Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Beau Travail
Claire Denis  3 mai 2000

Réalisé par Claire Denis. France. Drame/Guerre. 1h29 (Sortie le 3 mai 2000). Avec Denis Lavant, Michel Subo, Grégoire Colin, Richard Courcet, Marta Tafesse Kassa, Nicolas Duvauchelle, et Matha Wolde.

Pierre Chevalier, producteur chez Arte dans les années 1990, a aidé à révéler quelques-uns des grands talents du cinéma français et international d'aujourd'hui.

Dans une rétrospective éclectique, qui passe d'Olivier Assayas à Pascal Ferran, d'Emir Kusturica à Tsaï Ming-liang, la Cinémathèque française rend hommage à un passeur de rêves, l'occasion de (re)voir le film "Beau Travail" de Claire Denis.

Les soldats s'entraînent dans le désert. On dirait qu'ils dansent. Muscles tendus, dos noueux, ils élèvent leurs bras vers le ciel. Les yeux sont fermés, les visages détendus. Deux par deux ils se cherchent, se cognent ; leurs peaux claquent dans un bruit élastique au moment où elles se rencontrent. Les poings serrés frappent les poitrines creuses.

Claire Denis filme les soldats de la Légion étrangère comme on filme des danseurs. Réunis à Djibouti, les hommes attendent. Chaque jour, ils travaillent, répercutant à l'infini des gestes puissants. La force des corps contraste avec la jeunesse des visages. Ces chorégraphies du quotidien sont silencieuses. Pendant ce temps, les chaussettes et les slips kakis pendent le long d'une corde à linge, la chemise attend le fer à repasser.

Le temps devient une donnée incertaine : combien de jours s'écoulent, dans ce campement où le soleil toujours brille ? Les répétitions et variations des gestes quotidiens donnent à voir un ballet précis et minutieux : l'épluchage des pommes de terre, le repassage des vêtements, un lit dont il faut soigneusement tirer le drap. Dans ce film peu bavard, les gestes deviennent le moyen d'expression privilégié.

Mais cette impression de suspension est contrebalancée par la montée progressive de la tension entre un jeune soldat et son supérieur, incarné par Denis Lavant.

Adaptation moderne du "Billy Bud" marin de Melville, "Beau Travail" décrit la fascination et la jalousie d'un homme pour un autre. Se sentant menacé dans l'affection que lui porte le Commandant Forrestier (Michel Subor), Galoup tente par tous les moyens de détruire l'aura du jeune soldat. Le poussant à bout, il l'entraine à commettre une faute qui signera son arrêt de mort.

L'origine du filme est d'ailleurs rappelée à plusieurs reprises : l'opéra de Benjamin Britten retentit dans le silence du désert et vient apporter une dimension nouvelle aux exercices des légionnaires ; exilé dans la banlieue française, Galoup (galion, goélette ?) grimpe sur un arbre dont il coupe les branches, pareil à un mousse perché sur le mât d'un bateau, guettant la terre.

La mer, enfin, est omniprésente. D'un bleu sans pareil, elle accueille les ébats des légionnaires, mais se teinte parfois de sang lors d'un accident. Symbole mythologique, puissance intemporelle, elle offre un contre-point à la chaleur du désert. Ce désert finira d'ailleurs par évoquer celui du Jerry de Gus van Sant.

L'interrogation morale qui sous-tendait le récit d'Hermann Melville (la faute de Billy Bud est-elle en réalité un acte juste, doit-on le sacrifier à la loi du navire?) est éclipsée, au profit de ce "beau travail" sur le corps, et en particulier sur le personnage de Denis Lavant.

Physiquement bien distinct de tous les légionnaires, plus sombre, mutique, il n'est que contrainte. Le travail du corps est, avec lui, un travail sur la souffrance, un moyen de se confronter aux autres. Mais cette confrontation avec son "Billy Budd", son ange de beauté, le mènera à sa perte.

Jusqu'à cette très belle apothéose finale, où le corps de Denis Lavant, soudain, se libère. Dans la boîte de nuit recouverte de miroir, il erre, regarde. Et, enfin seul, entame une danse éperdue, où le corps tout entier est convoqué, se reflétant à l'infini dans les miroirs, embrassé par les lumières colorées qui l'entoure.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=