtre Montparnasse
"Dans un canard" au Théâtre du Rond-Point
"L'Abattage rituel de Gorge Mastromas" au Théâtre du Rond-Point
"Baal" au Théâtre de la Colline
"L'Autre Proust" à la Scène Thélème
"La Chose commune" à l'Espace Cardin
"C'est toujours un peu dangereux de s'attacher à qui que ce soit" à La Loge
"The Lighthouse" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
des reprises :
"Ubu" à la MAC à Créteil
"Comtesse de Ségur, née Rostpchine" au Studio Hébertot
"Un bec" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles d'avril

Expositions avec :

"Des Grands Moghols aux Maharajahs - Joyaux de la collection Al Thani" au Grand Palais

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"La Morsure des Dieux" de Cheyenne Carron
"Adieu Mandalay" de Midi Z
les chroniques des autres sorties d'avril
et les chroniques des sorties de mars

Lecture avec :

"Valet de pique" de Joyce Carol Oates
"Franquin chez les Rombaldi" par Gunhed TV

Froggeek's Delight :

"Tom Clancy's Ghost Recon : Wildlands" sur PS4, Xbox One et PC
"Horizon Zero Dawn" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=