Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Citoyen d'honneur
Mariano Cohn et Gastón Duprat  mars 2017

Réalisé par Mariano Cohn et Gaston Duprat. Argentine. Comédie. 1h57 (Sortie le 8 mars 2017). Avec Oscar Martinez, Dady Brieva, Andrea Frigerio, Nora Navas, Manuel Vicente, Belén Chavanne, Marcelo D'Andrea et Gustavo Garzon.

Est-ce que c'est une bonne idée pour un prix Nobel de Littérature de revenir après trente ans d'absence dans la petite ville de son enfance, là même où il a situé ses romans et dans laquelle de nombreux citoyens peuvent légitimement se reconnaître dans ses personnages ?

La réponse est logiquement non. C'est pourtant ce que fait l'argentin Daniel Montovani qui, soudain sevré de ses origines, accepte de rentrer au pays pour devenir "citoyen d'honneur" de Salas, lui qui, jusqu'alors, n'avait jamais cédé aux sirènes de la gloire, trouvant cela vain et dérisoire.

Cette tragi-comédie menée à un bon rythme est d'autant plus transgressive que, contrairement à ce qu'on suppose, aucun argentin n'a reçu la récompense littéraire suprême.

Convoité - à juste titre - par José Luis Borges, elle n'a atterri dans l'escarcelle d'aucun des grands magiciens de la prose qu'a connu le pays de Maradona, ni dans celle de Julio Cortazar, pas plus que dans celle d' Ernesto Sabado, de Manuel Puig, de Silvina Ocampo ou du fidèle double de Borges, Adolfo Bioy Casarès.

On comprend dès lors toute l'importance symbolique que revêt le sujet du film pour un Argentin moyen, qu'il soit lettré ou chauvin.

"Citoyen d'honneur" de Mariano Cohn et Gaston Duprat ne fait pas dans légèreté, décrivant la population de Salas comme un ramassis d'idiots congénitaux ou de dégénérés de toute beauté.

Revendiquant son droit d'écrire sur le monde qui l'entoure, Daniel Montovani en a usé et abusé pour le grand plaisir de ses lecteurs mondiaux et l'immense déplaisir de ses lecteurs locaux qui ne vont pas rester les bras croisés quand ils vont enfin l'avoir sous la main...

Ce cahier d'un retour au pays natal va ainsi contenir une matière très riche pour un écrivain, une espèce de réactualisation des raisons pour lesquelles il a fui la médiocrité dangereuse de son village.

A la fois drôle et méchant, truculent et nostalgique, "Citoyen d'honneur" de Mariano Cohn et Gaston Duprat confronte un homme au destin hors du commun avec le commun destin qu'il aurait eu s'il n'avait justement pas été exceptionnel.

Oscar Martinez, grand acteur argentin, habite un rôle et le préserve de tout manichéisme. S'il retrouve ses anciens "amis", il revoit aussi son grand amour qu'il a plaqué pour s'enfuir d'un monde trop étriqué pour son talent. Ce qu'il advient de ses retrouvailles n'est pas forcément à sa gloire. Au passage, il apprendra à ses dépens qu'il faut se méfier des jeunes lectrices qui, même dans son village d'origine, connaissent tout de son œuvre...

L'Argentine périphérique décrite par les deux réalisateurs, où l'on chasse en 4 x 4 les rancoeurs passées comme certains gros gibiers inattendus, est étouffante et malsaine. On pourrait parfois se croire dans un film de Jean-Pierre Mocky ou de Marco Ferreri qui s'intitulerait "A mort le prix Nobel".

Heureusement pour Daniel Montovani, il croisera en la personne du réceptionniste de son hôtel un possible autre lui-même, preuve vivante qu'il aura eu raison, envers et contre tout, de prôner un humanisme propice à convaincre le jury suédois de lui accorder le Nobel.

Armé d'un scénario passionnant et original, "Citoyen d'honneur" de Mariano Cohn et Gaston Duprat réussit à distraire en construisant le portrait cohérent dans ses contradictions de ce qu'est aujourd'hui un grand écrivain.

Une vraie réussite.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=