Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kent
La grande illusion  (At(h)ome)  février 2017

Damned, quarante ans de carrière ! Voilà de quoi zigouiller de la bafouille en chemin ! Nan, pas de crime, ce que j’essaie de communiquer maladroitement, c’est qu’au bout d’un certain temps (genre quarante ans, au hasard), le chemin d’un artisan de la mélodie annotée ressemble à des retrouvailles familiales.

C’est le premier effet que vous fera le nouvel album de Kent, La grande illusion, une étrange et étonnante familiarité. C’est un proche qui nous appelle d’un discret hochement de la caboche, ou même l’inimitable silhouette identifiée des mètres avant de devenir distincte. Du mou et du plus vif se sont très certainement volte-facés durant ces quarante ans de carrière. Mais il suffit de tendre une oreille au bijou ci-contre pour comprendre les vieux adages sur la multiplication des expériences et la sagesse qui pousse au fil des années.

La grande illusion, ce sont les odeurs de vacances dans les cheveux et l’espoir dans les rayons du soleil : "j’irai demain dans ce café à la terrasse ensoleillée, on échangera quelques idées" ("La grande illusion"), tout en cordes tirées et en harmonies languissantes. La mélancolie, celle qui fait s’émerveiller du résultat de la fragmentation de la lumière sur une goutte oubliée, la mélancolie contemplative est omniprésente.

Des pianos survoltés relevés à l’électrique d’une corde sont les ingrédients de tête de la bande musicale. Pour le reste, condimentez le tout avec quelques amplifications métalliques et le timbre mat et posé de Kent, inspirez une grande goulée de sorbet passion, sortez la cravate et filez jouer le dandy chic et mystérieux.

Kent chante la nostalgie : "tu te rappelles de tant et tant, les souvenirs sont si puissants, mais ils nous viennent si différents" ("La dérive des sentiments"). Ce titre magnifique est aussi puissant et houleux qu’une plongée dans des souvenirs flous. Les chœurs accompagnent Kent, nous entraînant dans le sillage tumultueux du va-et-vient des méandres de la mémoire. Puis le silence, une accalmie, le murmure de Kent : "On recopie argent comptant des instantanés jaunissant, dans les mensonges rassurants des sentiments, et chacun se porte garant de sa vérité du moment, vérité ou reflet mouvant", un coup de vent et nous voilà repartis à valser au rythme des vagues.

Un refrain pour l’amitié, trop souvent sous estimée, mais souvent plus exigeante que n’importe quel autre type de relation. L’amitié dans tout ce qu’elle comporte d’utopistes et de piliers : "Nous étions une bande d’amis, des garçons et des filles en parfaite harmonie, qui n’attendaient rien de plus précieux dans l’existence que rester amis pour la vie, au-delà des revers, au-delà de l’ennui" ("Rester amis").

Allez, un dernier pour la route, tout en ondes chatoyantes, grave et étincelant flagrant délit de mélancolie comme une force romantique  : "Le sourire de rigueur, la gaité en parade, l’énergie à revendre au jeu des apparences et puis en fin me rendre, me rendre à l’évidence, j’ai besoin de silence, besoin de solitude, besoin d’une indolente hébétude, j’ai besoin de dire non merci pas cette fois, un besoin d’abandon, de me passer de joie, j’ai le cœur en automne".

D’une élégance folle, La grande illusion est un savant mélange de nostalgie rassurante et de mélancolie douce, sans jamais tomber dans la complainte. Mi chanté, mi parlé, Kent s’est entouré de chœurs, donnant de la puissance à ses mots, nous envolant d’un même coup au-delà du feuillage de nos possibles. A savourer absolument. A la folie.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album L'Homme de Mars de Kent
Kent dans la rubrique Ni Vus Ni Connus
La chronique de l'album La grande effusion de Kent
La chronique de l'album Scherzando de Kent
Kent en concert au Festival Solidays 2005 (vendredi)
Kent en concert à L'Européen (11 juin 2008)
L'interview de Kent - première partie (11 mars 2008)
L'interview de Kent - seconde partie (11 mars 2008)

En savoir plus :
Le site officiel de Kent
Le Facebook de Kent


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Kent (11 mars 2008)


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'articice culturel c'est sur Froggy que ca se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=