Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un baiser, s'il vous plait
Théâtre Le Funambule-Montmartre  (Paris)  février 2017

Comédie d'après le film éponyme de Emmanuel Mouret, adaptation et mise en scène de Camille Bardery et Sandra Everro, avec Benjamin Bourgois, Sandy Besse (ou Sandra Everro), Camille Bardery (ou Cybèle Villemagne) et Romain Lancry (ou Zacharie Saal).

Si l'on connaît le cinéma d'Emmanuel Mouret, même sans avoir vu "Un Baiser, s'il vous plaît" (2007), on se doute que son adaptation théâtrale par Sandre Everro et Camlle Bardery sera l'occasion de suivre une petite histoire légère et bien menée.

On qualifie souvent Emmanuel Mouret de disciple d'Éric Rohmer, parce qu'il affectionne comme le cinéaste du "Genou de Claire" les marivaudages entre jeunes gens.

Sans nier les qualités cinématographiques de Mouret, il faut cependant constater qu'il n'a pas l'ambition de son maître et qu'il n'a jamais crée de vrais personnages qui font aujourd'hui référence et qui s'inscrivent vraiment dans leur époque. Ni intéressé par la critique sociale, ni doué pour l'observation sociologique, Mouret se contente de prendre du plaisir en racontant des histoires aussi intemporelles que superficielles.

Sandra Evenno et Camille Bardery en ont fait la force de leur version théâtrale. Dans ce pur divertissement, la naïveté est érigée au rang d'un des Beaux-Arts et cela fonctionne très bien. D'autant mieux d'ailleurs, que, contrairement à ses films, Emmanuel Mouret n'est pas présent. Car, avec son physique de grand bêta à la Fernandel, il est souvent le problème de son cinéma, tirant ses personnages vers la nunucherie, voire la niaiserie.

Ce n'est jamais le cas dans le travail des co-metteuses en scène. Le fait qu'elles et leurs deux partenaires ne soient pas encore des acteurs très connus rajoute aussi un plus. Contrairement au film, joué par une troupe plus chevronnée, dans laquelle on retrouvait Julie Gayet et Virginie Ledoyen, ils n'ont pas à se forcer pour défendre ce scénario frais et primesautier.

Autre plus, pour incarner les sept personnages en quête de baiser du film, certains des quatre acteurs de la pièce jouent deux rôles. Cela permet définitivement au théâtre d'affirmer ses droits sur le cinéma, comme le choix hardi de remplacer les "voix off" de Gabriel et Emilie par des présences "in".

En effet, dans le film, tout commence par une rencontre qui aurait dû logiquement conduire à un baiser... Mais, la jeune femme, Émilie, s'y refuse et explique pourquoi à Gabriel, son partenaire dépité. Son récit off fait apparaître les deux autres protagonistes, Nicolas et Judith.

Dans "Un baiser, s'il vous plaît" version théâtre, Gabriel et Emilie restent donc sur scène, pour suivre les conséquences fatales d'un baiser inconsidérément échangé entre Nicolas et Judith.

Il y a deux ans, on avait vu une version courte d' "Un baiser, s'il vous plaît" lors du Festival "Mises en capsules" 2015, au Ciné 13 Théâtre. Avec cinquante minutes de plus, l'adaptation de Sandra Everro et Camille Bardery ne déçoit pas.

Elles ont tiré le maximum du cinéma d'Emmanuel Mouret et compris que cette petite histoire d'échange de salive était prétexte à un spectacle charmant. Jouée sans rechigner par Benjamin Bourgois, Sandy Besse, Cybèle Villemagne et Zacharie Saal, la mécanique inventée par Mouret prend même de l'ampleur. Ce qui pouvait passer pour de la niaiserie irritante se transforme en une saine gentillesse qui provoque beaucoup de rires.

On s'amuse et, après tout, le but recherché, c'est-à-dire distraire, est plus qu'atteint. Un spectacle qui mérite trois baisers au guide des bisous.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 mars 2017 : Tout vient à point à qui sait attendre le printemps

Voilà, c'est le printemps, premier soleil, premières fleurs, bientôt les premiers festivals. En attendant voici de quoi satisfaire votre appétit de nouveautés et rattraper les désagréments de l'heure perdue dans la nuit. Sans plus attendre voici de quoi lire, voir et écouter :

Du côté de la musique :

"Spirit" de Depeche Mode
"Murmuration" de Rabih Gebeile
"Burning the threshold" de Six Organs Of Admintance
"Shikantaza" de Chinese Man
"Mozart / Rachmaninov : Concertos & A conversation that never was" de Grigory Sokolov
"Rivers" de Polaroid3
"Now is not a good time" de The Keys
Matmatah et Lord Ruby au Transbordeur de Lyon
et toujours :
"A day for the hunter, a day for the prey" de Leyla McCalla, "My wild west" de Lissie, "Chopin : Late works" de Maurizio Pollini, "Vocello" de Henri Demarquette, "Messages personnels " de Emma Solal, Mustang, Akira Kosemura, Sylvain Fesson, Lonny Montem dans une sélection de single
"Elements" de Zenzile, Rencontre avec Narrow Terence autour de leur nouvel album "Rumble-o-rama" accompagné d'une session live, "Plates coutures" de Matmatah

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Larmes d'Oedipe" au Théâtre de la Colline
"Lili" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Palestro" au Théâtre L'Atalante
"Cut" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le Serment d'Hippocrate" au Théâtre 14
"La nuit à l'envers" au Théâtre Essaion
"L'héroïsme au temps de la grippe aviaire" au Théâtre de Belleville
"Les Mauvaises graines" au Chat noir
"Les Misérables" au Théâtre Le Lucernaire
"L'histoire d'une femme" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Yanoswki - Le Cabaret extraordinaire" au Bal Blomet
"Alil Vardar - Comment garder son mec" à la Grande Comédie
des reprises :
"Nous qui sommes 100" au Théâtre Les Déchargeurs
"Océanerosemarie - Chatons violents" au Théâtre des Béliers parisiens
et la chronique des autres spectacles de mars

Expositions avec :

"Pissarro - Le premier des Impressionnistes" au Musée Marmottan-Monet
"Balenciaga - L'oeuvre au noir" au Musée Bourdelle

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pourvu qu'on m'aime" de Carlo Zoratti
"Félicité" de Alain Gomis
"Sage Femme" de Martin Provost
Oldies but goodies" avec "Seven" de David Fincher projeté dans le cadre de la rétrospective Darius Khondji à la Cinémathèque française
et les chroniques des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Deux cigarettes dans le noir" de Julien Dufresne-Lamy
"La compagnie des glaces - Tomes 3 et 4" de G.-J. Arnaud
"Le grand combat" de Ta-Nehesi Coates
"Le parfum de l'hellébore" de Cathy Bonidan
et toujours :
"Les filles déchues de Wakewater" de V.H. Leslie
"Les temps de la cruauté" de Gary Victor
"Les insouciants" de Peter Behrens

Froggeek's Delight :

Festival Trolls & Légendes #7 du 14 au 16 avril à Mons
et toujours :
Les MMO Free to play en 2017 - Eve Online - Black Desert Online - Revelation Online - Tera
Edition limitée de Life is Strange
sur PS4, Xbox One et PC
Retour sur la Nintendo Switch, un test complet très prochainement

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=