Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le déni d'Anna
Théâtre Le Lucernaire  (Paris)  mars 2017

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Isabelle Jeanbrau, avec Benjamin Egner, Karine Huguenin (ou Sandra Parra), Matthias Guallarano, Cécile Magnet et Thibaut Wacksmann.

Tout commence par un instantané photo, une photo d'avant, quand il fallait un appareil et pas un téléphone pour photographier. Une famille est fixée fugacement : le père, les enfants, la grand-mère et l'oncle. Et la mère, Anna, dans tout ça ?

Elle sera l'éternelle absente, celle dont l'absence est une absence si obsédante qu'elle en devient peu à peu une présence. rois actes pour que le destin d'Anna ne soit plus un déni et soit résolu à jamais.

D'abord, dans la pièce d'à côté d'un repas mécanique et préoccupé, à mourir d'un cancer trop jeune. Puis, vingt ans après, dans une urne oubliée après trop séjourné dans les toilettes. Enfin, sous terre, dans un cimetière difficile d'accès.

Isabelle Jeanbrau a dessiné un drame familial très fort en saisissant une famille dans ses rites et ses tics routiniers, ceux qui tournent autour du "manger" et qui occupent le temps et les conversations, qui font la sociabilité de proches qui s'éloignent avec le temps. Quand ils sont définitivement loin des uns des autres, c'est autour d'une tombe à nettoyer, de fleurs à arroser qu'ils se retrouveront tous une ultime fois.

On pourrait dire que le théâtre d'Isabelle Jeanbrau est dans la lignée des pièces d'Agnès Jaoui et de Jean-Pierre Bacri et que ses personnages sont dans ces petits faits quotidiens dont raffole Philippe Delerm.

Cependant, c'est plus à un cinéma malheureusement oublié que l'on pense, celui d'un Gérard Frot-Coutaz ou d'un Jacques Davila, où l'on pouvait voir Claude Piéplu ou Micheline Presle nourrir de leur originalité fantaisiste une banalité revendiquée.

Ceux qui ont vu "Beau temps mais orageux en fin de journée" trouveront d'évidentes correspondances avec ce "déni d'Anna" et notamment dans cette manière de pousser l'ennui poli de vies réglées comme du papier à musique vers autre chose, vers une direction poétique et saugrenue où les larmes finissent par cesser de se cacher.

Récit bien découpé qui bénéficie à chaque enchaînement de l'intervention de Daniel Jea à la guitare et de France Cartigny à la batterie, "Le déni d'Anna" est l'occasion de se régaler de la présence de comédiens à leur meilleur, comme Benjamin Egner dans le rôle de François, le père de famille ou de Cécile Magnet dans le rôle très prenant et très cyclothymique de la grand-mère.

Karine Hughenin (en alternance avec Sandra Parra), Thibaut Wacksmann et Mathias Guallarano complètent avantageusement la distribution pour qu'on puisse assister à un vrai moment de théâtre contemporain qui sait raconter une histoire commune à cinq personnages, les suivre pendant un grand morceau de leurs vies sans jamais se répéter ni se caricaturer.

Au contraire, autour d'un projet apparemment modeste ne cessent de se sédimenter des faits qui, peu à peu, rendent consistant un travail théâtral qui se révèle au final d'une force dramatique inoubliable.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=