Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ici, il n'y a pas de pourquoi !
Théâtre Le Lucernaire  (Paris)  mars 2017

Monologue dramatique conçu par Tony Harrisson et Cécilia Mazur et interprété par Tony Harrisson accompagné par le musicien Guitòti.

Tony Harrisson, comédien et metteur en scène, et Cecilia Mazur, professeure agrégée de lettres modernes et professeure de théâtre, se sont confrontés à un registre, celui du théâtre mémoriel, et à une entreprise qui n'ouvrent pas droit à l'erreur avec l'adaptation et la transposition scénique d'un texte fondateur de la littérature concentrationnaire.

Car, simultanément témoignage de l'horreur de l'Holocauste, dont l'Humanité ne saurait se remettre, et œuvre réflexive sur la fonctionnalité architecturale du camp de concentration et le processus scientifique de déshumanisation qui préside au génocide, "Si c’est un homme", publié en 1947 par Primo Levi rescapé du camp d'Auschwitz, ne conçoit guère que dans le dire.

Par ailleurs, les parti-pris forts, voire paradoxaux au regard de l'opus original, mentionnés dans leur note d'intention - la décontextualisation historique, une "réadaptation moins dialoguée" et la prééminence de la musique - pouvaient susciter quelques craintes anticipatives heureusement dissipées par sa réussie, intelligente et bouleversante partition scénique sous le titre "Ici, il n’y a pas de pourquoi !".

La quintessence textuelle, d'après une adaptation théâtrale élaborée par Primo Levi lui-même et le dramaturge italien Alberto Marché, est préservée, en l'esprit comme à la lettre, et la mise en scène et l'interprétation de Tony Harrisson n'appelle pas de réserves.

En effet, la scénographie esthétisante et cependant signifiante sans ostentation de William Jean- Baptiste, des haies de barreaux et un polysémique bloc comportant un opercule lumineux, les lumières crépusculaires de Dan Imbert et, à jardin, la présence discrète mais l'intervention inspirée du musicien Guitòti sous formes d'inserts percussifs aux sonorités singulières résultant des handpans, instruments formés de demi-coquilles de tôle d'acier, constituent un ensemble cohérent qui ne prête pas flanc à la critique de dispensabilité.

La prestation de Tony Harrisson, présence puissante, timbre profond, regard plongé dans celui des spectateurs, et non dans le vide ou sur une ligne d'horizon imaginaire pour soutenir un lyrisme factice, et note unique superbement tenue, s'avère époustouflante.

D'autant qu'elle se trouve placée sous une inattendue et judicieuse dissociation entre la parole - en direct ou en voix off celle-ci introduisant la distanciation liée à à la dualité évoquée supra - et le ressenti du corps souffrant qui est signifié par une belle dramaturgie du corps, essentiellement dans un silence évocateur de la force de l'oeuvre "Le cri" du peintre Edvard Munch.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 juillet 2017 : Sur la route des vacances

Que l'on soit en vacances ou pas, le rythme estival s'imprime doucement dans notre quotidien. Moins de stress, plus de temps à soi. L'occasion d'écouter, de lire, de sortir et bien entendu d'aller en festivals ! Voici le programme de la semaine

Du côté de la musique :

Interview de François Fleuret à propos de la Route Du Rock 2017
"A rift in decorum : Live at the Village Vanguard " de Ambrose Akinmusire
"Push the panic button" de Traditional Monsters (en concert à Paris le 28 juillet)
"Je rêve donc je suis" de Roberdam
"Inland sea" de Stephan Micus
Victorine, Yoke Lore et Youthstar dans une sélection de EP
et toujours :
"La mer, la pierre, la terre, l'oiseau" de Srdjan Ivanovic Blazin' Quartet, "Tribute to Lucienne Boyer" de Grand Orchestre du Tricot, Interview de Madame Robert à l'occasion de leur passage au festival La croisée des Chap's, Guns and Roses au Stade de France
Festival des Eurockéennes :
Jeudi avec The Lemon Twigs, Shame, Iggy Pop...
Vendredi avec Tash Sultana, Idles, Psykup, Parcels , Editors...
Samedi avec Fischbach, HTMLD, Explosions In The Sky...
Festival de Beauregard :
Vendedi avec Warhaus, Her, Benjamin Biolay, Midnight Oil...
Samedi avec Editors, Airbourne, Phoenix, Echo & the Bunnymen...
Dimanche avec Fai Baba, Tinariwen, Michael Kiwanuka, The Foals...

Au théâtre :
les comédies de l'été :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Un petit jeu sans conséquence" à la Comédie de Paris
"Le jardin d'Alphonse" au Théâtre Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Rupture à domicile" au Théâtre du Splendid
"Oui !" au Café de la Gare
"Tout le monde peut se tromper" au Café de la Gare
"Et pendant ce temps Simone veille" à la Comédie Bastille
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et les spectacles à l'affiche du Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Rodin - L'Exposition du Centenaire" au Grand Palais
"Grand Trouble" à la Halle Saint Pierre

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"My Cousin Rachel" de Roger Michell
"Walk with me" de Marc Francis et Max Pugh
Oldies but goodies avec "La Chute du faucon noir" de Ridley Scott en film d'ouverture du Cycle Plein la vue à la Cinémathèque française
les chroniques des autres sorties de juillet
et les chroniques des sorties de juin

Lecture avec :

"L'armée d'Hitler" de Benoît Rondeau
"La fissure" de Carlos Spottorno et Guillerme Abril

Froggeek's Delight :

"Super Castlevania 4 vs Akumajo Dracula X : la période de transition" sur Super Nintendo et PC Engine

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=