Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Cowboys fringants
La Grand-messe  (Warner)  avril 2005

Pour tous ceux qui veulent apprendre une langue étrangère parlée en Amérique du nord, voici une méthode révolutionnaire : Les Cowboys Fringants.

Etrangère, étrangère, mais de quoi parlez vous donc mon bon monsieur ?

Mais du québéquois, pardi.

De part ce qui nous arrive de là-bas, on a souvent une image quelque peu réductrice du paysage musical québécois (merci Céline). Mais il existe heureusement quelques fauteurs de troubles qui nous proposent une alternative : de la chanson revendicative et mélodique, j'ai nommé les Cowboys Fringants.

Très connus dans leur province mais encore peu en France, les cowboys ont débarqué il y a 1 an et demi en remplissant l'Elysée Montmartre. Ils nous présentaient alors un Live (Attache ta tuque) rassemblant sur 2 cd et 1 dvd leurs 3 précédents opus.

Tout d'abord, il faut familiariser son oreille aux sonorités québécoises. Quelques chansons d'initiation ne sont pas de trop avant de saisir pleinement tous les mots et tournures de nos cousins d'Amérique. Ensuite, on se lance et se laisse entraîner par les mélodies qui nous obligent à hocher la tête en rythme et à chantonner.

Revendicatif certes ("En attendant", "Lettre à Levesque", "Si tu penses un peu comme ça"), écologiste ("8 secondes", "Plus rien"), un brin nostalgique ("Les étoiles filantes") mais également dépeignant des vies malheureusement ordinaires ("Ti-cul"," "Hannah"), les petits tracas amoureux ("Ces temps-ci"), ou racontant simplement de belles histoires ("La reine"), les Cowboys nous parlent de ce qui nous parle.

Quelques chansons humoristiques ("Camping Ste-Germaine", "Symphonie pour Caza") leur permettent néanmoins de renouer avec leur début quand ils parodiaient des chansons western et contrebalancent des chansons au sujet plus dur ("Ma belle Sophie").

Un style folk country, une musique festive et très mélodique, des textes réalistes ne tombant pas dans la facilité, les Cowboys livrent un album sincère et nous offrent une grande bouffée de fraîcheur. Pas besoin d'aimer le sirop d'érable et de jouer au hockey pour les aimer.

Ils raniment un courant de chanteurs engagés socialement qui existait dans les années 60-70 et deviennent ainsi les meilleurs ambassadeurs que le Québec pouvait espérer.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Attache ta tuque des Cowboys Fringants
La chronique de l'album L'Expédition des Cowboys Fringants
La chronique de l'album Que du vent des Cowboys Fringants
Les Cowboys fringants en concert au Grand Rex (7 novembre 2005)
Les Cowboys fringants en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (samedi)
Les Cowboys fringants en concert aux Docks (30 avril 2007)
Les Cowboys fringants en concert à l'Olympia (3 février 2009)
Les Cowboys fringants en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Les Cowboys fringants en concert à L'Olympia (mardi 7 février 2012)
Les Cowboys fringants en concert au Festival international de la chanson de Granby 2013 (45ème édition) - jeudi 12 septembre
L'interview des Cowboys Fringants (novembre 2005)
L'interview des Cowboys Fringants (29 janvier 2009)


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=